Et si on jouait avec les mots et leurs racines ? publié le 04/04/2014

Le lexique en Langues Anciennes et Cultures de l’Antiquité

Et si on se laissait surprendre par l’étymologie ? Juste pour le plaisir, le plaisir des mots...

Des ouvrages à exploiter

  • L’étymologie en jeux
     Auteurs : Didier et Sophie Lamaison
     Éditions : Ellipses

Présentation
39 activités ludiques vous attendent dans ce bloc-notes à emporter partout. Des jeux autour des racines ou familles de mots, des enquêtes étymologiques, des mots valises, des collections de collections, des intrus, des marques publicitaires, des prénoms… Et si vous y perdez votre latin ou votre grec, les solutions viendront à votre secours.
Très faciles à utiliser en classe ou à adapter selon les thématiques des cours de Grec et de Latin, ces fiches de jeux donnent une nouvelle saveur aux mots de notre langue et éveillent la curiosité des élèves. Attention ils y prendront goût...

  • Et mon tout est un mot
     Auteur : Charles Franken
     Éditions : De Boeck Duculot

Présentation
Les enfants aiment bien les charades et celles qui sont proposées par Charles Franken dans « Et mon tout est un mot », leur permettront d’enrichir leur vocabulaire sans en avoir l’air. Voici donc un autre ouvrage original consacré à des jeux lexicaux centrés sur une centaine de familles de mots. Un bon moyen de varier les exercices de vocabulaire et d’explorer les chemins sinueux des racines grecques et latines.
Les charades s’appuient sur des bases lexicales des deux langues anciennes (par exemple -capit, -céphale et –ceps) pour faire retrouver des mots comme décapiter, encéphale, biceps, capiteux, capitale ou encore bicéphale. Les mots trouvés doivent ensuite être réutilisés en contexte dans des phrases, ce qui permet de se les approprier plus facilement. Et les devinettes en fin de parcours permettent de montrer que l’on sait deviner le sens de mots inconnus, grâce à ses nouvelles connaissances : que mange un anthropophage, un xylophage, un onychophage ?
Sans oublier la minute culturelle « En savoir plus », qui vous expliquera pourquoi vous êtes un professeur « hors pair » ou au contraire un professeur « formidable » (à l’origine « redoutable »)

De quoi ravir les latinistes et les hellénistes mais aussi les autres élèves en cours de Français
Marie Françoise Picot

Impression

  Imprimer

  L'article au format pdf

Auteur

 Emmanuel Ambrosi

Partager