Le chant choral dans les collèges par Philippe Bazin, IA-IPR Education musicale et chant choral. Etat des lieux 2013-2014. publié le 10/05/2014  - mis à jour le 06/01/2015

Pages : 12345678

1. LE CADRE INSTITUTIONNEL.

a. Les programmes de l’éducation musicale

Les pratiques musicales sont le principal outil du développement de l’expression artistique de l’élève dans le domaine du sonore. Les pratiques vocales constituent l’essentiel de celles-ci : accessibles à chacun, elles ne nécessitent rien d’autre qu’une attitude physique et mentale d’ouverture et d’écoute.

L’heure hebdomadaire de cours d’éducation musicale repose en grande partie sur ces pratiques. Toutefois, pour dépasser ses limites, le programme du collège prévoit la mise en œuvre d’un enseignement complémentaire de chant choral, qui permet à tous les élèves volontaires d’approfondir collectivement leurs capacités d’expression vocale dans la perspective d’une expérience caractérisée par deux éléments : la polyphonie et la production en public, spécificités du chant choral dans le second degré.

b. La réglementation concernant le chant choral

Depuis 1949, les textes réglementaires viennent périodiquement rappeler toute l’importance de cette éducation chorale adossée à l’éducation musicale. Le plus récent est la circulaire publiée au B.O. du 22 septembre 2011.

Par ailleurs, dans le décret du 12 juillet 2006 définissant le socle commun de connaissances et de compétences, au titre des compétences sociales et civiques, nous lisons que l’élève doit apprendre que « la vie en société se fonde sur (…) la conscience que nul ne peut exister sans autrui : conscience de la contribution nécessaire de chacun à la collectivité ; sens de la responsabilité par rapport aux autres ; nécessité de la solidarité (…) ». Le chant choral, nous le verrons, est un vecteur privilégié de développement de cette compétence.

c. Le professionnalisme des enseignants

1. Une professionnalité garantie par une formation.

Dès la création du Capes de la discipline, celui-ci a porté le nom d’ « éducation musicale et chant choral ». Tout comme l’agrégation, il comporte expressément une épreuve pratique de direction de chœur où le candidat doit faire valoir ses compétences en la matière en présence d’un ensemble vocal d’élèves ou d’étudiants. La formation initiale comporte un volet en conséquence.

C’est également le cas de la formation continue, où depuis deux ans, aux journées consacrées à la mise en œuvre des projets départementaux de chant choral se trouve ajoutée, sous l’égide de la Facs, une journée académique de formation qui mobilise des intervenants artistiques de haut niveau. Pas plus qu’une rencontre sportive, ces journées de partage musical ne peuvent bien évidemment relever de la formation à distance.

2. Un fort engagement associatif.

La complexité des démarches à mettre en œuvre pour réaliser des projets partenariaux inter-établissements conclus par des concerts dans des salles de spectacle professionnel induit la nécessité de structurer la dynamique chorale en associations portées à bout de bras par les professeurs eux-mêmes.

Elles bénéficient de la reconnaissance du ministère, au titre de l’agrément des associations complémentaires de l’enseignement public. Elles sont structurées au sein d’une association générale, la Fédération nationale des chorales scolaires, dont l’action se décline au niveau académique : ainsi la Facs, dans l’académie de Poitiers, fédère toutes les actions dans le domaine du chant choral, en particulier celles relevant des cinq associations de niveau départemental ou infra-départemental.

L’élaboration et le suivi des budgets (négociations de tous ordres, rigueur des comptes-rendus) exigent une attention et une démarche d’auto-formation tout à fait significatives. De même, les multiples tâches de coordination et de contact avec les partenaires (collectivités, structures de diffusion, intervenants, etc.) sont très chronophages, en particulier lorsqu’il s’agit d’harmoniser les contenus des actions proposées dans le contexte d’une liaison intercycles ou interdegrés, dans l’esprit des réseaux Eclore.

Document joint

A partir des témoignages en provenance de la très grande majorité des collèges de l’académie, l’IA-IPR d’éducation musicale et chant choral Philippe Bazin a rédigé l’étude que vous trouverez dans ce document. Au-delà des chiffres, dont le recueil n’a jamais été aussi exhaustif, ce texte présente quelques éléments de réflexion sur ce qu’apporte la pratique du chant choral aux apprentissages des collégiens, en particulier dans le domaine des compétences sociales et civiques.

Impression

  Imprimer
  L'article au format pdf

Auteur

 Philippe BAZIN

Partager