Éloquence : les outils du comédien publié le 17/02/2020

Mobiliser la voix - Exemples d’exercices

Ces exercices permettent de retrouver l’origine corporelle de voix, de la considérer comme le prolongement du corps.

Prendre conscience de sa voix et explorer les possibles vocaux

  • Exemple 1
    En position de travail, proposer un son puis se déplacer dans l’espace en le maintenant de façon à créer une nappe sonore.
    Même exercice mais adossé à un thème : la forêt ou la mer.
    Micro-retour : Qu’est-ce que ça fait ? A quoi ça sert ?
  • Exemple 2
    Départ en position de travail ; yeux fermés, bouger dans des eaux épaisses (sans musique) et ainsi prendre le temps de retrouver les sensations corporelles. Sur la musique qui s’ajoute, continuer à bouger en cherchant à être tentaculaire et produire un son ; poursuite de l’exercice, mouvements et sons maintenus mais musique coupée. Au signal, revenir à la position de travail, se regarder.
    Régulation : travailler ensemble, maintenir les sons et conserver les contrastes.

Interjections et cris

  • Exemple 1
    Par groupes de 4, lister les interjections connues et pour chacune d’elles en donner les différentes couleurs émotionnelles. Au plateau, en position de travail et en ligne face au public, annoncer une interjection, en produire le son en lui donnant une valeur expressive différente.
    Ex. " Ah" : la joie, la douleur, l’admiration, la plainte, l’impatience, la surprise, etc.
  • Exemple 2
    Individuellement, lister différentes couleurs de cris (ex : cri de terreur, de joie, de surprise, de victoire, de guerre, de déception, d’impatience, de satisfaction, de détresse, d’appel, de rage, d’admiration...). En choisir une, évoluer sur le plateau yeux fermés, mains devant soi. A l’annonce de sa couleur, pousser son cri en l’étirant, en le faisant durer pour en trouver la justesse.
  • Exemple 3
    Chacun à son tour, courir d’une une croix marquée au sol à une ligne imposée, s’arrêter et pousser un formidable cri tragique ; si le cri est validé, retour à une position assise ; s’il ne l’est pas, explication et deuxième passage.
    Régulation : ne pas réfléchir à une forme, un résultat ; penser le tragique et laisser sortir le son aussi longtemps que possible.