Accueil : Usages du numérique éducatif

article Des documents accessibles     -    publié le 12/05/2014    mis à jour le 20/10/2014

principes à garder à l’esprit lorsqu’on propose un support à ses élèves

1 2 
clipart

Quand les documents pédagogiques sont faciles d’accès, cela simplifie la vie des élèves, notamment de ceux qui ont des besoins particuliers (qui ne peuvent pas assister au cours en ce moment, qui ont une mauvaise vue, des soucis de compréhension...).

Lors des "Rencontres autour du numérique" le 9 avril 2014 un élève, des parents, des enseignants et des conseillers ont croisé leurs connaissances.

Cédric Couvrat est enseignant spécialisé (titulaire d’un CAPASH) à ce titre et en sa qualité d’enseignant animateur TUIC, il a coordonné, pendant 3 ans, le dispositif d’équipement des élèves handicapés scolarisés en milieu ordinaire pour le département de la Vienne1.

Nathan Rochais prépare un bac professionnel accueil au lycée professionnel du Dolmen2. Il est atteint de dyspraxie. Il a connu différents établissements scolaires, et a appris petit à petit à s’adapter aux différents contextes d’apprentissage avec l’aide des professionnels de l’éducation, et de ses parents. Il utilise l’ordinateur (en particulier suite bureautique avec traitement de texte, tableur et PréAO) depuis le collège où il était aidé par une ergothérapeute3. Il apprécie de travailler avec les mêmes outils que les élèves de sa classe non atteints de problèmes "dys". Cette année il fait partie des élèves qui ont un portefolio personnel (blog Wordpress mis à disposition par son lycée) et un bureau virtuel (Symbaloo).

Il confirme ce que disent les conseillers de l’ASH4 :

• Quand les documents de cours sont numériques le travail de l’élève est facilité et les interactions avec l’enseignant sont bonifiées

- Pour lui comme pour beaucoup de jeunes il est plus facile d’écrire avec un clavier qu’à la main.
- S’organiser pour avoir le bon document au bon moment est plus simple avec des fichiers numériques : il y a moins de manuels et classeurs à transporter.
- Quand un document est créé en format numérique n’imprimer que si nécessaire et favoriser les interactions numériques qui sont considérablement plus riches : co-intervention, annotations, suivi des modifications… cf article "le traitement de texte produire et corriger". Les aller-retours du papier au numérique s’avèrent compliqués et peu productifs.

• Une typographie bien choisie facilite la lecture et la compréhension du document

- Les polices sans empattement (polices de type sans-serif comme par exemple « Arial ») sont plus claires.
- Les paragraphes aident à différencier les parties d’un texte. Il est préférable que le texte soit aéré.
- Un texte justifié (mise en page dans laquelle toutes les lignes sont de la même longueur) ou présentant des lignes trop longues impacte négativement les performances de lecture et donc la compréhension.
- S’il y a des titres de différents niveaux et que tous les titres d’un même niveau sont du même style le lecteur comprend mieux l’organisation des idées. La police Wordart est à proscrire pour les titres car trop peu lisibles.
- Des règles typographiques récurrentes faciliteront l’immédiateté de l’accès à l’information. Une consigne qui se différencie du contenu de l’exercice, avec une police ou un effet que les élèves reconnaîtront tout au long de l’année, leur permettra de l’identifier et de la différencier avec un coût cognitif réduit.
- Si les mots importants sont valorisés visuellement ils sont mieux repérés.

• La simplicité facilite la compréhension

- Les documents pédagogiques sont parfois trop complets. La quantité d’informations n’est pas proportionnelle à l’amélioration de la compréhension.
- Les éléments à vocation décorative (illustrations, cadres et bordures) occasionnent une surcharge cognitive. Il vaut mieux choisir des images qui apportent une valeur ajoutée au niveau du sens.
- Les couleurs choisies par l’enseignant peuvent perturber le lecteur. Il vaut mieux privilégier le noir sur fond blanc et laisser à l’élève la possibilité de choisir les couleurs de soulignage ou surlignage qui l’aideront à comprendre. Il se fera petit à petit une stratégie adaptée à ses besoins.
- Les consignes doivent être claires, en veillant au bon équilibre entre l’explicite "nécessaire et suffisant" et l’implicite, qui peut être passé à l’oral. Quand l’enseignant prend le temps de s’interroger à ce sujet tous les élèves y gagnent.

Voir ci-dessous le support utilisé lors de l’atelier.

un document Des documents accessibles (PDF de 149.5 ko)

Support utilisé par Cedric Couvrat
le 9 avril 2014

(2) Lycée des métiers « Services aux entreprises et à la personne »

(3) L’ergothérapeute est l’intermédiaire entre les besoins d’adaptation de la personne et les exigences de la vie quotidienne en société.
Source ANFE

(4) ASH : Adaptation Scolaire et Scolarisation des élèves Handicapés

« Précédente  1 2  Suivante » Sur une seule page
Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex