La dictée à l'adulte publié le 05/03/2019

Des dispositifs parallèles pour apprendre à rédiger  :

La dictée collective  : situation idéale  : de 12 à 15 élèves, groupe hétérogène. Dans ce travail même les enfants qui ne participent pas voient fonctionner toute une série de phénomènes qui ont trait à la relation oral-écrit. Or même si certains ne disent rien, ils voient le texte se construire et participent silencieusement aux interactions du groupe. C’est alors à l’enseignant d’observer et de voir comment cela se concrétise en passation individuelle.

Redire un texte connu dans mes mots. Il s’agit de retrouver un texte en s’appuyant sur le sens. Plusieurs cas de figure se font jour  :
Ceux qui ont tout compris et qui reconstitue sans difficulté.
Ceux qui reconstruisent des parties
Ceux qui reconstruisent des parties puis les assemblent
Ceux qui comprennent petit à petit

Dans cet exercice, sur un texte d’auteur on peut viser la littéralité de l’écrit. Ce qui a été écrit est tout de même bien mieux que ce qu’on a réécrit ensemble. On prépare un exercice un peu délaissé qui est la reconstitution de texte.

Dans des classes plus en difficulté, on peut partir de textes sus par coeur pour des activités de dictée à l’adulte afin de mieux mettre en relation ce qui est dit et ce que l’on écrit

Problème de la relecture finale
Elle se fait par l’adulte à partir du brouillon. Il est important de garder cette trace écrite pour faire entrer les enfants dans l’idée que le brouillon griffonné et repris est le travail d’écriture normal.
Ce n’est qu’après l’accord définitif de ce que doit être le texte dans le fond et dans la forme et après sa relecture finale qu’il est écrit au propre.