Monter un projet avec la Corderie royale publié le 01/10/2019

Centre International de la Mer - Rochefort

La Corderie royale - Rochefort

La Corderie royale1

Vers 1660, Louis XIV charge le ministre Colbert de créer un arsenal, sur la façade atlantique, qui soit moins exposé aux tempêtes et aux flottes anglaise et hollandaise que les ports militaires de Brest ou du Havre. La Rochelle pourrait convenir, mais trente-deux ans seulement après la fin du dernier siège, la ville est encore un haut lieu du protestantisme. Le choix se porte finalement sur Rochefort, simple hameau au XVIIe siècle.

Situé à 20 km de l’océan, isolé en plein marais, dans un méandre de la Charente, le site offre une protection naturelle contre les tempêtes et d’éventuelles attaques venues de la mer, ainsi qu’un arrière-pays riche en matériaux de construction (carrières de Crazannes) et en possibilités de ravitaillement.

Vue aérienne de Rochefort

Le militaire, mathématicien et ingénieur Nicolas-François Blondel (1618-1686) est choisi pour concevoir l’arsenal, dont la construction débute en 1666 par l’édification de sa pièce maîtresse, la Corderie royale, achevée dès 1669. Peu après, Louis XIV nomme François Blondel directeur de l’Académie royale d’architecture, fondée en 1671. Son célèbre cours d’architecture reprend les principes du classicisme, notamment l’importance de la symétrie, parmi les caractéristiques de l’harmonie architectonique. La Corderie royale de Rochefort est d’ailleurs considérée comme un fleuron de l’architecture classique.

La construction de la Corderie s’avère délicate en raison de la nature marécageuse du sol. Pour asseoir des fondations stables dans l’épaisse couche de glaise et de vase molle, le bâtiment est érigé sur un radier en chêne de 30 cm de diamètre, immergé dans le limon. Le bois n’entrant jamais en contact avec l’air, il demeure imputrescible.

La Corderie royale - Rochefort

La Corderie royale est bâtie en pierres calcaires de Crazannes, dont les carrières se trouvent à une trentaine de kilomètres en amont de Rochefort. Le bâtiment dans sa totalité s’étire sur 374 mètres de longueur, l’atelier sur 300 mètres car les cordages de chanvre utilisés dans la marine royale, sous Louis XIV, mesurent environ 100 m. Or pour les fabriquer, une longueur minimale d’une fois et demie celle de la corde est nécessaire. L’atelier de la Corderie royale permet ainsi, à l’époque, de confectionner des cordages d’une encablure, soit 195 mètres.

Alors qu’aux XVIIe et XVIIIe siècles, la fabrication des cordages à base de chanvre reste une activité strictement manuelle, de nouvelles machines facilitent et accélèrent le travail des hommes au XIXe siècle. La première de ces machines est installée à Rochefort en 1850. Par ailleurs, les câbles métalliques, plus résistants, remplacent peu à peu les cordages traditionnels. En 1862, la Corderie cesse son activité. La fermeture de l’arsenal, en 1927, entraîne l’abandon progressif de la Corderie, qui est incendiée par les troupes allemandes en 1944. Seuls les murs restent debout. En 1967, les vestiges de la Corderie royale sont classés monument historique.

En 1971, la ville de Rochefort achète l’édifice et lance les travaux de restauration en 1976. Depuis 1985, la Corderie royale abrite le Centre International de la Mer.

Les missions du CIM et de l’Arsenal des Mers

Le CIM s’attache à faire découvrir la Corderie royale aux différents publics et à diffuser la culture maritime. Il comprend une salle d’exposition permanente dédiée à l’histoire de la Corderie, une salle accueillant des expositions temporaires thématiques sur les relations entre l’homme et la mer, une librairie maritime, une boutique et un restaurant. Le bâtiment abrite également la Médiathèque municipale, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Rochefort et de Saintonge, le Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres.

Le CIM s’emploie particulièrement à promouvoir l’histoire et la culture maritimes de Rochefort, contribuant ainsi à la mise en valeur et à la sauvegarde du patrimoine de la ville.

 Page suivante : présentation de l’exposition permanente et de l’exposition temporaire.

(1) D’après le dossier pédagogique La Corderie royale de Rochefort - Préparez votre visite (téléchargeable en fin d’article) et le dossier numérique Rochefort et la Corderie royale sur futura-sciences.com (juillet 2019).

Portfolio
Documents joints

Littérature jeunesse, rencontres avec un.e écrivain.e à la Corderie royale ou dans les écoles (CIM Rochefort). Académie de Poitiers.

un document Exposition permanente - CIM (PDF de 973.4 ko)

Dossier pédagogique de l’exposition permanente, CIM Rochefort. Académie de Poitiers.

Dossier pédagogique de l’exposition "Du Sable entre les pages" (2018-2020), CIM Rochefort. Académie de Poitiers.

un document Visites et ateliers 2019 (PDF de 1.2 Mo)

Groupes scolaires 2019 (CIM Rochefort), visites et ateliers. Académie de Poitiers.