Être RUPN en 2021 publié le 10/11/2021

En 2020/2021 446 personnes ont occupé la mission de RUPN dans les établissements du second degré de l’académie. Elles ont été invitées à faire le bilan de leur année par une enquête en ligne, qui sert notamment à évaluer et améliorer leur accompagnement.
244 réponses complètes ont été enregistrées, ce qui représente 54,46 % des personnes interrogées.

Diffuser des informations utiles sur le numérique dans l’éducation

Dans leur grande majorité elles ont trouvé une stratégie pour diffuser des informations, mais 42% ressentent le besoin de connaître d’autres méthodes. Le mail reste le principal vecteur pour cet objectif, et à 57% les réunions pédagogiques. Le sentiment que tout le monde manque de temps pour prendre connaissance des messages est plusieurs fois mentionné.
 Voir les méthodes utilisées et les observations

Blog de RUPN,
lycée Kyoto
Poitiers

Se tenir informé.e sur l’actualité du numérique éducatif

73% disent y parvenir, grâce aux lettres d’informations institutionnelles et aux personnes ressource. Sont aussi mentionnnés le Café Pédagogique, Tchap, les bulletins de Canopé, les groupes Facebook, Twitter, les Dossiers de veille de l’IFÉ, les sites Nouvousils et internetactu, l’outil Inoreader (version gratuite) pour agréger des flux choisis, le Bulletin Veille & Analyses (Bruno Devauchelle).

Seuls 29% ont tiré profit de la messagerie Tchap destinée à faciliter les échanges entre RUPN. Certains suggèrent que ce soit étendu aux RUPN d’autres académies, d’autres que les groupes soient plus réduits pour des dialogues plus utiles. Certains aimeraient voir le département des personnes qui y postent un message.

Organiser des échanges professionnels autour du numérique

68% disent avoir organisé ou facilité des échanges professionnels et 23% aimeraient progresser dans leurs capacités à le faire.

Echanges

Les méthodes évoquées vont du 1/4 d’heure de formation à une heure sur la pause méridienne du jeudi, en passant par une permanence hebdomadaire à heure et lieu fixes. Une personne évoque des déjeuners formation, une autre des marchés de savoirs au sein de l’établissement (numéri-troc et pedago troc). D’autres évoquent des temps informels.

Mettre en place des mini-ateliers de formation

60% en ont mis en place, essentiellement pour la prise en main d’outils (ENT, classes virtuelles, Moodle, TBI, tablettes, Labomep, outils de questionnement, etc.).
Un moment privilégié est le début de l’année scolaire. 13H est parfois l’horaire choisi. Une personne évoque 4 séances sur l’horaire 15H30/17H30, une autre deux journées complètes. Parfois une présentation courte sur 15 ou 20 minutes peut être suivie d’un accompagnement personnalisé si besoin à l’occasion d’un projet. Une personne constate que l’aide individualisée fonctionne mieux que la proposition d’ateliers déjà définis sur des créneaux fixes.
58% ont proposé des initiations à Pix.
47% ont proposé des initiations à une pratique pédagogique telles que visio enseignement, hybridation de l’enseignement, ludification, classe inversée, comment développer la mémorisation, la coopération, les interactions au sein d’un groupe classe, utiliser des QCM interactifs pour la différenciation, des parcours ou plans de travail.

Les personnes qui n’en ont pas mis en place parlent des conditions sanitaires et d’un manque de temps, lié à l’augmentation des missions attribuées aux RUPN.

Accompagner les collègues dans le cadre de leurs projets

68% se disent associés à des projets par leurs collègues, dont 16% fréquemment.
Sont évoqués des projets de médias scolaires, de classes flexibles, des EPI, des liaisons école/collège ou collège/lycée, des portes ouvertes virtuelles, des projets culturels ou internationaux, de création de jeux et notamment jeux d’échappement.

Participer au pilotage du numérique

Dans le cadre de la crise sanitaire 81% ont participé au pilotage surtout en aidant au choix des outils et services et à leur présentation. Il s’agissait notamment d’éviter la multiplication des outils différents pendant le confinement et la période d’hybridation qui a suivi.

