Accueil : Lettres
Accueil >> Enseigner >> Lycée >> "Créatures...

article "Créatures et créateurs"     -    publié le 29/05/2018

Projet d’écriture collaborative en classe de première

portrait_frankenstein

Frankenstein James Whale

• Le projet

En prolongement d’une séquence consacrée à cette thématique, on a proposé aux élèves de concevoir et de rédiger en groupes le carnet, tenant à la fois du journal de recherches et du journal intime, d’un « savant », qui aurait tenté de donner vie à une créature artificielle.
Outre le récit de l’expérience, mené à la première personne, ils ont réalisé des « documents » permettant d’illustrer leur propos et d’animer leur production : schémas préalables, « données scientifiques » chiffrées, dessins ou photographies, échantillons divers… et ainsi exercé leur créativité.
Ils ont également présenté leur travail à la classe sous des formes et dans des registres très variés : exposés scientifiques, saynètes reproduisant les moments clé de l’expérience, voire courts métrages... Les carnets ont ensuite fait l’objet d’une exposition au CDI.

• La séquence

À travers des extraits de L’Homme au sable de Hoffmann, de Frankenstein de Mary Shelley, et de L’Ève future de Villiers de l’Isle Adam, les élèves ont découvert des créateurs, habités par le fantasme prométhéen de donner la vie, et leurs créatures, à la fois semblables à l’homme et fondamentalement autres. Pour nourrir la réflexion et présenter différentes variations sur le motif, de l’Antiquité à nos jours, on a ensuite enrichi ce corpus d’une série de textes (voir en pièce jointe) et de documents complémentaires de nature diverse :

On trouvera par ailleurs des pistes et des ressources pour traiter de cette thématique dans le numéro 58 de la NRP (janvier 2014) : Questions sur l’homme, entre science et littérature – De l’animal-machine à l’androïde : L’homme artificiel (2de) - L’homme, un animal dénaturé ? (1re)

• Déroulement

Les élèves ont découvert au cours de l’étude menée en classe, différents avatars du couple « créateur / créature » ; le travail autour du projet a été mis en œuvre, en parallèle, tout au long de la séquence. Une fois l’activité lancée, des temps d’échange ont permis de faire le point sur les éventuelles difficultés rencontrées. Dans l’intervalle, les élèves travaillaient en autonomie et étaient responsables de l’avancée de leur carnet ; on leur fixait néanmoins des étapes inscrites dans un calendrier. Ils pouvaient par ailleurs mettre à profit, au cours de cette période, les heures d’Accompagnement Personnalisé pour poursuivre leurs recherches. Ce mode de fonctionnement permettait de disposer d’un créneau favorisant la dimension collaborative de l’activité, tout en inscrivant le travail d’écriture à proprement parler dans un temps long et dans une démarche plus personnelle.

  • Semaine 1 – Lancement du projet – Les élèves ayant déjà pris connaissance de la problématique de la séquence, et lu quelques textes pour en découvrir les enjeux, on leur propose un document fixant les contours du projet ; un échange oral permet d’en expliciter les attentes. On explique aux élèves qu’ils sont libres de choisir l’époque de la fiction à construire, ce qui implique évidemment d’y adapter les « conditions » de la création (magie, mécanique, système électrique, manipulations génétiques…) ; on rappelle également que le carnet est écrit à la première personne, et qu’il doit faire état des réflexions et des aspirations du créateur ; on attire enfin leur attention sur la partie orale du projet (voir document en pièce jointe). Les élèves constituent les groupes autour d’un projet commun.
  • Semaine 2 – « Conception » de la créature – Il est demandé aux élèves de réfléchir aux caractéristiques de leur créature, ainsi qu’au processus qui doit lui donner vie. On propose éventuellement quelques pistes de recherches pour garantir au texte produit une certaine crédibilité. Ils peuvent se répartir le travail de différentes manières (en fonction des étapes de la création, ou de la nature des textes à produire).
  • Semaine 3 – Rédaction du carnet – Les élèves poursuivent la rédaction du récit qu’ils ont entamée au cours de la semaine précédente, et mettent en commun leurs productions individuelles.
  • Semaine 4 – Réalisation « plastique » du carnet – Les élèves peuvent désormais recopier leurs textes, et y ajouter les différents éléments destinés à illustrer et à animer le carnet : schémas, photographies, graphiques, échantillons…
  • Semaine 5 – Présentation des travaux – Chaque groupe présente oralement sa « créature » devant le reste de la classe : cela peut se faire sous la forme d’un diaporama, d’une saynète, d’un court métrage…. Les productions font ensuite l’objet d’une exposition au CDI.

• Les objectifs

  • Nourrir une réflexion sur la question de l’homme dans les genres de l’argumentation du XVIe à nos jours – La séquence permet, par le genre des textes choisis et par les questions qu’elle soulève, de croiser deux objets d’étude au programme de 1re : « Le roman et ses personnages du XVIIe à nos jours » et « La question de l’homme dans les genres de l’argumentation du XVIe à nos jours ». Le travail d’écriture mené en parallèle prolonge alors la réflexion sur les thèmes évoqués plus haut ; les élèves s’interrogent en effet sur la nature de leur créature, sur le processus (magique ou « scientifique ») qui lui donne vie, sur les motivations du créateur, et sur la réussite ou l’échec de son projet. Cela implique en outre de revenir à la lecture des textes étudiés, pour s’en inspirer ou s’en détacher.
  • S’initier à la pratique de l’écriture d’invention – Ce projet permet par ailleurs de travailler les compétences mises en œuvre dans l’écrit d’invention ; il s’agit en effet de produire un texte à visée littéraire, présentant des éléments narratifs, descriptifs et argumentatifs, et répondant aux contraintes formelles imposées par la situation d’énonciation proposée.
  • Faire varier les situations et les pratiques d’écriture – Le travail mené a également pour but de développer des aptitudes et un goût pour l’écriture, en s’inscrivant dans un temps long, et dans une démarche collaborative ; il permet, par la variété des compétences demandées, d’impliquer l’ensemble des élèves dans le projet.
  • Faire varier les situations et les pratiques de l’oral – La dernière étape du projet, qui consiste en une présentation du Créateur et de sa Créature au reste de la classe, sous des formes diverses, permet enfin aux élèves de s’exercer à la prise de parole.

• Informations pédagogiques

Niveau – Premières
Type d’activité – Projet d’écriture collaborative
Objets d’étude – « La question de l’homme dans les genres de l’argumentation du XVIe à nos jours & Le roman et ses personnages du XVIIe à nos jours »

- Document joint
Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex