La technique de l'entretien d'explicitation au service de la réussite des élèves publié le 03/03/2013  - mis à jour le 20/11/2013

Comment insérer ces créneaux dans les emplois du temps ? Comment recruter les élèves ?

Les créneaux horaires sur lesquels j’interviens sont depuis des années (ayant débuté en 2006) sur les heures « libres » entre les cours ou en fin de journée, prenant rendez-vous avec les élèves qui le souhaitent, accordant ensemble nos emplois du temps. J’interviens en outre cette année en Accompagnement personnalisé (AP) de seconde, sur trois créneaux d’une heure chacun, pour recevoir les élèves de seconde en difficulté d’apprentissage.

Les élèves ne sont pas vraiment « recrutés » : ils sont mis au courant qu’une personne formée peut les aider à explorer leur façon de travailler ou d’apprendre, pour améliorer leurs résultats et atteindre plus aisément leurs objectifs. Je les informe moi-même quand il s’agit de mes élèves ; et les professeurs principaux des secondes, premières et terminales, en informent leurs élèves, au coup par coup, lorsqu’ils le jugent utile. Les PP de secondes, cette année, m’envoient les élèves en difficulté particulière, pour les prendre en individuel, sur leurs heures d’AP.

Bien que deux collègues m’accompagnent dans ce projet, et chacune selon leurs compétences propres, le dispositif reste lourd car ces heures d’entretien sont en plus de nos services. J’ai la chance, grâce à l’organisation de l’AP par mon Proviseur-Adjoint, Monsieur Fontenier, d’avoir 4 heures d’AP où j’utilise cette technique d’entretien ; mais selon les semaines j’ai tout de même entre deux heures et cinq heures d’entretien en plus du service car les collègues en ont pris la mesure et les avantages. S’ajoutent à cela les heures jamais comptabilisées d’aide à mes collègues pour le suivi de leur formation, et une aide individualisée aussi à leur égard, afin de les accompagner dans la pratique des techniques de l’entretien d’explicitation.

Comment se former à cette technique ?

En fait, je me suis chargée de faire l’information, l’inscription et la constitution du dossier pour les demandes de stage établissement chaque année au mois d’avril, d’une part. Je signale qu’il y avait cette année un stage au PAF assuré par Sylvie Bonnel, elle-même formée au Grex1 et proposant une initiation aux techniques de l’explicitation.

D’autre part, j’assure un suivi auprès de mes collègues sur leurs pratiques pour en faire une analyse et discuter des précisions techniques dont ils ont besoin. Ceci dès la première année du projet. Dès la seconde année, une demande d’information sur les difficultés spécifiques aux dyslexiques m’a été demandée, donc je l’ai assurée (puisque je suis maintenant formée) et en invitant une collègue faisant elle aussi de la remédiation auprès des dyslexiques.

Cette année j’ai ajouté une formation assurée par moi-même, en trois parties (tout en continuant les suivis évoqués ci-dessus) :

  • 1° stage "comment pratiquer l’explicitation en classe entière ?"
  • 2° stage "comment mettre en explicitation la procédure de mémorisation ?"
  • 3° stage "Vous avez dit penser en images ?" (sur les différentes "étoffes de la pensée, verbale, visuelle 2D et 3D, et comment les repérer).

    Sur ce dernier stage la demande est forte de la part de mes collègues qui souhaitent que j’en propose un à nouveau, ainsi que sur l’explicitation en classe.

Important : à chaque stage que je propose, deux de mes collègues, formées à l’explicitation, m’accompagnent et m’épaulent avec beaucoup d’efficacité et d’enthousiasme : Marie-Pierre Villard et Laurence Le Saux, toutes deux professeures d’anglais. Enfin, les stages établissement sont assurés par Philippe PEAUD, formateur de formateurs, membre du Grex, et exerçant à l’université de Poitiers.

Retrouvez cette fiche dans l’Expérithèque