L'hybridation des apprentissages publié le 08/11/2020

Depuis la rentrée scolaire de novembre, un protocole sanitaire renforcé s’applique dans les établissements scolaires. En revanche, cette mesure est plus compliquée à respecter pour les lycées du fait de leur taille et de leur organisation. C’est pourquoi il leur est demandé de mettre en place un plan de continuité pédagogique qui garantisse au moins 50% d’enseignement en présentiel pour chaque élève.
Par conséquent se pose la question pour les enseignants de l’organisation des cours pour prendre en compte tous les élèves (en distanciel et en présentiel).
Dans ce cadre, il s’agit donc d’envisager l’hybridation des apprentissages sous deux formes possibles :

  • synchrones :
    les élèves en distanciel et en présentiel suivent le même cours en temps réel
  • asynchrones :
    les élèves en présentiel assistent au cours alors que les élèves en distanciel font un travail similaire sur un temps différé.

Hybridation synchrone

Cette solution requiert des pré-requis techniques importants compte-tenu de la nécessité pour les élèves en distanciel de pouvoir assister au cours donné par l’enseignant aux élèves présents dans la classe.
Exemple partagé par la DANE de Paris :

Exemple d'hybridation synchrone

Source : DANE de Paris.

Les pré-requis technique :

  • en classe :
    • ordinateur (fixe ou portable)
    • webcam orientable USB
    • micro déporté
    • vidéoprojecteur
  • à distance :
    • ordinateur (fixe ou portable)
    • micro-casque (fortement recommandé)

Hybridation asynchrone

L’enseignant peut envisager de s’organiser par exemple comme en mode classe inversée. Il s’agit de repérer les activités qui peuvent se dérouler à distance de celles qui méritent un accompagnement au plus près des élèves et donc en classe.
La progression, compte-tenu de l’organisation de l’emploi du temps, tout comme les ressources et les activités pourront être déposées sur l’ENT lycée Connecté de l’établissement.

Des ressources sur le sujet