Saisir le sens d'une œuvre grâce à un écrit d'appropriation publié le 20/04/2020

Cette activité, centrée sur La Princesse de Clèves engage une écriture collective qui met au jour la structure du roman et fédère l’énergie du groupe pour comprendre plus particulièrement les quatre récits enchâssés.

Présentation et objectifs de l’activité

Adossée à un travail de lecture guidée autour du fil narratif principal centré sur l’héroïne et ses passions, cette activité autonome ouvre vers les quatre récits enchâssés de l’œuvre.

Au préalable, l’enseignant a donné les clés de compréhension de l’œuvre de Mme de Lafayette en proposant des séances d’histoire littéraire. Il a mobilisé, par exemple, sous la forme de petits parcours, les contemporains de la romancière afin d’illustrer son cours : Pascal, La Rochefoucauld faisaient alors écho à Mme de Lafayette. Les élèves ont aussi pu découvrir les personnages de l’œuvre à leur première apparition. Ainsi, ils ont pu se familiariser avec Mademoiselle de Chartres, le Prince de Clèves, le Duc de Guise et de le Duc de Nemours mais aussi avec le milieu dans lequel ils évoluent : la Cour.

Contraintes matérielles

Le travail étant un écrit d’appropriation, la production nécessite l’accès à un ordinateur et à un traitement de texte.

 Les élèves n’ayant pas le matériel peuvent aller au CDI pour mobiliser ces outils.

Organisation

 Contexte de classe : 35 élèves de première générale.

L’activité est lancée en classe mais le reste du travail se fait en autonomie par groupes de deux ou trois.
La remise des productions se fait par envoi sur la messagerie Lycée Connecté ou bien sous format papier.

Calendrier proposé

Avant de confier le roman aux élèves et après les cours d’approche de l’œuvre, on présente le principe des deux activités et leurs modalités : la trace individuelle de lecture autour de la Princesse se fera dans le carnet de lecteur en s’appuyant sur un tableau donné par l’enseignant ordonné sur le rythme des saisons et des passions et l’écriture collective autour des récits enchâssés se fera sous la forme d’un magazine people type Closer.

Une période de quatre semaines est laissée aux élèves pour lire et fournir les travaux collectifs, travaux qui font l’objet de cet article.

Remise des travaux et partage avec une sélection de couvertures et de gros titres.

Ouverture, avec un document complémentaire, sur les fonctions et caractéristiques des récits enchâssés dans l’œuvre.

Description

Préparation

Les élèves ont été sensibilisés par un parcours sur les premières apparitions des personnages dans l’œuvre : Mlle de Chartres, le Prince de Clèves, le Duc de Guise et le Duc de Nemours. Cela a permis de familiariser rapidement les élèves à l’univers de la Cour, de la galanterie. Cette entrée a aussi créé des liens entre les élèves et les personnages.

Ensuite, on confie aux élèves les guides de lecture en leur explicitant les objectifs des deux activités :

  • la première permet de suivre l’intrigue principale et de se concentrer sur la princesse de même que la thématique de la passion.
  • la seconde activité a pour ambition de distinguer et valoriser les récits enchâssés.

 Implicitement, par cette activité, le professeur espère éviter aux élèves de s’égarer sur ces passages qui peuvent leur paraître inutiles.

Le professeur présente aussi l’activité comme une façon de traiter le roman de manière contemporaine dans la mesure où la presse people de notre époque est à l’opposé de la bienséance ambiante du siècle d’écriture de Mme de Lafayette.

Remise du roman

Les élèves marquent les livres avec des postits de couleurs en fonction des parties (activité 1) et les récits enchâssés (activité 2).

Appropriation en dehors du temps de classe

La lecture est donc lancée. Les élèves lisent individuellement leur œuvre, remplissent leur guide (activité 1). A la rentrée, ils se concertent pour leur travail de groupe (activité 2). Le travail de groupe invite évidemment les élèves à confronter leur compréhension des passages et de l’œuvre.

Remise des travaux et partage

Un moment de découverte est organisé dans la classe. Les travaux sont disposés sur les tables pour moitié. Par demi-groupe, les élèves présentent leurs travaux à leurs camarades. On échange ensuite les groupes : ceux qui avaient présenté leurs travaux, découvrent à leur tour l’autre partie des productions.

Exemple d'une page de magazine à sensation centré sur le récit enchâssé dévolu à Mme de Tournon - Princesse de Clèves

Ouverture et approfondissement

Dans la foulée, le professeur se propose par le biais d’un document commun, que les élèves annotent à leur guise, d’approfondir la / les fonctions des récits enchâssés en même temps que l’enseignant les fait résonner avec la fiction principale.

Par le biais de ce document, l’enseignant met en évidence la fréquence et la place des récits enchâssés ce qui offre une vision structurelle de l’œuvre plus précise. Chaque récit est mis en miroir avec la fiction principale, ce qui permet d’entendre le lien entre les deux formes de récit mais aussi de les opposer (les récit enchâssés étant narrés par des personnages de la fiction et non par le narrateur omniscient de la fiction principale). Enfin, les fonctions des récits enchâssés sont soumises aux élèves et mises en relation avec l’œuvre en général, la fonction morale étant l’une des principales.

 Tous les documents fournis et tous les travaux des élèves sont collés dans leur carnet de lecteur.

Bilan

L’activité permet sans aucun doute de donner, avant même la lecture de l’œuvre, une visibilité aux récits enchâssés. Cet abord, en deux activités de la lecture, permet non seulement de mettre en évidence la construction romanesque mais aussi de traiter de multiples thèmes de l’œuvre, alors connus des élèves : passion, morale, Cour, bienséance. La première lecture devient alors une lecture éclairée, et plus active aussi, car elle entame le travail d’analyse.

Compte tenu du petit nombre d’heures pour traiter les nouveaux programmes, cette activité d’appropriation constitue un temps gagné considérable.

Le passage d’un travail individuel de lecture à un travail collectif engendre une confrontation des lectures. La lecture, activité solitaire par excellence, devient une activité communautaire et solidaire au profit d’une meilleure appropriation du roman.

Un écueil, cependant : l’activité sous-entendait une petite maîtrise de l’écriture journalistique. Or, ce n’était pas le cas pour nombre d’élèves. À l’avenir, un travail, au moins sur les temps journalistiques, serait à prévoir.

Compétences travaillées

  • Faire lire les élèves et leur permettre de comprendre et d’apprécier les œuvres
  • Rendre les élèves plus autonomes dans leurs démarches de compréhension et d’interprétation
Documents joints