Accueil : Sciences de la vie et de la Terre

article Projet biodiversité pluridisciplinaire inter-établissements inter-régional     -    publié le 19/12/2017

La réalisation d’un journal « Hors-série spécial biodiversité »

1 2 3 4 5 6 7 8 
Page de couverture du journal et sommaire

Réunir de nombreux élèves, enseignants de plusieurs disciplines, de différents établissements de régions différentes et intervenants autour d’un même travail, global, sur une année scolaire, est extrêmement motivant et plaisant, pour les enseignants sans aucun doute, mais également pour de nombreux élèves comme le démontre la forte mobilisation autour de ce travail : 27 partenaires hors Education nationale, 5 naturalistes professionnels de France métropolitaine, Guyane, Mexique et Equateur, 20 enseignants et 218 élèves contributeurs répartis dans 25 classes :
-  2 classes de 2nde en cours et Accompagnement Personnalisé d’Espagnol
-  3 classes de 1ere S en TPE
-  1 classe de 6° du collège Roger Thabault de Mazières-en-Gâtine (79)
-  1 classe de 3° et 1 classe de 2nde de la cité scolaire Alcide Dussolier de Nontron, (24),
-  1 classe de 2nde en ECJS et AP d’Histoire-Géographie du lycée Desfontaines de Melle (79)
-  1 classe de 2nde en Français
-  1 classe en LV2 en italien
-  2 classes de 2nde en Enseignement d’exploration « Littérature et société - Médias »
-  1 classe de 2nde en Enseignement d’exploration « Littérature et société - Cinéma »
-  3 classes de 2nde en Enseignement d’exploration « Méthodes et Pratiques Scientifiques »
-  1 classe de 2nde en AP d’Histoire-Géographie
-  3 classes de 1ere S
-  1 classe de de Term L en Philosophie
-  1 classe de de Term S en Philosophie
-  4 BTS 2eme année du lycée de la mer et du littoral de Bourcefranc-Le-Chapus (17)
-  1 BTS 2eme année du lycée agricole de Matiti à Macouria (973)
-  34 élèves volontaires de différentes filières (L, ES et S) du lycée Marcelin Berthelot de Châtellerault (86) dont 6 jeunes élèves étrangers accueillis par l’établissement
-  3 anciens élèves du lycée Marcelin Berthelot.
Ce type de projet donne de la cohérence dans nos enseignements mais soude également les différents acteurs, ouvre nos classes.

Après avoir décrit rapidement le projet, expliqué le choix d’un journal, quelques pistes pédagogiques, seront modestement proposées et développées dans le seul but de partager et pourquoi pas, de susciter l’envie de se lancer dans un projet similaire… peut-être, notamment au sein d’enseignements pratiques interdisciplinaires.

Le projet

- Les deux préoccupations majeures de l’humanité étant l’« Eau » et la « Biodiversité », et l’importance de cette dernière très largement méconnue et sous-estimée, la biodiversité fut choisie comme thème fédérateur pour un projet biodiversité interdisciplinaire inter-établissements inter-régional.

- Les scientifiques nous expliquent que la biodiversité disparaît de manière alarmante, déclin dont l’Homme, par ses activités, est très fréquemment le seul responsable, et qu’il faut conserver cette biodiversité.
Certes, mais pourquoi se préoccuper d’une disparition accélérée de la biodiversité ? Comment concerner nos élèves, le grand public, si on n’explique pas la valeur, l’intérêt, les valeurs, les intérêts de la biodiversité pour notre bien-être, et l’ensemble de la biosphère. Montrer l’importance de la biodiversité permet de justifier la mise en place d’actions de conservation et motiver nos élèves, le grand public.

- Une prise de conscience de l’importance de la biodiversité pour l’Humanité, c’est donc par là que tout commence car sans cette approche il sera difficile de donner un sens à nos gestes éco-responsables, de donner du liant (lien) entre les actions que l’on désire mettre en place et leur utilité première : conserver la biodiversité par des actions en amont ( préserver en luttant contre les 3 facteurs d’érosion que sont la destruction des habitats, le développement d’espèces invasives et la surexploitation des ressources. Préserver consiste donc à éduquer, enseigner et mettre en place des gestes écoresponsables) et en aval ( protéger en créant des zones sanctuaires : in situ avec des Parcs Naturels, Réserves Naturelles, Espace Naturel Sensible, zone Natura 2000, élevages d’espèces rustiques… voire des actions ponctuelles de réintroductions d’espèces, renforcements de populations… et en dernier recours, ex-situ, avec la création de zoos, banques de graines, de sperme, de gènes...).

- A l’heure du développement durable, il semble pertinent de lier l’enseignement d’un « esprit Développement Durable », aussi souvent que possible, à une démarche de terrain : les situations concrètes restent le vecteur le plus efficace pour ancrer des savoirs et comportements. On apprécie notre environnement surtout en le découvrant au travers d’activités de plein-air et aux contacts de gens qui vivent le développement durable. D’autre part, dans un climat où le pessimisme prédomine, il est également important de montrer objectivement les dérives des activités humaines et leurs conséquences sur la biodiversité mais également de montrer les actions menées localement et à notre portée pour inverser la tendance.

- Ce projet et les nombreuses sorties associées se voulaient résolument objectifs, constructifs et optimistes tout en essayant de couvrir de manière globale et la plus large possible les différents aspects de l’Homme et la biodiversité, à travers l’écriture d’un journal.

« Précédente  1 2 3 4 5 6 7 8  Suivante » Sur une seule page
Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex