Le texte long publié le 08/07/2010  - mis à jour le 24/04/2019

Compte rendu d'une journée de formation

« L’Art est utile parce que l’Art est éducateur » Ariane Mnouchkine

La mudanza de Adán : Lecture guidée (B1/B2)

La mudanza de Adán, Luis GARCIA MONTERO, Anaya, 2002, serie Sopa de libros.

Pour quoi une lecture de texte long ?
Est-elle utile à nos jeunes lecteurs ?
Quelle est sa ‘valeur ajoutée’ par rapport aux textes habituellement proposés en classe ?
La réponse est dans la spécificité de ce type de texte, en termes de longueur, dynamique et composition notamment.
L’approche didactique doit évidemment prendre en compte ces caractéristiques et guider les élèves pour
 entraîner à la lecture globale
 guider dans le repérage d’éléments lexicaux et syntaxiques essentiels
 enseigner l’analyse de procédés rhétoriques pertinents
 aider à l’acquisition progressive de l’autonomie
 autrement dit, montrer les voies d’accès au sens.

Cf. intro Stage 2008-2009 sur UN ARTISTA DEL NEON, Lecture d’un texte long, pages 1 et 2.

Présentation de l’auteur et du texte

Luis GARCIA MONTERO, breve reseña biográfica :

Poeta y ensayista español nacido en Granada en 1958.
Licenciado en Filosofía y Letras por la Universidad de Granada, obtuvo su Doctorado en la misma Universidad con una tesis sobre Rafael Alberti con quien lo unió una gran amistad.
Es uno de los poetas más significativos de la poesía española de hoy. Actualmente es profesor titular del departamento de Filología Española de la Universidad de Granada. Es además de prestigioso poeta, un consagrado ensayista y columnista de opinión.
Entre los numerosos premios que jalonan su brillante carrera, destacan el premio Federico García Lorca, el premio Ciudad de Sevilla, el premio Loewe, el Adonais y el Premio Nacional de Poesía en 1995. En 1999 : nominación para el premio Cervantes, máximo galardón de las letras españolas. Entre sus poemarios :
« Y ahora ya eres dueño del puente de Brooklyn » y « Tristia » en 1980, « El jardín extranjero » en 1983, « Rimado de ciudad » en 1985, luego publicó « Diario cómplice » en 1987, « Las flores del frío » en 1991, « Habitaciones separadas » en 1994, « Casi cien poemas » en 1997, y « Completamente viernes en 1998 ». (…) El último : « Vista cansada » , 2010.

Signé par un grand nom de la littérature espagnole contemporaine, le texte intitulé La mudanza de Adán est défini par son auteur comme une « fábula moral » : Quinze pages, accompagnées de treize illustrations de Javier SERRANO, dont la première approche ne saurait rebuter les plus craintifs par l’épaisseur de l’ouvrage ou le nombre de pages…

Ecrit dans une langue choisie, dense et poétique, ce récit mérite que l’on s’intéresse de près à son fonctionnement, aux procédés qui produisent du sens, a «  la retórica necesaria para la claridad ». L’auteur déclare d’ailleurs : « la claridad tiene que ver con el trabajo y con el tomarse en serio la realidad ; la oscuridad, para lo único que sirve es para tapar la falta de ideas  ».

L’argument : c’est Noël, Adán déménage, il doit quitter son Edén d’avant, avec ses meubles, ses souvenirs et surtout ses livres, pour s’installer en un autre lieu, où il réorganisera son environnement, sa bibliothèque, et sa vie.
L’histoire relate le laborieux parcours mental du jeune homme, depuis la décision de faire appel à une entreprise de déménagement, jusqu’à celle de fermer la porte pour devenir enfin « el hombre de la casa nueva », y « colocar los libros en su nuevo lugar ».
Récit métaphorique - comme l’est d’ailleurs le nom du protagoniste - puisqu’au-delà de l’anecdote du déménagement, de l’incompréhension du déménageur et des parents ou amis (= les gens ordinaires, pragmatiques et raisonnables), il s’agit d’une réflexion sur la littérature, et sur la lecture : « La lectura es una extensión sentimental, y más tarde reflexiva, de la vida ».
« Ordenar bien la biblioteca significa apostar por la autoridad del ser humano sobre la realidad y el porvenir histórico ».

Cette lecture nous semble s’adresser à un public de cycle terminal, doté d’une certaine maturité et aptitude à la réflexion, public que l’on aura l’ambition d’intéresser à la magie de la création poétique et à « l’utilité de l’Art », selon Ariane Mnouchkine…
Elle sera préparée en amont et/ou accompagnée en parallèle par l’étude de documents complémentaires destinés à enrichir les connaissances sur l’auteur et sur le sujet, nourrir la réflexion, appréhender d’autres langages, en observant une progression croissante dans la difficulté ; le but est de susciter chez les jeunes lecteurs la curiosité et le plaisir de lire ce livre… puis d’autres…