Pistes pour suivre et accompagner les élèves à distance, conserver le lien publié le 19/05/2020

Cet article présente quelques pistes de pratiques pédagogiques pour conserver le lien, suivre et accompagner les élèves à distance.

Des rituels, des rendez-vous, des échanges...

L’important, c’est d’essayer de maintenir un lien régulier, peu importe la forme.

Ainsi, en complément de l’article de Mme Faitg sur les outils d’organisation et de suivi des élèves au profit de la continuité pédagogique, voici quelques possibles...

... pour conserver le lien

  • Les classes virtuelles offrent la possibilité de rendez-vous réguliers durant lesquels de nombreuses régulations peuvent se faire.
  • Les échanges asynchrones par messagerie (Pronote, ENT, mails), plus ou moins individualisés, peuvent être une modalité judicieuse si des règles sont édictées : utilisation des formules de politesse, répondre ou poser une question en cas de réelle nécessité, etc.
  • Le téléphone peut être un recours efficace avec certains élèves difficilement atteignables ; à user avec parcimonie cependant car l’appel, qui ne peut pas vraiment être refusé après que le destinataire a décroché, peut être vu comme une sorte d’intrusion s’il est répété.

... pour accompagner les élèves dans les activités

Se limiter à la préparation et à l’envoi d’activités aux élèves n’est souvent pas satisfaisant du point de vue de l’enseignant : difficile de mesurer ce qui a été compris, les difficultés rencontrées, les réussites assurées.

Quelques idées à mettre en place

Le ticket de sortie

On peut proposer systématiquement un « ticket de sortie » à l’élève, c’est-à-dire un questionnaire à remplir en fin d’activité qui lui permet de s’exprimer sur la séance :

Une activité après les activités (durée 00:49) (MPEG4 de 3.6 Mo)

Le ticket de sortie permet d’engager une démarche réflexive sur ce qui vient d’être fait.

 Pour l’utilisation d’un questionnaire comme celui de la vidéo, vous pouvez vous référer à la page 3 de notre article sur les outils d’évaluation.

La photo du cahier...

On peut aussi demander à l’élève, après avoir réalisé le travail d’une séance (et une fois par semaine maximum), de prendre des photos de son cahier et de les déposer sur Pronote :

Trois photographies de cahiers pour une même séance.

L’envoi d’une photo n’est pas chronophage mais permet un bon retour sur l’investissement et le travail de l’élève.

Afin de mettre les cahiers en perspective, voici le travail qui était demandé pour cette séance 5. Bien sûr, tous les cahiers ne sont pas aussi bien tenus mais chaque retour d’élèves est toujours une petite victoire...

 Après quelques semaines, cette activité métacognitive est complètement intégrée par les élèves et permet d’adapter les activités proposées :

Visualisez les réponses dans le tableur associé (durée 00:06) (MPEG4 de 597.6 ko)

Ce fichier garde la mémoire des remarques des élèves.

... et ses annotations

 On pourra, si on le souhaite également, annoter la copie1 et la déposer en retour à l’élève sur Pronote pour l’encourager et lui suggérer des améliorations possibles :

Des exemples d'annotations sur les photographies des cahiers des élèves.

Les annotations permettent de réguler, d’encourager et de soutenir à distance.

La photo du carnet de lecteur partagée sur un padlet...

Pour maintenir, la trace écrite et la réappropriation des séances et des notions, le carnet de lecteur peut être poursuivi. On peut demander ensuite aux élèves d’en prendre une photo puis de la poster sur le padlet de la classe ou d’en faire une courte synthèse écrite.

Exemple d'un partage d'une photo de carnet de lecteur - réflexion sur la scénographie d'Incendies de W. Mouawad.

Exemple d’un partage d’une photo de carnet de lecteur - réflexion sur la scénographie d’Incendies de W. Mouawad.

... et sa valorisation par l’enseignant

Évidemment, l’enseignant fait un retour sur les partages des élèves systématiquement et parfois, un échange peut même s’installer.

Partage qui donne lieu à la valorisation du travail par l'enseignant.

Partage qui donne lieu à la valorisation du travail par l’enseignant.

Valorisation qui peut même aboutir à un échange constructif et fécond.

Valorisation qui peut même aboutir à un échange constructif et fécond.

Faire publier les travaux des élèves permet évidemment à chacun d’entre eux d’observer le travail des uns et des autres et de créer une forme d’émulation à distance.

La proposition de citations et d’analyses par les élèves...

À la suite d’une séance, on peut inviter les élèves à approfondir les propositions de lecture d’un extrait, ici de la scène d’exposition d’Incendies de W. Mouawad. Dans ce cas, à l’aide d’un tableau dans un Google Doc, chaque élève entre sa proposition comportant une citation et une analyse au moins.

Vidéo GoogleDoc de partage (durée 00:25) (MPEG4 de 1.7 Mo)

Les propositions des élèves sont organisées dans un tableau qui permet à l’enseignant d’observer la réception du texte par les élèves et leurs gestes interprétatifs.

Et leur valorisation dans la séance suivante

Dans l’intervalle entre une activité de lecture et la publication de la séance à venir qui poursuivra la lecture interprétative, l’enseignant valorise le travail des élèves en incorporant les remarques des élèves dans la préparation de ladite séance.

À l’aide de la vidéo de son cours, il commente les travaux des élèves et en profite pour valider, infirmer et proposer des remarques d’ordre méthodologique.

Capture de la vidéo à destination des élèves => cours suivant.

Dans la fabrication du cours et de la vidéo du cours suivants, le professeur intègre les propositions des élèves. C’est une autre manière de les valoriser mais aussi d’affiner les gestes de lecteurs des élèves.

La co-construction d’analyses de grammaire avec les 1ères avec un Google Doc

Dans l’approche de la question de grammaire à l’oral avec les 1ères, la notion de l’interrogation a été travaillée à distance. Afin de s’assurer de la compréhension de la notion, l’enseignant organise un travail de repérage et d’analyse selon la méthode donnée dans le cours et la vidéo du cours, méthode facilitée par l’organisation du tableau.

Exemple de document collaboratif - question de grammaire 1ère (durée 00:33) (MPEG4 de 1.9 Mo)

Le document collaboratif permet de recenser l’interrogation dans les diverses lectures linéaires. Ce recensement est celui des élèves, de même que l’analyse des diverses interrogations. La méthode d’analyse est guidée par la construction du tableau et l’enseignant valide et corrige les propositions.

Ce travail se veut collaboratif afin de construire une fiche de phrases-exemples rassemblant toutes les lectures linéaires approchées durant l’année.

 Le document ainsi créé est visé par l’enseignant, validé et éventuellement modifié selon un code couleur.

Les élèves peuvent ensuite récupérer le fruit de ce travail commun pour leur préparation à l’oral.

(1) L’annotation peut se faire grâce à une application comme Documents sur une tablette ou sur un ordinateur avec d’autres solutions. Un exemple en Physique-Chimie dans notre académie ; un site d’enseignant qui propose plusieurs démarches possibles.