Un exemple de dispositif pour lutter contre le harcèlement scolaire : les «protecteurs et les repères» publié le 07/02/2020

Le contexte

 Suite à la découverte de quelques situations de harcèlement scolaire au sein de l’établissement (collège rural de 220 élèves environ), une équipe de professionnels comprenant : la CPE, un assistant d’éducation, une professeur d’histoire-géographie-EMC et une professeur documentaliste a décidé de mettre en place des actions visant à informer les élèves.

 Les deux premières années, des actions de sensibilisation à destination de tous les élèves du collège ont été menées en partenariat avec un gendarme spécialisé dans la formation des jeunes notamment sur la question du harcèlement scolaire.

 Ces actions se sont prolongées par l’organisation de soirées « conférence-débat » avec les parents d’élèves.


 Depuis l’année scolaire 2018-2019, cette même équipe de professionnels a mis en place un dispositif de repérage et de lutte contre le harcèlement scolaire.

Le dispositif

L’objectif de ce dispositif est de repérer et d’endiguer des situations de harcèlement scolaire le plus précocement possible en utilisant la méthode de médiation par les pairs, de manière à favoriser un climat scolaire apaisé et propice au développement de chaque élève. La médiation par les pairs a pour objectif de libérer la parole d’éventuelles victimes qui n’oseraient pas parler à l’adulte, et ainsi mettre au jour le plus rapidement possible des situations problématiques.

Pour réaliser ce projet, plusieurs étapes ont été nécessaires :

Constituer une équipe d’adultes « repères »

 Cette étape a été réalisée en deux temps. Dans un premier temps, la CPE, la professeur d’histoire-géographie-EMC et la professeur-documentaliste se sont auto-formées en accédant à diverses ressources définissant le harcèlement scolaire et mettant en avant les apports bénéfiques de la médiation par les pairs.
Elles ont également exploité le réseau ECLORE pour demander des retours d’expériences notamment des dispositifs « sentinelles » en lycée.

 Une fois cette étape franchie, ce trio a élaboré une liste de critères pour constituer une équipe de « repères ».
Proposition a été faite d’intégrer l’équipe de « repères » aux personnes suivantes :

  • Le chef d’établissement qui, par sa fonction même, est garant de la sécurité des élèves et favorise par ses actions le développement d’un climat scolaire favorable au développement de l’élève.
  • L’assistante sociale qui a un regard global sur l’élève et peut l’appréhender dans son ensemble.
  • L’infirmière scolaire qui recueille régulièrement les confidences des élèves et apparaît comme une personne de confiance eut égard au secret professionnel.
  • L’agent de maintenance de l’établissement scolaire qui est rarement en contact direct avec les élèves mais circule dans l’ensemble de l’établissement et a une posture privilégiée pour repérer les élèves isolés et les espaces « sensibles ».

 Même si tous les acteurs de l’Éducation nationale sont sensibilisés à la question du harcèlement scolaire, une réunion des "repères" a eu lieu pour redéfinir le harcèlement scolaire, lister les signes à repérer et enfin présenter et expliciter le protocole officiel de gestion des cas de harcèlement au sein des établissements (pdf de 534 Ko)