62.56% des répondant.es ont administré des services en ligne par délégation du chef d’établissement.

Leurs suggestions pour améliorer l’usage du numérique dans l’établissement

  • La suggestion la plus fréquente est de prévoir de réelles heures de décharge et non des IMP ou laisser le choix au RUPN. 2h de décharge par semaine semblerait un bon compromis.
  • Autre suggestion répétée : des ordinateurs qui fonctionnent avec une connexion Internet fiable et rapide sur l’ensemble de l’établissement.
  • Laisser aux RUPN la main sur l’installation des applications sur les tablettes.
  • Libérer les réseaux pour faciliter l’usage du matériel personnel.
  • Renouvellement du matériel informatique obsolète.
  • Formations des enseignants sur le temps de travail.
  • Être plus au courant des pratiques autour des usages du numériques.
  • Disposer en collège d’un ENT dont les fonctionnalités soient simples et intuitives et dans lequel on peut rajouter des éléments simplement.
  • RGPD : proposer des "paliers d’acceptabilité" dans l’utilisation des applications pour encourager les bonnes pratiques.
  • Ne pas privilégier que du mobile, penser aussi à faire durer le matériel fixe existant.
  • Un chat uniquement sur l’usage des tablettes.
  • Achat de tablette pour les professeurs volontaires afin qu’ils puissent les utiliser dans leur pratique du quotidien.
  • Plusieurs RUPN de lycées réclament une amélioration du dialogue Rectorat-Région pour le choix de solutions logicielles et matérielles (exemple avoir des tablettes dans le catalogue de la Région).

Usages du numérique pour l’évaluation

79% des RUPN qui ont répondu disent mettre à profit dans leur pédagogie des outils qui améliorent les possibilités d’évaluation, mais 35% aimeraient élargir leurs connaissances. Exemples de services fréquemment cités :

Usages du numérique pour la différenciation

66% disent mettre à profit le numérique pour cet objectif.
Sont mentionnés notamment les plans de travail, l’évaluation différenciée, TACIT, des activités en ligne, les recherches en ligne différenciées, les contrats de formation, les vidéos d’aide ou de coup de pouce, la Khan Academy.
17% aimeraient recevoir de la formation sur ce thème.

Connaissances concernant l’accessibilité numérique

54% disent avoir des connaissances sur cette question et 28% aimeraient être formés.

Connaissance des ressources institutionnelles

  • Eduthèque est connu par 56% des répondants et utilisé par 29%.
  • Apps Education est connu par 42% et utilisé par 32%.
  • Pix est utilisé par 94% et connu par les autres. Il est utilisé avec les élèves par 63% des répondants.
  • Lumni enseignement est connu par 55% des personnes et utilisé par 40%.
  • Internet sans Craintes est mal connu, mais utilisé par 28% des répondants.
  • M@gistère a été utilisé par 62% des répondants pour se former. Les autres ressources de formation en ligne tels que les moocs sont utilisés par 47%.

Suggestions pour la formation continue des RUPN

  • Regroupements en présentiel si possible
  • Disposer de temps pour manipuler des applications
  • Retours sur les recherches
  • Formation sur les dangers d’Internet et l’information/désinformation
  • Formation sur le RGPD
  • Formation sur le matériel des nouvelles dotations informatiques
  • Meilleure reconnaissance de la fonction pour donner plus envie de se former
  • Avoir une vision à long terme de l’évolution du numérique.

Après le bilan, l’action

Le programme de réunions, de classes virtuelles et de stages prévu pour l’année 2021/2022 pour les RUPN prend en compte les demandes exprimées : des ateliers avec manipulation sont proposés sur différents thèmes aux volontaires, en dehors des réunions de mutualisation. Des classes virtuelles sont prévues sur différentes thématiques demandées.
Les salons Tchap vont être réorganisés, et des listes de discussion plus traditionnelles avec archives seront mises en place pour les nouveaux groupes (Référents Eclore Numériques notamment).
Une démarche est entamée pour une meilleure reconnaissance de la fonction.

Document joint

L’analyse complète.