Programme de mobilité internationale « Jules Verne » publié le 18/04/2011

année scolaire 2011-2012

Pays et structures d’accueil

Vos services détermineront les pays de destination en tenant compte des accords et des programmes bilatéraux de coopération établis avec les pays d’accueil ainsi que du volet international des projets d’établissement.

  • Les pays francophones ne sont pas prioritaires.
  • Les établissements à programmes français ne sont pas éligibles au programme « Jules Verne ».
  • Les enseignants seront affectés dans des établissements scolaires ou des fondations gestionnaires d’établissements éducatifs étrangers. Ils exerceront les activités liées au métier d’enseignant dans le pays d’accueil.

Conditions de participation au programme

Modalités de participation

Pour bénéficier pleinement de leur séjour, les candidats posséderont le niveau de compétence B2 (Cadre européen commun de référence pour les langues) dans la langue du pays d’accueil et/ou dans une des cinq langues les plus enseignées en France (anglais, espagnol, allemand, italien, portugais).
Les enseignants seront réaffectés, à leur retour, dans leur académie d’origine. Ils devront mettre à profit les acquis de cette immersion et participer à l’évolution et à l’ouverture européenne et internationale du système éducatif.
Pour les enseignants du second degré, le choix d’une affectation intra-académique sur des postes à profil (structures ou établissements à vocation européenne ou internationale, SI, SELO, sections préparant à une délivrance simultanée des diplômes, dispositifs bilangues) sera privilégié dans toute la mesure du possible.
Afin de valoriser les acquis de l’expérience à l’étranger, le chef d’établissement d’accueil, après un entretien avec l’enseignant, établira un court rapport quant au déroulement de cette année scolaire et aux contenus des actions réalisées. Ils bénéficieront d’un suivi particulier des services de ressources humaines concernés. _ Parallèlement le participant établira un rapport détaillé sur son activité. Ces documents seront pris en compte lors de l’inspection ultérieure de l’enseignant à son retour en France et, le cas échéant, dans un dossier de validation des acquis de l’expérience (VAE) que l’enseignant choisirait de présenter. En outre, ils permettront de valoriser le parcours de carrière des enseignants lors de l’examen des avancements de grade.