Cocina con estilo (A2+ - B1) publié le 08/10/2018  - mis à jour le 23/04/2019

Les activités préparatoires avant l’évaluation sommative :

Les documents étudiés guident l’argumentation que les élèves doivent s’approprier. Pour cela, ils complètent au fur et à mesure de l’avancée de la séquence, un tableau personnel d’arguments pour chaque type de cuisine du type :
Cocina moderna : argumentos a favor / argumentos en contra.
Cocina tradicional : argumentos a favor / argumentos en contra.

Ils notent ces éléments sur leur cahier puis sur le Padlet de la classe pour une mise en commun. Il est recommandé de corriger les productions écrites des élèves avant la saisie sur le Padlet.
L’argumentation des chefs et du critique culinaire se construisent plus particulièrement grâce à l’étude des documents 4 et 5 ; celle du journaliste avec le document N°6.
Ainsi il est proposé aux élèves un entraînement au débat argumenté (EOI). En classe entière, les élèves répondent à la question : ¿En un restaurante, sólo importa lo que se come ? en référence à l’importance de la mise en scène pour le chef David Muñoz. Une séance est dédiée à cet entraînement, en travail de groupes par îlots.

l’évaluation sommative :

Le débat entre chefs est introduit et animé par un journaliste et commenté par un critique gastronomique (les élèves sont évalués par groupes de 4). Le professeur constitue des îlots hétérogènes pour favoriser l’entraide pendant le travail préparatoire en classe (4 points sur 20 de travail de groupe) et pour attribuer les rôles en fonction des compétences des élèves. Ainsi les rôles des deux chefs sont attribués par tirage au sort aux élèves les plus à l’aise à l’oral. Les rôles du journaliste et du critique culinaire le sont par tirage au sort parmi des élèves qui sont moins à l’aise à l’oral.

Conclusion et ressource complémentaire :

Proposer des devoirs maison facultatifs, différenciés et bonifiés (EOC et CO), afin de développer l’exposition à la langue et de « nourrir » ceux qui souhaitent s’entraîner davantage, permet de mettre en confiance les élèves les moins performants, qui peuvent ainsi gagner des points. Le professeur oriente ces derniers vers le devoir bonus 2, plus abordable.

Le thème, en lien avec l’enseignement de spécialité est apprécié des élèves, qui investissent facilement le débat d’idées. Beaucoup ont exprimé leur étonnement et pris conscience que la France n’est pas et n’a pas été le seul pays leader de l’innovation gastronomique. Dans ce cadre, échanger avec leurs enseignants en techniques culinaires a été très profitable pour l’enseignant.

Partager des productions d’élèves pour valoriser. Les meilleures productions orales peuvent être partagées sur le Padlet de la classe en tant qu’exemple à imiter et pour valoriser les élèves qui ont réussi l’évaluation. Souvent, ces élèves ne sont pas enclins à ce que la classe entière écoutent leur production orale. Par contre, ils sont très fiers de la voir figurer sur le Padlet de la classe.
(Pour consulter des enregistrement Balibom de l’évaluation formative, voir dernière colonne du Padlet, « Ejemplos logrados".

Familiariser à l’utilisation du matériel de baladodiffusion avant évaluation. Il est préférable au cours des séquences d’amener les élèves à se familiariser avec cet outil, afin qu’ils se sentent à l’aise lors de l’évaluation.

Pour aller plus loin :
Pour élargir la connaissance des grands chefs à l’Amérique Latine et aux femmes chef : Elena Arzak (Espagne), Carmen Ruscalleda (Espagne), Leonor Espinosa (Colombie) ou Helena Reygadas (Mexique). Leonor Espinosa, la mejor cocinera de Latinoamérica - Vocable 16-29/11/2017

Les supports de la séquence (PDF de 350.6 ko)

Le type et intérêt des supports étudiés en cours ainsi que les documents "Bonus" - Cocina con estilo (A2+ - B1).