Accueil : EduQuébec

article Le Québec : un Eldorad’eau menacé ?     -    publié le 21/08/2007    mis à jour le 25/01/2012

2nde générale et technologique

1 2 

Une étude sur l’eau au Québec renvoie à une situation bien différente de celles les plus souvent étudiées. Les études de cas repose le plus souvent sur des régions ou des territoires où l’eau est une ressource faible voire insuffisante. Nous avons tendance à insister sur des cas de pénurie pour mettre en évidence les solutions apportées et aménagements réalisés. Avec le Québec, c’est plutôt l’abondance et la gestion de cette abondance qui sont le cœur du travail.

Avec une démarche géographique plutôt classique, on mesurera l’importance de cette ressource avant d’observer sa gestion actuelle. La perspective du développement durable intervient de manière croissante sur cette gestion, on pourra donc terminer par les inflexions récentes de la politique de l’eau au Québec. Étant donné le niveau correspondant à cette thématique et le faible volume horaire disponible, nous n’avons pas jugé pertinent de proposer une typologie d’espaces québécois relative à cette question de l’eau.

• L’abondance de la ressource

Les bassins hydrographiques du Canada renferment environ 9 p. 100 des ressources en eau renouvelable et 20 p. 100 des eaux douces de la planète, y compris les eaux emprisonnées dans les glaciers et les calottes glaciaires polaires.

A l’aide des sites référencés il est assez aisé de mesurer l’importance de cette ressource au Québec ou même au Canada. Généralement les sites fédéraux du Canada sont doublés d’un site du gouvernement provincial du Québec, permettant de choisir l’échelle fédérale ou l’échelle québécoise :
échelle fédérale
échelle québecoise

On y retrouvera :

  • les eaux de surface  :
    lacs, fleuves et rivières, les lacs, les zones humides…
  • les eaux souterraines  :
    au Canada, 8,9 millions de personnes, soit 30,3 % de la population, sont tributaires de l’eau souterraine pour leurs besoins domestiques. Environ deux-tiers de ces usagers vivent dans des régions rurales. Dans de nombreuses régions, les puits produisent des réserves d’eau plus fiables et moins chères que celles obtenues dans les lacs et les cours d’eau voisins. _ Les autres consommateurs se situent essentiellement dans des petites municipalités où l’eau souterraine fournit la principale source des systèmes de distribution d’eau.
    Par exemple, 100 % de la population de l’Île-du-Prince-Édouard, et plus de 60 % de la population du Nouveau-Brunswick dépendent de l’eau souterraine pour satisfaire leurs besoins domestiques.
  • les glaces et icebergs :
    on n’oubliera pas les grandes régions couvertes de glaces des régions boréales.

• Enjeux et menaces

- La consommation et les consommateurs

En 1996, on estime que cinq utilisations principales par prélèvement représentaient au Canada une utilisation brute de 64 421 millions de mètres cubes d’eau, soit un prélèvement de 44 611 millions de mètres cubes et une recirculation de 19 810 millions de mètres cubes pour les utilisations industrielles.
Environ 10 % du prélèvement étaient consommés (soit surtout par les utilisations industrielles et l’agriculture), alors que le reste était évacué dans les milieux récepteurs. Les utilisations principales par prélèvement sont : Thermoélectricité, Industrie manufacturière, Municipalités, Agriculture, Industrie minière.
Les ressources restent bien supérieur aux besoins au Canada comme au Québec

- Les prélèvements massifs et les exportations

Sur la question de l’exportation de l’eau vers les États-Unis, on aura recours au site fédéral sur l’environnement qui livre un large dossier sur ces questions à la fois sur les prélèvements massifs et sur les exportations :
site fédéral abordant le sujet de l’eau
Par prélèvement d’eau à grande échelle, on entend l’extraction d’eau en quantités effectuées par le biais de dérivations artificielles (comme des canaux), des navires ou camions citernes ou des aqueducs. Ces extractions risquent, par effet direct ou cumulatif, de nuire à la santé d’un bassin hydrographique. Le prélèvement à petite échelle, comme pour l’eau en bouteilles, n’entre pas dans cette catégorie.
On complètera les ressources documentaires à l’aide du site du ministère des affaires étrangères et du commerce international du Canada sur ce thème :
Site du ministères des affaires étrangères et du commerce internationnal

- Menaces liées aux changements climatiques :

  • Effets des conditions climatiques et des variations des niveaux d’eau sur les milieux humides du Saint-Laurent  :
    Ce projet vise à évaluer les effets des conditions climatiques ainsi que des variations des niveaux et des débits sur les milieux humides du fleuve Saint-Laurent, notamment sur leur répartition, leur diversité et leur productivité.
  • Effets des fluctuations des niveaux et débits du Saint-Laurent sur la santé des poissons :
    Ce projet vise à déterminer les impacts des fluctuations des niveaux et débits du Saint-Laurent sur la santé des poissons.
  • Élévation du niveau de la mer au Nouveau-Brunswick : Ce projet a pour objectif de mesurer les impacts du changement climatique et de l’élévation du niveau de la mer, ceci afin d’appuyer la gestion durable, la résistance des collectivités et l’élaboration de stratégies d’adaptation à ces impacts.
« Précédente  1 2  Suivante » Sur une seule page
- Documents joints
un document Communiqués de presse (PDF de 22.6 ko)

"Le Québec impose les plus hauts standards de l’Amérique du Nord"

Déclaration commune de mouvements sociaux québécois à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau
22 mars 2006

Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex