Feu la mère de Madame, de Georges Feydeau publié le 02/07/2018

Théâtre cinquième

Une lecture de Feu la mère de Madame

Références

  • Titre de l’ouvrage : Feu la mère de Madame
  • Auteur : Georges Feydeau
  • Éditeur : Folioplus Classiques
  • Genre : Pièce de théâtre

Brève présentation

La pièce s’ouvre sur une scène de ménage entre Yvonne et Lucien car ce dernier rentre fort tard d’un bal costumé. Yvonne apprend que lors de cette soirée Lucien a vu une femme, un modèle, totalement nue. Elle est choquée et jalouse car son mari garde un souvenir ému des seins de cette dernière, plus beaux que les seins "en portemanteau" de son épouse. Yvonne n’hésite pas à réveiller leur domestique, Annette, au fort accent alsacien, pour la prendre à témoin de la beauté de sa poitrine. La dispute s’envenime mais soudain on sonne à la porte : un homme, Joseph, entre et annonce à Madame que sa mère vient de mourir. Evanouissement, regrets du mari qui avait traité sa belle-mère de "chameau" quelques jours avant sa mort.... Il faut prévenir les pompes funèbres par courrier, le mari s’en charge. Il écrit aussi au tapissier auquel il doit de l’argent pour lui annoncer qu’il va enfin pouvoir le payer puisqu’il va hériter....Mais voilà qu’ éclate le coup de théâtre final : Joseph se rend compte qu’il s’est trompé de porte sur le palier, la mère de Madame est toujours vivante !

Avec les élèves...

Liens avec les programmes

Cette pièce correspond aux programmes de 5 e : c’est une courte comédie (4 scènes) de Georges Feydeau. Elle permet aux élèves de découvrir le genre du vaudeville, qu’ils ne connaissent pas, et ses ressorts comiques.

Pistes pédagogiques

  • Pas de difficultés particulières dans la compréhension du texte. Il est donc facile à mémoriser et à jouer en classe. C’est le meilleur moyen de faire découvrir aux élèves les procédés comiques utilisés dans le vaudeville. L’abondance des didascalies est une contrainte à respecter mais cela aide énormément les élèves dans la mise en scène.
  • Le fort accent de la domestique et la tenue Louis XIV du mari leur permettent de changer plus facilement de personnalité et d’entrer dans la peau des personnages.
  • Seule contrainte matérielle : avec des tables, il faut représenter un lit dans la classe, de vieux draps feront vite l’affaire.
  • Quand les élèves se sont appropriés les différents types de comique (abondance du comique de mots et de gestes), on peut leur faire écrire en évaluation formative une nouvelle scène dans laquelle ils les réinvestissent, travail pouvant être enrichi en remédiation de nombreuses didascalies (pour le comique de gestes notamment).
  • On peut aussi leur faire écrire une scène dans laquelle il y a un coup de théâtre. Coups de théâtre et rebondissements abondent dans cette pièce pour relancer l’intrigue. Ces deux notions sont donc faciles à assimiler. Les élèves comprennent aussi ce qu’est un quiproquo
    puisque Joseph a pris Yvonne et Lucien pour les Pinnevinnette, leurs voisins.
  • Le vocabulaire des sentiments est riche dans la pièce : jalousie, stupéfaction, chagrin, regrets, soulagement....On peut donc travailler sur ces champs lexicaux et la manifestation physique de ces sentiments.
  • Quelques lectures complémentaires : courtes pièces de Feydeau
    • On purge bébé
    • Le Dindon
    • Dormez, je le veux !
    • Fiancés en herbe

Impression

  Imprimer
  L'article au format pdf

Auteur

 Sylvie Boiton

Partager

   

Dans la même rubrique

 Mort sur le net
 Mets-toi ça dans la tête!
 Feu la mère de Madame, de Georges Feydeau
 Comment écrire comme un cochon, de Anne Fine