Accueil : Sciences de l'ingénieur - Enseignements technologiques et STI2D

article Serious games     -    publié le 17/02/2013    mis à jour le 09/12/2015

1 2 

L’utilisation des jeux en formation n’est pas nouvelle. Citons par exemple les travaux de Claude Bourlès de l’UCO dont nous avons déjà parlés pour une utilisation en CiT ou encore les jeux-cadres de Sivasailam Thiagarajan.

Avec le serious game, c’est l’univers du jeu video qui s’invite dans celui de la formation. Le jeu sérieux résulte de l’association entre un contenu sérieux et un scenario vidéo-ludique.1

Vue d'ensemble Serious games

• Typologie

Le premier serious game significatif a été développé pour le compte de l’armée des Etats-Unis en 2002. America’s Army est depuis distribué gratuitement via Internet. Ce jeu de tir permet de simuler des exercices d’entraînement et des missions de combat, mais son premier objectif est en fait de valoriser l’armée américaine auprès des jeunes de 16 à 24 ans. Il s’agit davantage d’un outil de promotion que d’un support d’entraînement.

Ainsi, on distingue généralement trois types de serious games :
-  Les serious games « à message » (on parle d’advergaming ou de persuasive games). Ces jeux visent à transmettre un message, pour communiquer et influencer.2
- serious games d’entrainement, aussi appelés training games. Ces jeux cherchent à améliorer les performances cognitives ou motrices des utilisateurs. Ils prennent souvent la forme de simulateurs.3.
-  Les serious games de formation (learning games). Ce sont des serious games d’apprentissage qui permettent une montée en compétence ou l’acquisition de connaissances. Ils peuvent également prendre la forme de simulateurs.4

L’appartenance à une catégorie n’est pas exclusive. Ainsi, un même jeu peut appartenir à plusieurs catégories. Par exemple, un jeu de formation peut aussi passer des messages commerciaux.

• Composantes d’un jeu sérieux

A l’instar du jeu vidéo, il est d’usage de distinguer le fond, la forme et la mécanique du jeu sérieux.
- Le fond comprend le contenu pédagogique (objectifs pédagogiques, messages clés) et les valeurs portées par le jeu tout au long de
l’aventure vécue par l’apprenant.
- La forme du jeu est déterminée par un ensemble d’éléments graphiques et sonores. Elle donne la tonalité de l’univers du jeu.
- La mécanique du jeu, aussi appelée gameplay, constituée de l’ensemble des éléments servant à l’interaction. Cela inclut la jouabilité, la maniabilité et la difficulté.

- Page suivante : l’efficacité des jeux sérieux et quelques exemples ...

(1) Le chercheur français Julian Alvarez propose une définition plus complète : "une application informatique, dont l’intention minimale est de combiner, avec cohérence, à la fois les aspects sérieux tels, de manière non exhaustive et non exclusive, l’enseignement, l’apprentissage, la communication, ou encore l’information, avec des ressorts ludiques issus du jeu video." Les travaux de Julian Alvarez sont accessibles sur le site www.ludoscience.com

(2) Exemples de jeux à message :
- The Great Flu, jeu financé par Solvay et GlaxoSmithKline, producteurs de vaccins contre la grippe A,
- The Coke Zero Game, realisé par Coca Cola en 2008.

(3) [Pulse !! jeu sérieux sur les pratiques médicales est l’un des simulateurs 3D les plus connus

(4) Exemples de jeux de formation :
- Clim’Way, développé par Cap Sciences, sur le réchauffement climatique,
- Stop Disasters, créé par l’ONU, autour des catastrophes naturelles.

« Précédente  1 2  Suivante » Sur une seule page
Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex