Dispositif ECLAD - Des espaces d'apprentissage qui favorisent la coopération et l'autonomie des élèves publié le 12/01/2021

Le Lycée Audouin-Dubreuil s’est engagé dans une démarche d’aménagement d’espaces d’apprentissages favorisant la collaboration et l’autonomie des élèves, et au service d’une pédagogie différenciée.

photo_1

A l’origine du projet

Le Lycée Audouin-Dubreuil de St Jean d’Angély est un lycée qui dispense des formations générales et technologiques, des formations professionnelles et des formations post-bac.

Lors de la réorganisation du "labo" de langues, la proviseure de l’établissement1 a décidé d’impulser un projet ayant pour objectif de "penser" les espaces comme étant au service des apprentissages, plutôt que de les subir.

Elle a donc proposé à une équipe d’enseignants déjà engagés dans une démarche de réflexion sur les pratiques pédagogiques différenciées et diversifiées de travailler aux aménagements des espaces nécessaires à la mise en œuvre de cette pédagogie.

Les objectifs du projet

Vidéo Constats et objectifs - Interview de Mathilde Chevrel, référente du dispositif (durée 01:16) (MPEG4 de 12.4 Mo)

Il s’agit de repenser les environnements de travail et les espaces d’apprentissage, qu’ils soient physiques, matériels, ou pédagogiques pour :

  • favoriser une pédagogie différenciée et diversifiée, centrée sur l’élève et non l’enseignant.
  • Favoriser l’autonomie des élèves par l’utilisation d’outils numériques connectés mis à disposition des élèves suivant les activités pédagogiques.
  • favoriser le travail collaboratif, et les interactions entre les élèves et avec les enseignants.2

La mise en œuvre du projet

1. Temps de réflexion

Dans un premier temps, les 7 enseignants3 partie prenante du projet se sont réunis à plusieurs reprises pour définir des objectifs pédagogiques communs.

Pour cela, ils sont partis des constats suivants :

  • le niveau des élèves est très hétérogène, et il est parfois difficile de gérer ces écarts de niveau en utilisant l’organisation habituelle des salles de classe.
  • Les élèves semblent avoir des difficultés en lecture-écriture plus importantes que par le passé.
  • Les élèves manquent parfois d’implication et d’autonomie dans les apprentissages, ainsi que dans le choix de leur projet de formation.

Il est alors apparu nécessaire de prévoir les moyens nécessaires à une pédagogie plus différenciée, et qui implique plus l’élève, et cela pour ne pas être "prisonnier" d’une organisation restreinte des espaces d’apprentissages : mobilier, matériel, disposition des espaces...

Cette organisation se devait d’être pensée au service des apprentissages, en favorisant les interactions entre pairs, le travail collaboratif, l’autonomie, et l’utilisation des outils informatiques. La réflexion pédagogique engagée par l’équipe s’est appuyée sur des expérimentations qui ont montré leur intérêt dans ces domaines. On pourra consulter, à cet effet, les travaux de Vincent Faillet, ainsi que les expérimentations et témoignages présentés sur le site "Archiclasse".

Séance d’anglais avec Manuelle Boucard, référente du dispositif, entretien avec Michel Caillaud (durée 05:25) (MPEG4 de 59.7 Mo)

2. Temps de préparation

Dans un second temps, l’équipe a organisé des temps d’échange avec des équipes éducatives engagées dans des dispositifs équivalents et s’est déplacée pour visiter ces établissements dans l’académie - LP2I, Collège de Mirambeau, Collège Emile Zola de Royan.
L’équipe a ensuite engagé des démarches auprès des services de la région, en lien avec la direction et l’administration de l’établissement, pour effectuer un choix de matériel adapté aux objectifs pédagogiques définis en amont.

Pour plusieurs raisons techniques, les enseignants ont rencontré lors de cette étape des obstacles inhérents à ces projets :

  • difficulté pour trouver les bons interlocuteurs
  • nécessité de convaincre du bien-fondé du projet
  • difficulté pour trouver le matériel adapté aux objectifs pédagogiques définis en équipe

Une fois le matériel choisi, puis commandé, l’équipe a pu ainsi réorganiser les salles de classe choisies, pour créer les espaces d’apprentissages dédiés.

Pour cela, ils ont opté pour du mobilier "mobile" ou "flexible", permettant une modularité des groupes de travail en classe, évitant une appropriation par les élèves et les enseignants des espaces dans la salle de classe.

avant_apres

Ils ont aussi choisi du matériel informatique spécifique, des ordinateurs portables, mis à disposition des élèves lors des activités, ainsi que des vidéoprojecteurs interactifs.

Enfin, ils ont multiplié sur les murs les espaces d’écriture (tableaux), favorisant l’appropriation par les élèves de ces espaces habituellement réservés aux enseignants.

tableaux

3. Temps de mise en œuvre du projet

Après réception et installation du matériel, les enseignants ont pu utiliser celui-ci, en adaptant les enseignements en fonction des objectifs prédéfinis. Ainsi, plusieurs classes sont aujourd’hui dédiées au dispositif (5 sur les 6 prévues à l’origine), et le nouveau proviseur du lycée, M. Rémy Pluyaut souhaite favoriser et faire connaître la démarche auprès des membres de l’équipe éducative de l’établissement, mais aussi plus largement dans l’académie.

