«WRITING SKILLS (STILL) MATTER !» publié le 21/01/2019  - mis à jour le 22/01/2019

- Écrire au lycée professionnel -

Le bilan

Le film :

Dans l’ensemble, ce projet a suscité de l’intérêt et tous ne se sont pas attachés aux mêmes histoires dans l’histoire ce qui s’est exprimé par des choix très différents d’émetteurs et de récepteurs dans les lettres.

L’écriture :

Même si elle est parfois limitée, certaines lettres restent très simples, l’expression écrite entraîne à mobiliser les acquis lexicaux, grammaticaux pour produire des énoncés de plus en plus complexes et corrects.
Le récit peut être un moyen de faire écrire, par la reformulation, accompagnée d’un guidage vers plus d’autonomie, particulièrement lorsque cette écriture se fait dans un environnement contextualisé.
Certains se sont émancipés des étapes de guidage car capables de produire et de revenir sur leurs écrits seuls. Pour d’autres, la production aurait été moindre sans ces guides.

Les élèves ont produit le travail demandé à leur niveau et à leur rythme.

La mémorisation et la préparation au CCF :

Les compétences de production mobilisent des connaissances linguistiques notamment lexicales. Selon les jeunes, ce sont ces connaissances qui font défaut :

  • Le travail d’entraînement à l’écriture peut aussi être un outil pour les développer, d’autant plus qu’ils ont besoin d’écrire pour se rassurer, particulièrement avant une EOC.
  • Le transfert peut aussi aider à la mémorisation. Ici, on peut transférer du contenu méthodologique et lexical à la présentation d’un autre film, d’un roman en vue du CCF.
  • L’apprentissage du "re-travail" de l’écrit peut aider les jeunes à s’approprier leurs productions et éviter les "copiés-collés" d’Internet lors des CCF, souvent sans succès car les phrases apprises par cœur n’évoquent que peu de choses pour eux, ils n’en sont pas à l’origine et il est difficile pour eux de retenir ce qu’ils ne comprennent pas. L’expression des sentiments peut aider à la prise en charge de ces énoncés qui leur sont personnels.

La dimension culturelle :

Elle sert de socle à la communication. Les élèves connaissent l’existence de la ségrégation aux Etats-Unis. C’est l’exploitation du film qui donne un cadre tangible à cette dimension culturelle en vue d’une production.

L’apport du numérique :

Mémoriser à long terme

Par le biais des outils numériques :

  • ils sont en capacité d’écrire quelque chose, au moins par le biais du récit,
  • ils ont le choix de certains paramètres, l’émetteur, le récepteur, l’organisation du character map…
  • ils produisent un travail collaboratif que tous peuvent réutiliser pour l’EOC,
  • les corrections collectives rassurent et induisent de l’entraide,
  • ils ont la possibilité de plusieurs tâches finales en fonction de leur avancée,
  • leur avis, intégrés dans la review finale, compte dans la globalité de la classe.