TraAM 2018 Plus-values des outils numériques : mise en place de la phonétique corrective. Niveaux 4ème/3ème publié le 20/06/2018  - mis à jour le 23/04/2019

Démarche sur la correction phonétique : niveau 3ème

Année de 3ème : Reprise et Prolongement de la démarche de correction phonétique

La même démarche est poursuivie tout au long des séquences en classe de 3ème , aussi bien en classe que dans les entraînements et évaluations -lecture et expression orale- proposés en prolongement à la maison grâce à la balladodiffusion.
C’est pourquoi, nous insisterons davantage sur un nouvel outil numérique testé cette année : Il s’agit d’un logiciel de reconnaissance vocale Speechlogger .
L’objectif premier de cet outil est simple : on enregistre un texte lu ou dicté et le logiciel met par écrit ce texte.

Mais en tant que professeures de langue, nous y voyons un autre intérêt : parmi les outils de ce logiciel, se trouve une barre défilante qui permet de sélectionner la langue du texte lu/dicté.
Notons que pour l’espagnol, plusieurs propositions apparaissent : il est intéressant d’attirer l’attention des élèves sur ce point et de leur en faire expliquer la raison.

Lorsque l’apprenant enregistre son texte, si sa prononciation n’est pas correcte, le logiciel de reconnaissance vocale paramétré pour percevoir et discriminer une langue authentique, ne reconnaît pas le mot initial.
Par conséquent :

  • soit il propose le mot correspondant à la prononciation proposée par l’élève (exemple : mot initial hora ≠ mot prononcé par l’élève et donc perçu et retranscrit par le logiciel : hoja)
  • soit le mot est inexistant et donc le logiciel ne peut proposer aucune retranscription valable.

Plus-values du numérique : avantage de Speechlogger :

  • facilité d’utilisation, présentation très instinctive,
  • pas d’installation de logiciel, s’utilise en ligne,
  • peut s’utiliser pour toutes les langues et leurs variantes (exemple, pour l’espagnol, les variantes d’Amérique Latine sont proposées,
  • visualisation par l’élève de ce qu’il a dit ou des mots qu’il prononce et qui restent incompris par l’interlocuteur virtuel, comparaison de la trace écrite dictée avec le texte original,
  • personnalisation de l’évaluation des progrès et des écueils persistants des élèves,
  • développement de l’ autonomie des élèves dans leur apprentissage,
  • gain de temps pour le professeur qui ne peut apporter un accompagnement si individualisé pour des classes à 25/30 élèves sans outil numérique.