Les espaces d’apprentissages ainsi repensés et remodelés ne sont que des moyens mis au service d’une pédagogie différenciée, qui s’accompagne d’une évolution de la posture de l’enseignant.
L’équipe favorise l’utilisation d’outils numériques, type quizlet, padlet, wooclap, kahoot, learningapps pour favoriser la mémorisation, ou les blogs par exemple The little curiosity l’autonomie des élèves.
L’équipe du dispositif ECLAD propose ainsi une organisation des enseignements qui placent l’élève au centre des apprentissages - des élèves acteurs, des élèves qui coopèrent et collaborent, des élèves qui s’adaptent et s’approprient les espaces - et s’inspire en partie des principes de la "classe mutuelle"4, où les espaces d’apprentissage et l’utilisation du numérique sont repensés pour laisser de la place aux élèves.

Des obstacles techniques (commande et livraison du matériel) se sont présentés, ainsi que des imprévus (modification des services régionaux, pandémie, problèmes matériels), mais ceux-ci n’ont pas empêché la mise en œuvre du projet au service des apprentissages. Le travail d’équipe, et la solidarité des membres du dispositif ECLAD, en lien avec les services techniques de l’établissement et les services de la région Nouvelle-Aquitaine, ont permis de surmonter les freins et obstacles.

L’équipe a noté qu’il est parfois difficile d’emporter l’adhésion de l’équipe pédagogique qui n’est pas partie prenante du projet. Cependant, certains enseignants se sont montrés plutôt bienveillants et attentifs à la mise en œuvre du dispositif.


Les effets du dispositif

Les effets sur les élèves

Les effets sur les élèves : interview de Mathilde Chevrel, référente du dispositif ECLAD (durée 01:14) (MPEG4 de 12.9 Mo)

La mise en place du dispositif a permis d’amplifier les bénéfices de pratiques pédagogiques déjà en place et partagées par l’équipe du projet.

 L’autonomie des élèves s’est développée, les élèves se sentant plus en confiance dans les environnements de travail.
 La collaboration entre les élèves s’est améliorée, avec une plus grande prise d’initiatives.
 L’appropriation des espaces d’apprentissage est significative dans la salle de classe : espaces d’affichage multiples, tableaux, etc...
 La participation à l’oral s’est améliorée et il existe de meilleures interactions entre élèves et avec l’enseignant.

Les effets sur les pratiques pédagogiques

projet_eclad_seance_version_1

Le dispositif a permis à l’équipe d’obtenir plus de moyens de mise en œuvre des pratiques pédagogiques actives, et recentrant l’élève au cœur de celles-ci.

Les différentes possibilités de disposition de salle de classe offertes par le mobilier et le matériel (mobilier flexible, espaces d’affichage, tableaux, etc) permettent aux enseignants d’ajuster leurs pratiques régulièrement, et ainsi favoriser la différenciation.

L’équipe du dispositif échange et communique de façon positive autour du dispositif, ce qui favorise la diffusion de pratiques pédagogiques différenciées au service de l’élève.


Quelques conseils de l’équipe

La mise en place d’un dispositif tel qu’ECLAD nécessite en premier lieu de définir des objectifs pédagogiques, puis les moyens nécessaires à la réalisation de ceux-ci. Cela demande bien sûr du temps et de l’énergie.

Quelques conseils (durée 01:22) (MPEG4 de 15.3 Mo)

En classe avec ECLAD.

Voici quelques conseils de l’équipe du dispositif ECLAD :

  • Partir des pratiques pédagogiques, et élaborer une réflexion concernant les compétences à atteindre, ainsi que les moyens d’y parvenir.
  • Constituer une équipe solidaire, et volontaire.
  • S’armer de patience, et ne pas se décourager face aux freins et obstacles rencontrés.
  • Une fois le dispositif en place, prendre du plaisir dans les pratiques pédagogiques.

Pour aller plus loin...

 Le Dispositif Eclad sur le site du Lycée Audouin-Dubreuil

Quelques éléments de bibliographie :
 Vincent Faillet, la métamorphose de l’école, quand les élèves font la classe, sur le site vincentfaillet.fr
 Archiclasse, expérimentations et témoignages
La salle des maîtres
 Classe de demain
 Intelligences multiples

(1) Mme Yamina Miara a occupé la fonction de Proviseure au Lycée Audouin-Dubreuil jusqu’en 2019

(2) Le nom du dispositif ECLAD est en lien avec cet objectif : Enseignement Collaboratif Lycée Audouin-Dubreuil

(3) Mathilde Chevrel, Manuelle Boucard, Michel Caillaud, Isabelle Gaudineau, Philippe Huault, Fanny Retoré, Matthieu Vincent

(4) Vincent Faillet, la métamorphose de l’école, quand les élèves font la classe