Accueil : EduQuébec

article Les enjeux de la Francophonie     -    publié le 12/07/2007    mis à jour le 22/06/2012

La mise en place d’un nouveau système éducatif permit au gouvernement de mettre en place ses idées : imposer l’enseignement en français dans toutes les matières. Il est clair qu’au travers de cet unilinguisme, il s’agissait de s’affirmer à côté des anglophones et de prouver qu’une province francophone pouvait vivre indépendamment du Canada tout en ayant des relations internationales propres.
Cependant il a fallu batailler et aller de loi en loi pour aboutir à cette situation d’unilinguisme qui donna à cette province de canadiens francophones le statut de nation québecoise avec son identité propre. L’enjeu n’était donc pas seulement culturel. Il s’agissait aussi de gérer la démographie puisque la population francophone de la province se trouvait être moins féconde que la population anglophone. Les sociologues expliquent le phénomène par le fait qu’une population se sentant infériorisée ne peut envisager un avenir serein et donc procrée moins qu’une population qui se sent majoritaire et forte.
L’état est donc intervenu pour faire en sorte que la langue française se développe. Ainsi les immigrants qui en règle générale inscrivaient leurs enfants dans des écoles anglophones, ont été dans l’obligation de les inscrire dans des écoles francophones. Ces jeunes ont donc participé à l’émancipation de la langue française au Québec.
De plus, opter pour la francophonie c’était se démarquer des canadiens mais aussi des voisins américains quelque peu encombrants culturellement et politiquement. Aussi lorsque le général de Gaulle vint rendre visite au peuple de Québec, et qu’il lança comme une provocation, cette fameuse phrase : « vive le Québec libre !  », la province prit alors sa place dans les relations internationales.
Sur le plan de la reconnaissance mondiale, elle intégrait aussi le groupe des pays francophones, lui permettant de développer son indépendance grâce à des contacts économico-culturels.
Ainsi depuis bientôt 45 ans le Québec s’en tient à sa ligne de conduite et développe de manière acharnée sa langue à la fois archaïsme d’ancien français, mélange d’une terminologie anglophone et francophone et enfin créativité à travers la nécessité d’utiliser un nouveau vocabulaire lié à la modernisation de la société et des techniques.
L’adhésion à la Francophonie va donc bien au-delà de la Révolution tranquille puisqu’aujourd’hui encore, alors que le Québec n’a plus rien à prouver culturellement au Canada, ce support de la langue française outre-atlantique tient une place importante dans le monde francophone et même s’il n’est pas le premier en nombre, il est sans compter le premier à venir à l’esprit pour les français. Ne parle t-on pas de nos cousins québécois ?

• Bibliographie

- CALVET (Louis-Jean), La guerre des langues et les politiques linguistiques
Éditeur : Hachette littératures, Coll. « Pluriel »,1999

- GUILLOU (Michel), Francophonie – Puissance
Éditeur : éditions Ellipses, 2005.

- GAUVIN (lise), La Fabrique de la Langue, de François Rabelais à Réjean Ducharme
Éditeur : éditions du Seuil, 2004

- GUILLAUME, Pierre, « Canada, Québec, France : un partenariat au sein de la francophonie »
Études canadiennes/Canadian Studies, 52 (2002) : 59-70.

- TREPS (Marie), les mots voyageurs, petite histoire du français venu d’ailleurs
Éditeur : éditions du Seuil, 2003

• Programme

Lycée professionnel Terminale BEP

La place de la France dans le monde
La francophonie

Ce sujet peut aussi faire l’objet d’un travail d’ECJS

- Objectifs


- Présenter le combat de la francophonie, si possible en lien direct avec le Québec pour maintenir la langue francophone sur le continent américain.
- Démontrer la richesse culturelle actuelle de cette francophonie
- Ouvrir sur les différents liens tissés entre les pays sur d’autres plans que culturels

  • Une première piste présentera la situation de la francophonie dans le monde et déterminera que le Québec n’est pas isolé
  • La seconde piste évoquera le lien culturel fort qui relie les deux côtés de l’atlantique
Agrandir
Partager
Twitter  Facebook   Envoyer à un ami
• Dans la même rubrique
Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex