Accueil : Usages du numérique éducatif

article Surfer, copier, coller sous le regard du professeur     -    publié le 13/04/2015    mis à jour le 10/09/2015

Une séance en histoire-géographie éducation civique, au cours de laquelle des élèves de 4ème réinvestissent des connaissances, exploitent le web ensemble, et produisent un document numérique.

• Le contexte

La séance se déroule en salle informatique en une heure, un vendredi après-midi. Sur les murs de la salle sont affichés la charte d’usage de l’informatique et le référentiel du B2I collège.
Les élèves vont produire aujourd’hui un document sur la Révolution française, dont ils ont étudié en cours les causes et le déroulement.

• La problématique

Les jeunes sont placés en binômes devant des ordinateurs, et ouvrent le fichier qui indique la consigne :

  • créer un fichier texte, l’enregistrer en indiquant les deux noms sur le serveur dans l’espace « classe »,
  • "votre réflexion porte sur 3 personnages importants de la Révolution",
  • écrire un court texte sur les événements liés à chacun de ces personnages et l’illustrer, en utilisant internet. Ces personnages doivent être placés par ordre chronologique. Une question subsidiaire peut être traitée en option par ceux qui auront fini avant la fin de l’heure.
    Recherche sur le web

    Requête "Robespierre" sur Google

    • L’action du professeur

L’enseignant1 complète par oral : il souhaite (sans l’interdire) que les élèves évitent d’utiliser Wikipédia, qui fournira un contenu trop complet. Il valorise la diversité et la richesse du web, et souligne que chaque groupe devra faire des choix. Le copié collé est autorisé sans réserve, mais ce qui est écrit doit être compris. Autrement dit le professeur ne prétend pas qu’il faille absolument reformuler, mais les phrases copiées doivent être au service de ce que l’on souhaitait dire. Il faut donc partir de ses connaissances du sujet et choisir des sites dont on est capable de comprendre le niveau de langage.

Le professeur est maintenant en position d’observateur actif. Les élèves se mettent au travail en parlant à voix basse. Un élève demande des précisions sur la consigne, il n’est pas sûr de comprendre « par ordre chronologique ».
Cette question est considérée comme « d’interêt collectif » et fait l’objet d’un échange avec le groupe entier : comment peut-on expliquer ce qu’est l’ordre chronologique ? Tiendra-t-on compte des dates de naissance des personnages ou plutôt des événements vécus par le personnage ?
Pour les autres demandes l’enseignant pousse les élèves à s’appuyer sur leurs voisins, susceptibles de pouvoir les aider, plutôt que de l’appeler. Lui a besoin de toute son attention pour repérer les groupes qui avancent trop lentement, et observer de plus près leur fonctionnement ou les stimuler.
Au fur et à mesure des avancées, après avoir laissé un temps pour les initiatives et les tâtonnements, le professeur valorise certains choix d’illustrations (les représentations d’évènements présentent plus d’intérêt que les portraits), et de méthode (partir du cahier est plus efficace que de copier un article pour le synthétiser).

A la fin de l’heure certains n’ont pas terminé. Ils pourront finir le travail chez eux2 ou au CDI, le résultat sera évalué dans 4 jours.3Le professeur fait par oral une rapide synthèse de ce qui vient de se passer, et met en valeur certains comportements qui marquent un progrès dans l’attitude.

• Les objectifs

25 élèves (de 13-14 ans) se sont impliqués dans l’exercice jusqu’au bout de la séance, un vendredi, de 16 à 17H.
Au cours de ce travail :

  • ils ont avancé dans leur capacité à comprendre et appliquer une consigne, et notamment ce qui est implicite dans le message (en le rattachant au contexte et au sens de l’exercice)4 ;
  • ils ont dû prendre de nombreuses initiatives et décisions5 ;
  • ils ont réinvesti des connaissances et perçu l’importance du positionnement des évènements dans le temps6 ;
  • ils ont travaillé à deux pour analyser, comprendre et résumer, et se sont entraidés entre binômes7 ;
  • ils se sont appuyés sur leurs notes de cours et leur sens critique pour sélectionner des informations trouvées sur le web8 ;
  • ils se sont interrogés sur les messages véhiculés par une image9 ;
  • ils ont associé texte et image avec un traitement de textes, utilisé le copié-collé de manière pertinente, et sauvegardé leur document de manière à pouvoir y accéder avec internet10.

L’enseignant lui aussi s’est impliqué de la 1ère à la dernière minute, et a pris de nombreuses décisions pour maintenir l’équilibre subtil entre exigence et souplesse, liberté et cadrage, attention aux individus et gestion du groupe. Il a travaillé au carrefour de deux univers complexes et en mouvement permanent : un groupe d’élèves et le web. Il fallait donc aussi composer avec l’incertitude.

"Des séances comme celle-ci il n’en faut pas trop dans une journée"

nous avoue-t-il en souriant.

- Pratiques similaires :

- Une séance en lettres "effectuer des recherches documentaires" avec exploration commune du web en classe et copié collé.
- Une séance en sciences économiques et sociales "répondre à une question en utilisant le web" décrivant l’action du professeur et en quoi le numérique l’aide à développer et évaluer les compétences des élèves.

• Réflexion théorique

- Communication de Divina Frau-Meigs, enseignante chercheuse et directrice scientifique du CLEMI sur la présence en classe et le rôle de l’enseignant dans "formation et nouvelles pratiques d’enseignement", une conférence de décembre 2014 sur le site Educavox.
- Les 7 savoirs nécessaires à l’éducation du futur, ouvrage d’Edgar Morin11 écrit à l’invitation de l’UNESCO et consultable en ligne.

(1) Alexandre Wziteck, professeur formateur académique en histoire-géographie éducation civique, collège Jean Jaurès à Gençay

(2) l’établissement est doté d’un ENT qui donne accès depuis chez soi aux travaux déposés dans l’espace classe sur le serveur

(3) les enseignants veillent dans leur calendrier de restitution des devoirs à ne pas mettre en difficulté les élèves qui ne peuvent accéder à un ordinateur que depuis l’établissement

(4) compétences 1 et 7 du socle commun

(5) compétence 7 du socle commun

(6) compétence 5 du socle commun

(7) compétence 6 du socle commun

(8) compétence 4 du socle commun

(9) compétence 5 du socle commun

(10) compétence 4 du socle commun

(11) Sociologue et philosophe

Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex