Accueil : Lettres
Accueil >> Enseigner >> Lycée >> Si on rêva...

article Si on rêvait d’un autre monde...     -    publié le 11/06/2018

Ecriture de carnets de voyage en Utopie

Création de carnets de voyage en Utopie – Projet d’écriture collaborative mené en classe de Première, en prolongement d’une séquence consacrée à L’Ile des esclaves de Marivaux.

carte_72

•  Le projet

En prolongement de l’étude de la pièce de Marivaux, les élèves d’une classe de Première L ont été invités à construire un récit de fiction relatant la découverte d’un « pays imaginaire où tout est réglé au mieux », suivant la définition que le Littré donne de l’utopie. Dans le cadre d’un travail de groupes, ils ont inventé leur île, puis l’ont présentée à travers le carnet de voyage d’un explorateur. Outre la description des institutions, des mœurs et des coutumes de leur société idéale, ils ont réalisé au cours de ce projet des cartes, gravures, textes de loi, herbiers imaginaires, maquettes, et autres éléments qui permettaient de mettre en valeur leur créativité et de donner une certaine densité à la représentation de leur utopie. Les productions ont ensuite été présentées à la classe, et ont fait l’objet d’une exposition au CDI.
Associée à la lecture de textes du XVIième et du XVIIIième siècles évoquant la question des rapports entre l’individu et la société, l’activité avait d’abord pour but de faire réfléchir les élèves sur ce qu’ils attendent des institutions politiques et sociales de leur temps. Il s’agissait également de susciter, par l’imaginaire, un goût pour l’écriture, tout en travaillant certaines des compétences requises pour l’EAF. Pratiquée en groupes, et mettant en œuvre des talents variés, elle permettait enfin de valoriser tous les élèves.

•  La séquence

Au cours de cette séquence, consacrée par ailleurs aux spécificités du texte théâtral et de sa représentation, les élèves ont été amenés à s’interroger sur ce qui relève, dans la pièce de Marivaux, du genre de l’utopie. L’Ile des esclaves se situe en effet dans un espace imaginaire, exotique, coupé du monde, et donc propice à la fondation d’une société aux lois nouvelles ; ses habitants, anciens esclaves révoltés, vivent dans l’harmonie et parviennent, par leur sagesse et leur bonté, à réformer les mœurs des aristocrates orgueilleux qui tombent entre leurs mains.

•  Déroulement

Les élèves ont découvert au cours de l’étude de la pièce, les formes et les enjeux de l’utopie. Le travail autour du projet a été mis en œuvre, en parallèle, tout au long de la séquence, à raison d’une ou deux heures par semaine ; ils ont par ailleurs mis à profit, au cours de cette période, les heures d’Aide Personnalisée pour poursuivre leurs recherches. Dans l’intervalle, les élèves travaillaient en autonomie et étaient responsables de l’avancée de leur carnet. Ce mode de fonctionnement nous permettait de disposer d’un créneau favorisant la dimension collaborative de l’activité, tout en inscrivant le travail d’écriture à proprement parler dans un temps long et dans une démarche plus personnelle.

  • Séance 1 (deux heures) – Lancement du projet – La séance se déroule au CDI. On distribue aux élèves une présentation écrite du projet – sur laquelle ils pourront revenir tout au long de la réalisation de leur production. Pour nourrir leur réflexion, on leur propose la lecture de quelques textes présentant des utopies ; l’Eldorado dans Candide de Voltaire, l’abbaye de Thélème dans Gargantua de Rabelais, le voyage de Gulliver au pays des houyhnhnms de Jonathan Swift…On les invite également à visiter l’exposition que la BNF a consacrée au sujet – http://expositions.bnf.fr/utopie/ ainsi que le site de l’auteur de science-fiction Bernard Werber, qui propose aux internautes d’imaginer, pour le meilleur ou pour le pire, l’avenir de nos sociétés sur « L’Arbre des possibles » http://www.arbredespossibles.com/ - S’ensuit un débat au cours duquel ils évoquent les aspects négatifs de notre société, et proposent quelques pistes pour définir ce que serait – selon eux – un monde idéal. La séance s’achève par la constitution de groupes de travail.
  • Séance 2 (une heure) – Construction de l’utopie – Il était demandé aux élèves de réfléchir, durant la semaine, aux caractéristiques de l’univers imaginaire qu’ils voulaient créer. Au cours de la séance, ils échangent leurs idées, affinent leur représentation de leur société idéale, en imaginent les lois, les coutumes, la localisation, les paysages…et prennent des notes au brouillon. Ils doivent également envisager les circonstances de la découverte de leur « île » et définir le statut et l’identité du narrateur de leur texte. Les groupes les plus avancés commencent la rédaction du récit de voyage et/ou des documents qu’ils reporteront dans leurs carnets (textes de lois, notamment)
  • Séance 3 (une heure) – Rédaction du récit de voyage – Les élèves poursuivent en classe la rédaction du récit de voyage qu’ils ont entamée au cours de la semaine précédente. Ils se répartissent la description des différents éléments de leur utopie ; cadre, architecture, faune, flore, modes de vie, type de gouvernement…qu’ils associent au récit des étapes de la découverte. Le travail est à poursuivre pour la séance suivante.
  • Séance 4 (une heure) – Réalisation du carnet de voyage – Les élèves peuvent désormais se consacrer à la production du carnet à proprement parler ; récit, documents annexes, éléments végétaux et floraux, illustrations y sont collectés et assemblés.
  • Séance 5 (une heure) – Présentation des travaux – Chaque groupe présente oralement son « utopie » devant le reste de la classe : les autres élèves sont invités à feuilleter le carnet et à réagir. Les productions font ensuite l’objet d’une exposition au CDI.

• Liens avec les programmes

Objectifs

  • Fédérer une classe de première littéraire autour d’un projet commun.
  • Ouvrir une réflexion sur les notions de bonheur individuel et collectif.
  • Réinvestir les connaissances acquises sur les enjeux et les formes de l’utopie.
  • Initier les élèves aux formes de l’argumentation indirecte.
  • Exercer les élèves à la pratique de l’écriture d’invention.

L’étude de l’œuvre de Marivaux permet, par son genre et par les questions qu’elle soulève, de croiser deux objets d’étude au programme de 1ère ; « Le texte théâtral et sa représentation du XVIIe à nos jours » et « La question de l’homme dans les genres de l’argumentation du XVIe à nos jours » Le travail d’écriture qui s’en est suivi a permis d’approfondir la réflexion sur ce dernier point ; les élèves, en effet, se sont interrogés sur les enjeux de l’utopie, à la fois laboratoire d’idées nouvelles et image en creux d’une société dont on pointe les imperfections.
Ce projet a en outre permis de travailler les compétences mises en œuvre dans l’écrit d’invention ; il s’agissait en effet de produire un texte à visée littéraire, présentant des éléments narratifs, descriptifs et argumentatifs, et répondant aux contraintes formelles imposées par la situation d’énonciation proposée.

• Informations pédagogiques

Niveau – Premières
Type d’activité – Projet d’écriture collaborative
Objets d’étude – « La question de l’homme dans les genres de l’argumentation du XVI e à nos jours – Le texte théâtral et sa représentation du XVIIième à nos jours »

- Document joint
Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex