Éloquence : les outils du comédien publié le 17/02/2020

Le retour au dire

La puissance physique et émotionnelle gagnée au cours du travail fait en amont permet de dire une parole, la sienne ou celle d’un auteur.

Livrer ses notes de travail

Les séances de travail sont ponctuées de prises de notes répondant à des questions comme celles-ci :

  • Compléter la phrase : " Je suis au présent quand ... " / Réponse en une ou trois phrases maximum sans chercher « la bonne réponse », sans chercher à être drôle ou brillant mais en restant proche de soi.
  • Compléter la phrase : "Je suis présent à autrui quand... "
  • Rédiger une réponse à la question : "Qu’est-ce que ça fait de ne pas parler ? " / Variante : " Sans voix, ça me fait quoi ? "
  • Rédiger une réponse à la question : "Qu’est-ce que ça fait de parler de soi ? "

Chaque participant est ensuite invité à livrer ses notes au plateau en cherchant à capter l’attention, à être sincère et concerné dans son discours, un discours qui fait retour sur l’expérience vécue. Il ne s’agit pas de lire son texte mais d’improviser à partir de celui-ci en acceptant de se laisser traverser par les émotions. La présence scénique, l’intimité avec l’auditoire se gagnent dans les accidents qu’elles provoquent.

Lire l’extrait d’un texte

L’exercice consiste à prendre conscience de la puissance sonore et rythmique d’un texte que l’on découvre. Il s’agit de le mettre en bouche en travaillant l’articulation et la ponctuation : faire entendre toutes les lettres ( [ə], consonnes doubles), distinguer la virgule du point-virgule ; fermer un point ; ne pas mettre de micro-coupures. C’est aussi l’occasion de s’amuser avec les possibles : étirer les mots ou bien faire "la voix droite".