Collaborer avec le numérique en tant qu'élève (exemples vécus) publié le 19/09/2017  - mis à jour le 10/04/2019

12

Trouver sa place dans le collectif

Dans certains contextes les élèves peuvent se répartir les rôles en fonction de leurs habiletés respectives : celui qui est imaginatif apportera une contribution utile mais les idées pourront être exprimées par celui qui sait comment sélectionner les informations, et un autre pourra être chargé des images, de la mise en forme, ou de la correction...
 Témoignage sur ce sujet d’étudiants de BTS que l’on a habitués à collaborer pour des synthèses de documents ("Rencontres autour du numérique 2014").

Quand les productions sont présentées à un public ou publiées (sur le site ou le journal de l’établissement par exemple), les élèves ont plus de motivation pour s’organiser et soigner le travail.

 Exemple création d’un livre numérique (les amis de papier) par un collège
 Exemple le fanzine "la nouvelle" rédigé à l’occasion du festival "nouvelles scènes" à Niort.
 Autre exemple le blog d’un projet de voiture électrique au lycée professionnel de Ruelle sur Touvre.
 Exemples de publications d’élèves dans le cadre du français et de l’accompagnement éducatif, au collège Pablo Picasso de Versailles.

Appliquer des règles de communication et de visibilité

Le référentiel B2I lycée invitait déjà à prendre en compte les critères d’accessibilité lors de la production d’un document numérique : l’information ne doit pas être réservée qu’aux personnes dotées de bons yeux, et d’une très grande capacité de concentration.

Il faut aussi apprendre à choisir un type de présentation adapté au mode de communication : un document destiné à servir de support pour une présentation orale n’a pas les mêmes caractéristiques qu’un document destiné à être imprimé ou publié sur le web.

 Exemple d’entrainement : page de Wikipédia réalisée sur un auteur en "littérature et société".
 Exemple de situation pédagogique : création audio-visuelle dans le cadre du concours national de la résistance et de la déportation.

Les élèves peuvent aussi développer ces savoir-faire dans le cadre de la recherche d’orientation quand ils produisent un exposé, un article ou un film, qui peut être dans certains cas présenté à d’autres élèves :
 Le concours "je filme le métier qui me plait".

Ils peuvent aussi collaborer à distance via les réseaux sociaux et être formés à l’usage des mots clefs et balises tels que les #, qui facilitent le partage ciblé des connaissances.
 Exemple : usage de Twitter, de la dictée à la twictée.

S’approprier le web et le partager

Les travaux de partage de signets (ou favoris) sont identifiés par la recherche en sciences de l’éducation comme utiles à une bonne appréhension du web, des ressources en ligne et de l’art de les partager. L’élève y apprend notamment à faire un bon usage des métadonnées, en rédigeant des notices qui décrivent les ressources et facilitent leur exploitation.

 Exemple 1 : au collège, séance autour de la création collective d’une sitographie.
 Exemple 2 : partage de favoris mené avec Pearltrees par des classes de terminale.

PearTrees, classe de terminale

Impression

  Imprimer
  L'article au format pdf

Auteur

 Chantal Bernard

Partager