Accueil : Philosophie
Accueil >> Séminaire...

article Séminaire du MAPP - "Métaphysique allemande et philosophie pratique" (Université de Poitiers)     -    publié le 30/01/2013

Séminaire du MAPP - Métaphysique allemande et philosophie pratique
Ligne 1

« Métaphysique allemande » et question de l’identité : l’espace de l’idéalisme allemand.

Vendredi entre 14h et 16h salle D’Hondt (36 rue de la Chaîne).
L’Idéalisme allemand peut être sommairement caractérisé comme une entreprise qui cherche, en quelque façon, à "achever Kant". Ce dernier aurait marqué l’avènement de la philosophie vraie, libérée des dogmatismes mais il n’aurait pas fondé son discours. Tout postkantien est en ce sens un philosophe en acte de fondation. Mais comment atteindre un tel fondement et existe-t-il une fondation incontestable ?
Chaque lecteur des postkantiens sait à quel point la recherche d’un Grundsatz occupe une place prépondérante dans les textes. Les efforts pour surmonter les clivages kantiens (en particulier celui du sujet/objet) engage ses successeurs dans la recherche d’une proposition fondamentale dont la forme et le contenu seraient identiques notamment en passant du principe – vide – d’identité (A = A) au Moi = Moi ou à d’autres figures.

Le séminaire se propose d’étudier :

  1. les principales démarches adoptées dans le traitement (ou le dépassement) de l’identité (en tenant compte du fait qu’un auteur ne se réduit pas à un texte ou une solution mais évolue) ; # les lignées métaphysiques (des Grecs à Leibniz et ses successeurs « scolaires ») qui traversent les entreprises postkantiennes, qu’elles présupposent ou contestent ;
  2. les significations que revêt l’identité dans les lectures contemporaines de l’idéalisme allemand (principalement : phénoménologie, École de Francfort).

Contact : Bernard Mabille

Ligne 2

Projet de recherche interdisciplinaire - Identité et subjectivation - Approche philosophique (MAPP) et clinique (CAPS)

Le projet est d’étudier les relations entre l’identité et la subjectivité selon deux approches distinctes : philosophique et psychanalytique.
Ces deux concepts ont connu des destins différents mais historiquement liés. Globalement notre modernité a remis en jeu la notion même d’identité en faisant tomber un certain nombre d’illusions : celle du pouvoir de la rationalité fondée sur la conscience avec l’hypothèse de l’inconscient, celle de l’unité entre l’identité sociale et subjective, celle de la liberté par l’analyse de l’aliénation politique. La psychanalyse (De Freud à Lacan) et la philosophie (Foucault, Althusser, Heidegger et Derrida) ont ainsi concouru à la naissance d’un « sujet », par définition assujetti à différents déterminismes. Ce sujet est notamment divisé dans l’expérience de son identité et de sa vérité. En outre, sa subjectivité dépend de l’autre, que cet autre emprunte une figure sociale, symbolique, imaginaire ou affective.
Ainsi, la perspective d’un processus de subjectivation identitaire a remplacé celle d’un état constant, certain, connaissable. Notre propos est de dégager les convergences et les divergences dans notre abord de la subjectivation à partir de trois perspectives :

  1. Perspective historique et épistémologique. Il s’agit d’étudier les origines de la notion moderne de sujet comme fondement de l’existence et du rapport au monde au travers de textes classiques ;
  2. Perspective clinique. La subjectivation est analysée sous l’angle de ses conditions de naissance, de développement et d’exercice. La subjectivation varie selon les périodes de la vie et les diverses expériences affectives et intersubjectives que rencontrent les sujets. _ Nous retenons en particulier les expériences corporelles à l’adolescence, les expériences intersubjectives (filiation, parentalité), certaines expériences affectives (mélancolie, passion, rapport au limité et à l’illimité, au néant, à la mort).
  3. Perspective politique et culturelle. La recherche porte sur les effets subjectifs de diverses assignations identitaires dans le champ social. Nous commençons par le sujet et le discours médical.

Contact : Marie-José Grihom et Bernard Mabille

Programme
Vendredi 14h-16h, salle J. D’Hondt (36, rue de la Chaîne).

  • 25/01 : ΦMA : Identité et métaphysique allemande : sources grecques et paysage allemand (S. Roux et B. Mabille).
  • 01/02 : Ψ : introduction générale : (M.-J. Grihom et B. Mabille).
  • M.-J. Grihom : Le sujet en psychanalyse.
  • 08/02 : ΦMA : L. Guyot : Le problème de l’identité de la conscience pure de soi dans la Wissenschaftslehre 1794.
  • 15/02 : Ψ : S. Roux : La notion de soi et de sujet dans la philosophie grecque antique.
  • 22/02 : ΦMA : A. Roux : L’identité en deçà du sujet ? Réflexions schellingiennes.
  • 08/03 : Ψ : Marion Haza : Subjectivation et adolescence.
  • A. Ducousso-Lacaze - La filiation du sujet : abord psychanalytique.
  • 15/03 : ΦMA : B. Mabille : Hegel, la revanche de la métaphysique dogmatique ?
  • 22/03 : ΦΨ : B. Mabille : Subjectivation et aliénation.
  • 29/03 : ΦMA : V. Gérard : Husserl, identité, égalité, similitude.
  • 05/04 : Ψ : M.-J. Grihom La subjectivation identitaire.
  • 12/04 : ΦΨ : V. Gérard : L’identification chez Freud.
  • 03/05 : Ψ : P. Keller - Le sujet et le médecin
Agrandir
Partager
Twitter  Facebook   Envoyer à un ami
Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex