Tous semblables et pourtant tous différents, mitose, méiose publié le 05/05/2008  - mis à jour le 06/01/2018

Quelques animations pour faire face à certaines difficultés rencontrées par les élèves avant d'aborder les multiplications cellulaires dans de bonnes conditions.

Déroulement de la séance

  • Poser le problème : Pourquoi sommes nous tous semblables et pourtant si différents ? 2 problèmes vus en 2 temps :
1ère étape : En bilan de l’animation vache, on voit que dans les cellules de glandes mammaires il y a toute l’information nécessaire à reformer un individu entier, on élargit ensuite à toutes nos cellules et on se pose la question de la transmission et de la conservation de l’information de cellules en cellules depuis la cellule œuf.


 voir l’article d’origine

2ème étape : Si nos cellules se transmettent si bien l’information, pourquoi sommes nous tous différents ? Différents de nos parents (ce que les élèves comprennent, car le mélange de 2 personnes différentes se conçoit assez bien comme un être différent de l’un et de l’autre), mais aussi de nos frères et sœurs ce qui sous-entend que l’information des cellules reproductrices n’est pas toujours semblable, voir toujours différente.
  • Ensuite, proposez aux élèves de se "dépatouiller" avec l’animation pour répondre à ces 2 problèmes, avec pour seule consigne d’expliquer le plus clairement possible comment on peut obtenir des cellules génétiquement semblables ou non.
    Vous pouvez préciser que si ils répondent aux questions de l’animation dans l’ordre des points bleus, ils pourront réutiliser leurs allèles au lieu d’avoir à les retaper. De même, pour bien voir si les cellules filles sont semblables ou différentes, il vaut mieux prendre des exemples hétérozygotes (à vous de voir si vous les guidez jusque là).
Les élèves vont alors devoir remplir les allèles du gène rhésus ( pas très original, mais c’est mono génique et ce n’est pas une pathologie...). Normalement, certains vont compléter un même chromosome avec 2 allèles différents. Deux aides sont alors porposées à partir de 2 erreurs, l’élève peut choisir de l’utiliser ou non. Le logiciel ne continue que si le blocage de l’élève est résolu (en principe). Ensuite, ils vont pouvoir observer une animation schématisée de mitose avec leurs allèles répartis de façon équitable dans les cellules filles.
Le 2nd point bleu est semblable, mais pour une méiose, et pour que les combinaisons soient plus visibles que la simple couleur des chromosomes, les élèves devront remplir les allèles d’un second gène, le groupe sanguin.
Enfin, les élèves pourront, une fois compris le principe de la méiose, mieux entrevoir le caractère aléatoire de la division en déplaçant eux-mêmes les chromosomes pour former les cellules reproductrices de leur choix. Puis l’augmentation du nombre de solutions avec le nombre de paires de chromosome doit les amener, au moins pour les plus dégourdis, à comprendre le sens génétique de "tous différents".