Une progression pour la partie "féminin masculin" en première publié le 17/01/2015  - mis à jour le 24/06/2017

Masculin-Féminin - Premiere ES/L - Progression pédagogique. S'affranchir des habitudes et du dogmatisme

Deuxième thème : "Fille ou garçon, une affaire de chromosomes ?"

BO : "La mise en place des structures et de la fonctionnalité des appareils sexuels se réalise sur une longue période qui va de la fécondation à la puberté, en passant par le développement embryonnaire et fœtal "

Ce sexe biologique étant acquis à la naissance, on se penche d’abord sur ce qui fait l’homme ou la femme à ce niveau. Une recherche rapide permet de rappeler ce qui, au niveau de l’organisation de l’appareil génital, acquise avant le naissance, "fait" le sexe de l’individu : l’appareil génital de l’homme est organisé pour produire de grandes quantités de cellules reproductrices mobiles, secréter les liquides assurant la survie de ces cellules et assurer la fécondation interne : celui de la femme pour produire une cellule reproductrice à la fois et assurer le développement de l’embryon.
Des schémas muets des appareils génitaux masculin et féminin sont fournis aux élèves : ils doivent les utiliser pour regrouper les informations qu’ils possèdent ou qu’ils trouvent sur Internet sur leurs fonctionnements.

Pour comprendre la mise en place, une séquence du document vidéo la première séance peut être reprise : au départ « il y a les deux », puis « ça » se transforme pour devenir masculin ou féminin.

Cette partie peut être traitée en utilisant le logiciel gratuit "detsex".

La connaissance de l’organisation générale de l’appareil génital acquise à ce stade permet alors de déboucher rapidement sur une explication des changements se produisant à la puberté, par la production d’hormones sexuelles déterminant le phénotype de l’individu..
Avoir « derrière soi » la première séquence sur l’identité sexuelle permet alors aux élèves de mieux comprendre quelles peuvent être les conséquences de la sexualisation du cerveau au moment de la puberté, sous l’influence des hormones ( avoir traité la plasticité cérébrale auparavant avec la vision constitue une aide précieuse pour comprendre ce « modelage » du cerveau, et la valse hésitation qui peut se produire pendant la mise en place du processus).

L’ensemble de ces connaissances étant acquis, on peu alors passer à l’autre partie motivant l’intérêt des élèves, l’amour !
Reprenons l’image d’Adam et Eve ( les audacieux peuvent tenter le loup de Tex Avery, on y voit très bien le rôle joué par la vision dans le déclenchement du phénomène), qu’est-ce qui les a conduit à "croquer la pomme" ?
Ici aussi, les travaux effectués sur la plasticité cérébrale et le parallèle « drogue/neurotransmetteur » dans la partie sur la vision doivent à mon sens être réinvestis :être amoureux correspond d’abord à un sensation de plaisir liée à la présence d’une personne déterminée, donc en liaison avec l’activité cérébrale des zones liées à la sensation de plaisir, donc une "histoire" de neurotransmetteurs, alors ...

Document joint

Une progression pour la partie "féminin masculin" en première.