Curieuse(s) Collection(s) publié le 09/12/2018

Cabinet de curiosités et autres chambres des merveilles

L’exposition Curieuse(s) Collection(s) est le fruit d’un travail collaboratif. Elle préfigure l’installation pérenne d’un cabinet de curiosités dans les murs du lycée, dans une salle du CDI qui deviendra un véritable studiolo.


Une exposition d’objets prêtés par des curieux

Si l’exposition elle-même constitue ou reconstitue l’idée d’une certaine forme de collection, son pluriel s’explique par une multitude de provenances des objets exposés. Ils ont été prêtés par le lycée lui-même, par ce qu’on nomme encore les « collections » du laboratoire de sciences naturelles mais aussi par des personnels de l’établissement (professeurs, assistantes de vie scolaire, personnels de direction) ou encore des élèves. Le muséum d’histoire naturelle a également participé à cette exposition en nous mettant à disposition de nombreuses pièces. L’Espace d’Arts du lycée Valin accueille donc une multitude d’objets qui disent sans doute beaucoup des curieux qui les collectionnent.

La curiosité des élèves

Les élèves de Terminale arts plastiques option facultative ont assuré le commissariat et une grande partie de la régie de cette exposition en donnant de leur temps, de leur énergie et de leurs nombreuses idées. Les différents cursus de ces élèves (scientifique, littéraire, économique et social…) ont été ici un point d’appui et d’échanges extraordinaire, chacun posant un regard différent et complémentaire sur les choses.

Commissariat et régie assurée par des élèves de terminale option facultative arts plastiques

Comme c’était le cas au 16ème siècle lorsqu’apparurent les premiers cabinets de curiosités, ils ont choisi d’associer les différents objets, non pas en les classant tel qu’on le ferait de manière scientifique aujourd’hui (végétaux, minéraux, animaux, artefacts…) mais par analogie (de forme, d’évocation de sens). Les rencontres de ces naturalia, artificialia, scientifica, exotica et autres mirabilia ont permis de mettre en exergue une façon d’observer le monde proche de celle de ces grands collectionneurs que furent les surréalistes qui en leur temps perpétuaient cette association des différents domaines de la pensée.

Bobby la pointe, caïman à lunettes, Guyane française, collections du muséum d'histoire naturelle de La Rochelle

Des élèves de seconde arts visuels ont également créé certains cartels en donnant des titres à des objets qui n’en avaient pas… Ce procédé, d’une certaine façon, nous fait nous interroger sur leur statut : sont-ils encore de simples objets ? Deviennent-ils de fait des œuvres d’art ? Ils ont également créé le visuel de l’exposition (affiches et les cartons d’invitation). A l’entrée, dans le hall de l’Espace d’arts, leurs productions (des chimères) sont accrochées avec ces insectes étranges réalisés par d’autres classe de secondes arts visuels.

Collection ? Des objets, des œuvres, une œuvre

img_20181119_095903

En arts plastiques, les élèves de Terminale option facultative se sont posés la question de qu’est-ce qu’une collection, qu’est-ce qu’on collectionne, quelles valeurs une collection peut-elle avoir et quels procédés de présentation peut-on mettre en œuvre. Certaines de leurs productions sont intégrées à l’exposition en tant qu’artificialia contemporaines. D’une certaine façon, ils ont également éprouvé, en travaillant à la scénographie, la mise en scène de ces objets, que l’exposition elle-même peut devenir l’œuvre.

Portfolio