Accueil : Usages du numérique éducatif

article QCM à corrections rapides, pourquoi, comment ?     -    publié le 31/03/2016    mis à jour le 13/11/2016

Des outils présentés par ceux qui les utilisent

1 2 
Utilisation de Plickers

Philippe Gautron,
enseignant de SES,
interroge ses élèves
avec Plickers.
Photo : Damien Guittard.

Lors des "Rencontres autour du numérique" des enseignants présentent leurs méthodes pour réaliser des questionnaires à choix multiples.

Chacun d’eux pense qu’il est utile de vérifier fréquemment les connaissances ou représentations des élèves, notamment pour dynamiser le début ou la fin d’une séance, stimuler l’attention pendant le cours, repérer les points qui ont été mal compris et permettre aux élèves de se situer par rapport à la progression.
Ils ont trouvé des outils adaptés à leur contexte de travail et à leurs objectifs pour préparer des questionnaires, les utiliser en classe et exploiter leur traitement, notamment pour mieux préparer les séances qui suivront.

Certains de ces enseignants ont témoigné lors des "Rencontres autour du numérique" du 6 avril 2016 (atelier "évaluations stimulantes").

• Application Socrative

Elle existe en mode web gratuit (financé par la publicité) ou payant.
Un des témoins des "rencontres 2014" l’utilise en cours de mathématiques1 dans le cadre de l’expérimentation "Living Cloud". (matériel utilisé : ordinateur pour le professeur, tablettes ou smartphones sous Android pour les élèves, vidéo projecteur, borne wifi).

- Objectifs :

Les élèves sont testés soit en début de séance pour vérifier ce qui a été retenu des étapes précédentes, soit en fin de séance pour vérifier la compréhension de quelques points qui viennent d’être traités. Les résultats peuvent être exploités pour les bulletins ou l’évaluation des compétences. Les questionnaires créés par un enseignant peuvent servir à d’autres enseignants partageant une progression commune.

- Déroulement

  • il existe deux versions "teacher" et "student" ; Le professeur indique son numéro (room) pour que l’élève qui utilise la version student puisse accéder au questionnaire lancé par l’enseignant, qui lui utilise la version "teacher".
  • La questionnaire se déroule comme dans l’exemple ci-dessus appliqué avec PingPong.
  • Les scores de réussite sont exportés sous forme de tableau pour une exploitation après la classe.
  • Le logiciel permet aussi de prévoir un "exit ticket" (espace d’expression en fin de questionnaire) afin de savoir comment les élèves ont vécu la séance : qu’ont-ils appris ? est-ce que le cours était clair ? Peut-on améliorer la séance ? Ils peuvent alors donner leur sentiment sur le déroulement.
  • Le professeur donne parfois l’occasion de participer à un questionnaire en groupes. L’application prévoit cette modalité, qui est intéressante lors de séances projets, ou quand on poursuit un objectif de développement de la collaboration.
  • Un questionnaire peut être partagé par l’envoi d’une référence avec d’autres enseignants inscrits sur la plateforme Socrative. Le travail en équipe permet un gain de temps et une réflexion pédagogique qui permet d’améliorer la qualité des tests.

quelques limites indiquées par les témoins :
- La connexion wifi doit être stable ;
- les élèves doivent tous avoir une tablette en bon état de fonctionnement ce qui est souvent problématique avec une classe de 35 élèves ;
- les questions posées doivent être simples et claires ;
- tout devient bien plus long et compliqué si on demande une réponse écrite : il faut alors prévoir tous les cas de réponse possibles, y compris avec faute ou légère différence...

(1) Loïc Chapellier, professeur de mathématiques au Lycée Pilote Innovant International à Jaunay-Clan.

« Précédente  1 2  Suivante » Sur une seule page
- Document joint

Support utilisé
lors des rencontres autour du numérique
par Olivier Aranda.

Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex