Utiliser des "jeux" en accompagnement personnalisé publié le 02/01/2018

Accompagnement personnalisé en mathématiques

Comment j’utilise ces jeux en classe ?

Les plateaux de jeux sont imprimés en couleurs et plastifiés afin de pouvoir les conserver le plus longtemps possible.
Je les ai classés dans une petite valisette avec la règle du jeu et j’ai également une armoire pour accueillir mes jeux de société et la valisette de dés.

Ma classe est organisée en îlots. J’ai composé ma classe selon 6 groupes de 4 environ (les classes sont à faibles effectifs, ce qui est confortable mais il est tout à fait possible de procéder de la même façon avec des classes plus "chargées").

A la suite d’évaluations formatives, je prépare une séance de remédiation à partir de quelques jeux choisis en fonction des compétences évaluées dans l’évaluation formative. Ce n’est pas systématique mais lorsque les compétences évaluées me semblent appropriées pour que la remédiation éventuelle puisse se faire sous forme de jeu, alors je lance les élèves dans ce type d’activités.
Je constitue donc des groupes de besoins à partir des résultats obtenus par les élèves. Dans notre collège (Anne Frank à Sauzé-Vaussais), nous utilisons l’application SACoche, puisque nous évaluons les élèves sans note c’est à dire uniquement par compétences et savoir-faire. Cet outil possède une fonction pratique, à savoir pour chaque item évalué lors de l’évaluation, chaque élève est classé par degré de maîtrise de la compétence (4 niveaux : non acquis, à renforcer, acquis, expert) ce qui facilite la constitution des groupes.

Plusieurs possibilités d’organisation s’offrent alors pour constituer mes groupes :

  • constitution de groupes de niveau homogène pour travailler et reprendre une même compétence non maîtrisée par chaque membre du groupe :
    dans ce cas, j’accompagne les élèves dans un premier temps pour reprendre la notion non maîtrisée à cet instant puis je les laisse "jouer". A la suite de cette séance, je les réévalue à la séance suivante ou parfois j’attends encore un peu afin de laisser du temps pour l’élève de s’approprier la notion. Généralement, les résultats obtenus sont meilleurs, ce qui est encourageant. Les élèves apprécient souvent ce genre de séance. Il faut cependant accepter le bruit et donc choisir au mieux l’heure dans l’emploi du temps pendant laquelle on propose ce genre de séance afin de pouvoir être en mesure de tolérer ce bruit.
  • constitution de binômes de niveau hétérogène :
    un élève qui ne maîtrise pas la compétence sera associé à un autre élève qui maîtrise la compétence et qui jouera le rôle de tuteur, à travers la partie de jeu. Dans ce cas, lorsque les élèves jouent le jeu (c’est le cas de le dire !), l’élève tuteur peut évaluer la maîtrise de l’autre élève en complétant une petite fiche qu’il me remettra en fin de séance. Je peux alors évaluer des compétences pour les deux élèves, mathématiques pour l’un, sociales pour l’autre.

Ainsi, chacun des groupes ne jouent pas nécessairement au même jeu durant la séance.

Aussi, pour favoriser l’autonomie des élèves, il est possible d’utiliser des petits Rainbow talking points. Il s’agit de petits outils pour enregistrer une consigne par exemple, et l’élève peut alors la réécouter si besoin. Cela s’avère pratique lorsqu’il y a plusieurs groupes car on ne peut pas être avec tous les groupes en même temps. On peut également le faire avec ces flash codes.