Éloquence : les outils du comédien publié le 17/02/2020

Principes transmis

  • Une séance de travail s’ouvre sur un échauffement corporel. Il s’agit de "réveiller" le corps, de le "décontracter".
  • Tous les exercices commencent et s’achèvent en position de travail. Les participants, répartis sur le plateau, se tiennent debout, silencieux et immobiles, les genoux légèrement fléchis. Dans cet "état de neutralité", ils se rendent disponibles, ouverts à ce qui va arriver.
  • Il importe de "respirer grand". Le déclenchement des émotions modifie le rythme respiratoire et par peur de l’intensité, le réflexe est de "sous respirer" voire d’être en apnée. "Respirer grand, c’est rester physique, simple, y compris dans l’effort ou dans l’émotion, ne rien surajouter à ceux-ci et ne rien bloquer de ce que l’on sent dedans."1
  • Les exercices se déroulent en musique (avec une préférence pour la pop) "parce que c’est une source d’impulsion que le corps accepte de manière très directe et intuitive. La musique amène de l’énergie, constituant un moyen ludique qui aide à dépasser des limites."2
  • Un exercice (ou une série d’exercices) se clôt sur un micro-retour. Il s’agit de partager des observations dans une parole libre, en toute sincérité et simplicité, sans chercher à avoir raison ou à briller.
  • La prise de notes de travail ponctue chaque séance. Destinées à développer une réflexion sur son parcours personnel, elles sont aussi le support d’exercices de prise de parole.
  • Tous les exercices sont chronométrés et le chronomètre doit être respecté.

(1) Keti Irubetagoyena, "Peut-on enseigner la présence scénique ? Delphine Eliet, une pédagogue à la croisée des théories de l’art du jeu qui ont marqué le XXe siècle théâtral", p.125

(2) Keti Irubetagoyena, " L’acteur traversé ",p.21