Défi lecture en espagnol publié le 06/06/2019

Défi lecture mené en espagnol dans le cadre d'un EPI

Le « défi lecture » en espagnol

Le défi lecture que nous proposons dans ce projet EPI et TraAM s’articule autour de deux nouvelles de la collection Aventura Joven (Editorial Difusión).

Objectifs du Défi Lecture (PDF de 63.4 ko)

Défi lecture mené en espagnol dans le cadre d’un EPI.

Le choix des œuvres

Après lecture des différents livres qu’offre cette collection, notre choix s’est porté sur :

  • Persecución en Madrid qui se déroule en Espagne
  • ¿Dónde está Emiliano Fuentes ? qui se déroule au Mexique

Ce choix a été dirigé par notre volonté de proposer aux élèves deux ancrages spatiaux dans le monde hispanophone des deux continents afin de découvrir des paysages et des réalités urbaines variées mais aussi d’ouvrir la culture hispanophone des élèves à deux pays aux traditions différentes.

Toutes les nouvelles de cette collection narrent les aventures d’un groupe de 5 amis adolescents (Mónica, Guillermo, Laura, Sergio y Martín) incluant, selon les textes, certains membres de leur famille (très marqué dans ¿Dónde está Emiliano Fuentes ?)

Le travail en amont pour une entrée progressive dans les œuvres

En amont, nous avons dû réaliser en espagnol deux séquences qui amèneraient nos élèves à mieux appréhender la lecture du texte long que nous leur proposerons pour ce défi :
 En début d’année, une séquence «  Así somos nosotros, chavales del 2019 » réactivait les acquis de 5ème tout en les renforçant (l’identité, la description physique, le caractère, les goûts, les liens de parenté…).
 « Un paseo por mi barrio » axée autour de la ville au sens « neutre » c’est-à-dire sans ancrage dans la réalité spatiale d’une ville réelle. Les quartiers et villes présentés dans cette séquence n’étaient pas identifiables.

L’objectif était de préparer l’entrée dans la lecture de la nouvelle en apportant aux élèves le bagage linguistique nécessaire qui les mettrait en confiance en tant qu’apprenants et leur apporterait une aisance certaine et les prémices d’une autonomie de lecture dès les premiers chapitres. En effet, les deux nouvelles placent au premier chapitre (et même dès la couverture par son résumé et la « presentación ») la situation d’énonciation avec :

  • La présentation des personnages (identité, description) et leurs relations.
  • L’histoire se déroule dans un/des cadre/s urbain/s à travers le/squel/s les personnages se déplacent, il était indispensable que les élèves maitrisent un lexique précis (la ville, le trafic, le quartier, les bâtiments commerces et services) et des constructions grammaticales ciblées (les verbes pour situer + adverbes de lieu associés, les verbes pour décrire le lieu, les verbes de déplacement et leur préposition).

Les élèves peuvent retrouver une continuité avec ce qui précède. Cette non-rupture doit leur permettre d’être capable de recevoir les activités proposées autour de la lecture comme des difficultés accessibles et valorisantes. Il semble possible que la majorité des élèves se laisse porter par la découverte de cette première lecture d’un texte long en langue étrangère en toute sérénité voire avec confiance et donc plaisir.
Préparer l’arrivée de la lecture, poser les jalons et lever certains obstacles, c’est une façon d’encourager les élèves à s’engager dans la longueur plutôt que de les laisser s’en dissuader face à trop de mots inconnus.

La place du Défi Lecture dans l’EPI

En somme, le « défi lecture » tel que nous l’envisagions en Espagnol s’intégrait donc parfaitement à l’EPI proposé par les professeurs de Français.
L’étape de la LV doit ouvrir l’EPI et être menée à son terme avant le démarrage en Français dans la mesure où les apports de l’espagnol dans le projet étaient fondamentaux d’un point de vue « structurel » (amener par la situation d’énonciation le suspens de l’intrigue, l’espace urbain ancré dans une réalité décrite avec précision), lexical (apport des champs lexicaux liés à l’intrigue, à l’enquête) mais encore d’un point de vue culturel au sens large.