Image d'un paysage habité publié le 17/12/2009  - mis à jour le 06/07/2016

De quelques réalisations

Des élèves, ayant fait des photos floues, les ont tout de suite considérées comme ratées et ont été ainsi aveuglés au point de faire leur montage comme si la photo était nette (voir l’image suivante). L’idée que le montage puisse tenir compte du flou, pour certains, n’émergea qu’après, lorsque nous avons vu l’ensemble des productions.

Certaines photos présentent des zones floues et d’autres nettes [nous avons déjà observé par ailleurs cet effet et l’avons rattaché à la nature même de la photographie]. Dans la première image, nous constatons encore que ce flou n’est pas pris en compte par les élèves. Ou au contraire on en joue comme dans la seconde.

Travaux présentant des choix concernant le cadrage, les limites de l’image, la couleur ou la composition.

Travail mélangeant des matériaux photographiés avec des textures informatiques.

La réponse qui suit, rare ceci-dit, s’avère cohérente parce que les élèves n’ont dès le départ pas pris en compte l’espace même de la maquette et ont proposé, malgré toutes les discussions, quelque chose qui peut faire penser au bas-relief.

Certains n’avaient pas eu le temps de retoucher l’image. Les élèves perçoivent d’autant plus l’étrangeté, le côté « surréaliste » de l’effet obtenu, mais ne l’envisage pas dans les termes qui sont les nôtres, c’est-à-dire la relation au réel des images. Ils ressentent l’effet et ont réticence à l’analyser. A la limite, dans les termes de la question, je ne pense pas que ce soit l’image qui pose problème mais plutôt le réel.

Les élèves, aujourd’hui, ont toujours connu la photographie comme étant de la photographie numérique. L’idée de trace, qui pour nous est évidente, me paraît plus facile à appréhender avec le moulage qu’avec la photographie. J’ai donc construit une des séquences qui ont suivi autour de Movie House de George Segal.

Compétences travaillées avec les élèves

 Évaluer le degré de virtualité des images.
 Exploiter les appareils (photographie numérique) à des fins de création.
 Utiliser quelques fonctions avancées de logiciels.
 Savoir travailler en équipe.
 Participer à une verbalisation, écouter et accepter les avis divers et contradictoires.

Philippe Chocq, 2009