Le Temps sculpté et Enluminé au Bas Moyen Age publié le 17/05/2011

2. Plus chic : les livres enluminés

Activité Arts Plastiques, Histoire et Lettres : Visite du Domaine de Chantilly : Musée et bibliothèque
http://www.institut-de-france.fr/
Le musée Condé et ses collections
Le musée Condé, installé dans le château, présente les collections du duc d’Aumale, fils de Louis-Philippe 1er et dernier propriétaire du domaine avant son legs à l’Institut de France (l’Académie française).
Ces collections offrent un vaste panorama de la peinture occidentale et, à travers de nombreux portraits illustres, une promenade dans l’Histoire de France, du XVe au XIXe siècle.

Un livre d’heures est le type le plus courant d’ouvrage médiéval enluminé. Chaque livre d’heures est unique, mais tous contiennent une collection de textes, de prières et de psaumes avec des illustrations correspondantes et constituant un recueil de base pour la pratique de la religion catholique.

Un psaume est une prière poétique de la Bible, composée de plusieurs versets. Les Psaumes sont des chants, des louanges et des poèmes dédiés à l’Eternel. Le chant des Psaumes est réglé au rythme des Heures qui représentent huit réunions de prière en 24 heures. Selon les théoriciens du Moyen Âge, la science harmonieuse des nombres forme l’esprit selon les principes divins, et, la musique étant elle-même une science, elle doit obéir à ces préceptes. Dans le christianisme, la liturgie des Heures est priée (chantée ou récitée) à l’aide du Psautier suivant des rythmes variés, en 1, 2 ou 4 semaines, à raison de 3 à 8 offices ou moments de prière par jour.

Le terme "enluminure" est souvent associé à celui de "miniature", qui vient du latin minium, désignant un rouge vermillon. Jadis, le terme s’appliquait, de préférence, aux lettres ornementales majuscules (lettrines) dessinées en rouge sur les manuscrits ; puis le rapprochement (sans fondement étymologique) avec les mots minimum, minuscule, s’est opéré, et la miniature a désigné les images peintes, de petite taille, comparées aux tableaux et aux peintures murales (fresques). S’appliquant à toute représentation de format réduit, le terme a donc désigné également les petites scènes peintes sur d’autres objets que les manuscrits.
On peut donc parler de manuscrits enluminés, de manuscrits à miniatures, et même de manuscrits à peintures, comme le font certains spécialistes, puisque l’artiste chargé de cette part de l’œuvre était nommé pictor au Moyen Âge, pour le distinguer du scriptor (étymologiquement ce terme a donné scribe c’est-à-dire "celui qui écrit", mais copiste est plus adapté pour le Moyen Âge) chargé de la seule copie du texte.
Dans sa forme initiale, un livre d’heures ne rassemblait que des textes appropriés aux heures liturgiques. Avec le temps, leur texte s’enrichit de données plus profanes telles qu’un calendrier avec les prières et les messes pour certains jours saints.

Comme de nombreux livres d’heures sont enluminés, ils constituent une importante documentation sur la vie aux XVe et XVIe siècles et sont la source d’une iconographique sur la chrétienté médiévale.Vers la fin du XVe siècle, des tirages imprimés furent réalisés selon le principe de la xylographie.
Le plus célèbre livre d’heures est Les Très Riches Heures du duc de Berry.

Troubadours de l’amour à Poitiers

Les troubadours sont à l’origine de la poésie profane en Occident. Leur nom vient du bas latin trobar, qui signifie trouver ou... composer des vers ou de la musique (on les appelle aussi trouvères en langue d’oïl. Oïl et Oc signifient : OUI. Oïl est le terme utilisé au nord de la France d’alors, Oc : au sud). Ils vont de château en château et racontent des épopées en vers qui magnifient les vertus chevaleresques. La Chanson de Roland est la plus célèbre de ces épopées ou chanson de geste (du latin gesta qui signifie action et désigne un exploit guerrier).
Ces poètes itinérants originaires pour la plupart d’Aquitaine ou de Provence ont inventé l’« amour courtois », fait de tendresse et de passion. Ils sont en général d’extraction noble ou bourgeoise. Certains appartiennent même à la haute noblesse. C’est le cas du duc Guillaume IX d’Aquitaine, grand-père d’Aliénor d’Aquitaine. Celle-ci, fidèle à la tradition familiale, s’entoure de troubadours à Poitiers. Parmi eux le célèbre Bernard de Ventadour... À sa cour, gentes dames et troubadours chantent et dissertent à loisir, rivalisant d’esprit et de charme. On débat par exemple du point de savoir si l’amour est encore possible dans le mariage, quand la relation charnelle devient une contrainte et n’est plus le fruit d’un libre choix !...
De tels débats, soulignons-le, témoignent de l’émergence de l’individu (et de l’individualisme) : avant que les femmes cultivées de la chrétienté occidentale ne se mettent à raisonner, il était convenu en Europe comme dans toute les autres régions du monde que l’individu devait s’effacer devant la famille, le clan ou l’État. Aliénor et ses consœurs donnent les premiers coups de boutoir à ces conventions « universelles » en revendiquant le droit d’aimer, voire d’épouser la personne de leur choix.
Les cours d’amour comme celles de Poitiers vont déboucher plus tard sur l’académie des Jeux Floraux, à Toulouse.

Activité Education musicale :
Musique renaissance : recherche sur le luth. Ecoutons la pavane n°3 de Luys Milan
http://www.youtube.com/watch?v=nBcBl-nVA2E
La pavane est une danse de cour lente du XVIe siècle, dansée près du sol par des couples disposés en cortège. Son nom évoque la ville de Padoue dont elle serait originaire.
La pavane consiste en deux simples et un double en avant (marche), suivis des mêmes en arrière (démarche). On peut également continuer à avancer sur la deuxième partie, parcourant ainsi la salle en cortège de couples.
Recherche. Quelles sont les origines du luth ?

"Archimboldo (1526-1593) : un surréaliste de la Renaissance"

Activité Education musicale et Education Physique : Commentez, mais surtout dansez !
Les quatre saisons ont continué à être célébrées au fil du temps.
Voyez à l’époque baroque :
Regardez cette vidéo réalisée sur la Place Saint Marc de Venise, devant la basilique. Ballet de Roland Petit sur la musique baroque d’Antonio Vivaldi. http://dailymotion.virgilio.it/video/x78o3s_le-quattro-stagioni-di-roland-petit_music