EPI Presse et média (2016-2019) publié le 25/11/2019

Un exemple en classe de 4ème au collège

C - Evaluation par compétences de l’EPI Presse et medias

Item choisis pour l’évaluation :

D1 :"Comprendre, s’exprimer en utilisant la langue française à l’oral et à l’écrit "
"Écrire des textes non littéraires"
D3 :"Justifier son choix"
"travailler en équipe"
D2 :"Utiliser des outils numériques"
"Imaginer, concevoir, réaliser des productions »

Les professeurs avaient des grilles comportant les items et pouvaient évaluer tout au long de la journée ; une concertation entre professeurs a eu lieu en fin de journée ; puis, pour chaque élève, le professeur de lettres complétait l’item D1, le professeur d’histoire-géographie l’item D3 et le professeur documentaliste l’item D2.

Evaluation des Unes par des élèves de 6ème, en aval

journal

Les professeurs ont choisi de faire voter des élèves du collège pour leur Une préférée, parmi toutes celles créées. Le niveau 6è a été sélectionné ; les élèves ont voté lors des séances au CDI, suite à une sensibilisation à ce qu’est une Une, sa fonction, et l’examen de critères de choix pour voter (choix du titre et du logo, intérêt des informations mises en ventre, organisation de la page).
Le vote s’est fait courant mai. Les 4ème étaient ensuite informés du résultat du choix des 6ème.

Bilan de l’EPI Presse et medias

Bilan des élèves : ils ont apprécié ce travail dans l’ensemble, car cela « changeait des cours habituels », ils se sont sentis « actifs », « cela concernait la vraie vie » (les informations lues dans les dépêches) et ils ont aimé pouvoir dessiner. Le temps passé à la mise en page les a surpris.

journaux

Les élèves se rendent comptent de la difficulté à élaborer une Une et donc du travail nécessaire en amont. Certaines classes ont eu des débats forts et constructifs quant au choix des articles à mettre en Une.
Certains professeurs impliqués dans ce projet ont changé sur les trois ans (mutations, autres niveaux de classe en responsabilité), mais cet EPI a perduré.
La difficulté rencontrée la première année (2016-2017) fut la répartition des activités sur la journée complète : une grande partie des élèves avaient terminé leur travail en début d’après-midi (vers 15 h 00), hormis les maquettistes et les dessinateurs. Il fallait donc proposer des activités autres (cf partie B ci-dessus). Les maquettistes furent, par contre, occupés jusqu’à la dernière minute chaque année !
Les classes participantes n’ont pas été primées lors du concours académique des Unes, mais les professeurs ont tenu compte des remarques fournies par les responsables locaux du CLEMI chaque année.

Document joint
un document Corrigé de la fiche 4 (PDF de 88.5 ko)