Les 30 projets innovants présents à la journée de l'innovation 2015 publié le 11/03/2015  - mis à jour le 28/03/2015

Découvrez les 30 projets retenus pour participer à la journée de l'innovation

11 . « Envie d’apprendre »

Collège Gabriel Séailles, Vic Fezensac, académie de Toulouse

« Envie d’apprendre 2015 » c’est parier que l’on peut dépasser le sempiternel constat « les élèves ne travaillent pas, ils ne sont pas motivés ». C’est renoncer au fatalisme des élèves découragés, sans appétence scolaire, sans ambition glissant vers le décrochage au fil des années. C’est encourager les meilleurs à aller plus loin. C’est accepter de casser les codes pour travailler autrement afin de garder les élèves jusqu’en fin de 3° et les amener au mieux de leurs possibilités.
« Envie d’apprendre » c’est réfléchir ensemble, essayer, tâtonner, échanger, se tromper, questionner ses pratiques pédagogiques. Et c’est en abandonnant les notes pour une évaluation par compétences, plus précise et plus transparente que le défi a été lancé il y a 5 ans.

La fiche Expérithèque de l’action

12. PYGMALION

Lycée général et technologique Montchapet, Dijon, académie de Dijon

Le projet PYGMALION, mis en place au lycée Montchapet à Dijon, crée un espace pédagogique et cognitif libéré de l’évaluation sommative traditionnelle qui permet aux professeurs de développer « plus librement » leur expertise et aux élèves d’appréhender des contenus en relation directe avec le monde dans lequel ils évoluent et auquel ils doivent se préparer. Les contenus de l’enseignement général sont au contact direct du monde professionnel dans sa plus grande diversité.

La fiche Expérithèque de l’action

13. Penser autrement le temps scolaire

Collège Debussy, Nantes, académie de Nantes

Penser autrement le temps scolaire, décloisonner les disciplines, oser des séquences à géométrie variable, annualiser le temps de travail des enseignants, mettre du temps disciplinaire dans un « pot commun » pour enseigner différemment, changer les pratiques d’évaluation, inventer des options, organiser des temps forts …
L’expérimentation à l’échelle de l’établissement permet tout cela, libère la créativité et les énergies de chaque acteur de la communauté éducative, permet de différencier et fait réussir les élèves !

La fiche Expérithèque de l’action

14. Brevets de réussite et livrets de compétences numériques

École Maternelle La Madeleine, Tournan-en-Brie, académie de Créteil

Comment motiver des « petits bouts »de trois ans et plus, les rendre acteurs de leurs apprentissages, leur faire aimer l’école et ses rituels, ce sont ces questions essentielles qui ont amenées toute une équipe enseignante à innover.
En rendant les élèves de ses quatre classes responsables du choix du niveau d’évaluation, toute une école maternelle est en marche vers la réussite. Pour chaque compétence évaluée, trois niveaux sont proposés aux élèves, à eux de bien choisir pour obtenir le brevet de réussite !
Des outils sont mis au service du parcours de chacun : les livrets de compétences numériques reflètent l’obtention progressive des brevets de réussite et favorise la communication avec les familles sur les apprentissages.

La fiche Expérithèque de l’action

15. Initiation aux arts de faire culinaires au collège

Collège Marguerite de Valois, Angoulême, académie de Poitiers

Il s’agit d’un projet pilote d’éducation ambitieux comprenant différents ateliers complémentaires ayant comme fil rouge l’alimentation : cours de cuisine, modules d’éveil sensoriel, éducation aux médias et au développement durable, sensibilisation aux arts de la table …
Tout ceci pour nous permettre de nous rapprocher au maximum des sociabilités alimentaires quotidiennes des jeunes et de créer du lien avec les familles issues principalement d’un quartier sensible.
Le but est de donner aux collégiens les clés d’une alimentation plus saine, raisonnée et autonome afin de les rendre acteurs de leur alimentation, de leur redonner la possibilité de construire et d’analyser leurs choix alimentaires.
Une recherche-action longitudinale est mise en place pour évaluer les bénéfices de cette éducation des collégiens aux « arts de faire culinaires » : une analyse des rapports entre l’école, la famille et l’univers marchand.

La fiche Expérithèque de l’action

16. Le projet sac d’histoires

IEN Bourgoin 2, académie de Grenoble

Après son élaboration par les élèves, les parents et l’équipe pédagogique, un sac circule dans les familles, ramené par les élèves. Il contient un album en français et traduit dans la langue familiale, un cd, des jeux et des surprises.
Afin de faciliter l’apprentissage et l’entrée dans la lecture, le projet participe à amener aux élèves des modèles d’adultes qui parfois ne savent certes pas lire mais vont faire l’effort de s’intéresser à ce que l’écrit peut leur apporter. Le projet vise à renforcer le lien école famille, mais aussi à inciter le langage au sein des familles.

La fiche Expérithèque de l’action-

17. Créer un café des parents et un blog pour une co-construction d’une communauté éducative

Réseaux (REP+) des collèges Rostand et Renoir de Marseille, écoles maternelles et élémentaires de Bouge, Corot, Malpassé les Lauriers, Malpassé les Oliviers, Saint-Jérôme les Lilas, Marseille, académie d’Aix-Marseille

Situés dans les quartiers nord de Marseille, les collèges Renoir et Rostand et le lycée Diderot partagent la qualification zone ECLAIR et accueillent les enfants des « cités ».
L’extension d’un café des parents à l’ensemble du réseau ainsi que la création d’un blog visent à épauler les parents qui élèvent seuls leurs enfants, qui se sentent isolés et déconnectés de l’école. Plus largement, il s’agit de soutenir une parentalité confrontée à la raréfaction des transmissions intergénérationnelles et des solidarités de proximité, de créer un espace de dialogue entre l’école et la famille, de renforcer la dynamique de co-éducation.

La fiche Expérithèque de l’action

18. Ouverture aux langues à l’école maternelle : apprendre à parler et à penser avec une mascotte voyageuse

Ecoles maternelles La Serinette et Le Jonquet, Toulon, académie de Nice

Ce projet vise la réussite scolaire de tous les élèves par l’ouverture sur les langues et leur pluralité qui permet de relier la langue de scolarisation et les langues de la migration ; l’implication des parents bilingues ou plurilingues dans la vie de l’école, indépendamment du statut de leurs langues ; une meilleure appréhension des attentes de l’école par les familles. Une marionnette-mascotte francophone (un animal) part en vacances autour du monde et envoie des cartes postales à la classe. Sur la carte, quelques mots (bonjour, au revoir, à bientôt) dans une des langues des pays visités -la carte sert de déclencheur aux activités plurilingues/culturelles-. La Mascotte revient de temps en temps dans la classe avec un ami étranger (une marionnette ou une peluche) accompagnée d’un traducteur (le plus souvent un parent qui comprend la langue de l’ami). Le choix des langues s’appuie sur une étude sociolinguistique de la classe et de l’environnement immédiat (le quartier), il ouvre des possibilités de lien avec les familles et participe à construire le « vivre ensemble ». L’ouverture aux langues ne repose pas sur les apprentissages classiques mais sur les vécus familiaux et affectifs en créant un lien fort avec les familles et en facilitant leur entrée dans l’école. Progrès et résultats dans la maîtrise de la langue, devenir élève et ouverture au monde sont visés.

La fiche Expérithèque de l’action

19. Quand la main d’élève devient main d’artiste. Petits et grands partageons nos chimères.

Collège Paul Langevin, Saint-Junien, académie de Limoges

Ce projet, mené pendant deux années scolaires, a permis de créer à l’entrée du collège un parcours artistique réalisé par des élèves de l’Ecole Maternelle Cachin, des élèves des classes ordinaires du collège et des élèves de la SEGPA du collège Langevin de Saint-Junien.
Cette œuvre durable a été réalisée en coopération avec plusieurs artistes, Pierre DEBIEN artiste plasticien et le groupe vocal Canticum Novum.
Ce parcours visuel, sonore et lumineux est composé de 8 grandes chimères et équipé d’un système numérique permettant aux visiteurs d’écouter le conte inventé par les petits de la maternelle, puis enregistré et sonorisé par les élèves de 5ème SEGPA.
Ce projet a été sélectionné par l’association « Chemins d’Enfance » et la Fondation de France qui lui a attribué une importante subvention, en raison de son ambition artistique.
Il a également été sélectionné par le Rectorat de Limoges pour l’appel à projet de « L’Audace Artistique et Culturelle » prix 2014.

La fiche Expérithèque de l’action

Documents joints

Candidatures de l’académie de Poitiers pour la journée nationale nationale de l’innovation 2015

Livret des 30 actions sélectionnées