Accueil : Philosophie
Accueil >> Ressources didactiques >> Enseigner...

article Enseigner la philosophie, faire de la philosophie     -    publié le 02/06/2010    mis à jour le 03/06/2010

Sur le site Eduscol, il est possible de trouver l’intégralité des actes du séminaire qui s’est déroulé à Paris en mars 2009 sur ce qu’est enseigner la philosophie aujourd’hui. Ce document reprend les conférences et les travaux réalisés en ateliers.

Nous reproduisons ci-dessous la table des matières de cet ouvrage collectif ainsi que le discours de clôture de M. l’Inspecteur Général de Philosophie, Jean-Louis Poirier.

• Sommaire

- Avant-propos

- Introductions de Patrick Gérard, Jean-Louis Nembrini, Jean-Louis Poirier

- Conférences

  • La conscience - Jean-Luc Marion
  • L’universel et le singulier - Alain de Libera
  • La démonstration - Pascal Engel
  • Communauté et société - Pierre Manent
  • Science et philosophie - Bertrand Saint-Sernin

- Table ronde

Concept, texte, argument - Vincent Carraud

- Ateliers

  • Compte rendu de la séance de travail sur la conscience - Gilles Olivo
  • Compte rendu de la séance de travail sur l’universel et le singulier - Olivier Boulnois
  • La rationalité des démonstrations - Pascal Ludwig
  • Liberté, normes et vie sociale - André Conrad
  • Philosophie et sciences
    • Qu’est-ce qu’une loi de la nature ?- Anouk Barberousse
    • Le problème de la genèse des grandes théories physiques : remarques sur la contribution d’A. Koyré - Dominique Tyvaert
  • La classe au cœur de la cité - Caëla Gillespie, Sophie Seban
  • Compte-rendu de l’atelier « philosophie et histoire de la philosophie » - Jacqueline Lagrée, Antoine Léandri
  • Atelier « méthodes et styles » - Frédéric Cossutta, Mathieu Potte-Bonneville
  • Niveaux d’enseignement et cursus - Francis Foreaux
  • L’appropriation du savoir en philosophie - Serge Cospérec, Paula La Marne
  • Qu’est-ce qu’approfondir ? - Jacques Doly, Dominique Horvilleur

- Table ronde : La philosophie dans les livres

  • Remarques sur quelques mutations récentes de ce qu’on nomme « livre de philosophie » - Roger-Pol Droit
  • Comment se porte la philosophie dans les livres ? - Éric Gross

- Clôture

  • Osez être des professeurs de philosophie ! - Jean-Louis Poirier
  • Conclusion - François Perret
  • Remerciements - Jean GAYON

• Osez être des professeurs de philosophie !

Jean-Louis Poirier
Inspecteur général de l’éducation nationale
Doyen du groupe de philosophie

Chères collègues, chers collègues,
Prenant la parole pour clore ce colloque je me trouve dans la situation remarquable, pour
conclure nos journées, d’avoir bien plutôt à ouvrir quelque chose, à donner leur champ à de
multiples possibilités. C’est en tout cas ce que je ressens avec force, très clairement, tant
l’intensité et le dynamisme de ces journées sont communicatifs. Il y a comme un souffle. Car
il s’est bel et bien passé quelque chose, dont je voudrais dégager l’importance pour notre
enseignement et pour aider, justement, notre avenir à se concrétiser et à se faire.

Je voudrais d’abord vous complimenter, complimenter chacune et chacun de vous, pour la
richesse et la diversité des travaux accomplis. Rien ne saurait mieux témoigner de la vitalité
de la philosophie et de son enseignement qu’une telle profusion. Non seulement nous avons
entendu des communications dont les problématiques, les inflexions et insistances, la manière
de peser dans l’ordre de l’intellect, conduisaient dans toutes les directions, et toutes ces
divergences se sont ajoutées les unes aux autres pour susciter non de la contradiction, mais de
la richesse, pour mettre en évidence que faire de la philosophie aujourd’hui, c’est s’inscrire
dans un mouvement irrépressible en en recueillir une force singulière ; mais nous ne nous
sommes pas contentés de recueillir cette force en écoutant, immobiles, ces communications,
puisque nous nous sommes encore réunis, le second jour, pour nous approprier cette force,
retravailler cette richesse, ajouter à son foisonnement en multipliant les approches, en
reprenant dans les ateliers, l’effort continué de cette explication de nous-mêmes avec nous
mêmes qui fait le réel de la pensée, la pensée en acte. Husserl ne cesse de répéter que « la
philosophie est une tâche commune », voulant dire par là, en rappelant que c’est une tâche,
que la philosophie n’est jamais toute faite, qu’elle est faite ou à faire, et que, si elle existe
comme tâche commune, cette communauté ne tient pas à la rencontre contingente des efforts
des uns et des autres, mais à la teneur même des idées, à l’idéalité qui se partage et est la
même pour tout un chacun, idéal de compréhension réciproque. Que nous nous soyons
trouvés ainsi réunis, ces deux derniers jours, dans cet effort commun atteste à mes yeux
l’importance de ce colloque et surtout le fait que son objectif a été atteint : faire, ensemble, de
la philosophie, parce que nous sommes professeurs, parce que nous l’enseignons. Merci à
tous !

Je voudrais alors profiter de cette réunion pour redire publiquement et non sans une certaine
solennité, des choses que nous savons tous, mais qu’il ne faut pas hésiter à proclamer, un peu
comme la charte, qui serait la nôtre.

Je voudrais donc énoncer et rappeler un certain nombre de points à partir desquels nous
pourrions apercevoir ce que sont les normes de l’enseignement philosophique. Il faut entendre
par là, plutôt que de vagues « exigences », de style plus ou moins édifiant, l’ensemble des
conditions qui définissent, pour l’enseignement philosophique, la possibilité de se déployer
selon les lois qui lui sont propres, conditions elles-mêmes définies par des lois. Nous parlons
de normes, parce que ce déploiement est une vie : en ce sens, il peut être plus ou moins
accompli, et c’est pourquoi il importe d’énoncer ces normes, pour mieux les voir, mieux les
atteindre et mieux s’y ressourcer.

***

Pour le dire vite — mais non point si mal — le principe de ces normes se trouve dans l’unité
substantielle du contenu transmis et du contenu produit. Autrement dit, dans l’enseignement
de la philosophie, le plein épanouissement est atteint lorsque le savoir transmis est, par le
même mouvement, le savoir élaboré.

Essayons de le dire plus amplement.

Je voudrais d’abord observer que la philosophie est la discipline qui a inventé, pour ainsi dire
la première, cette forme remarquable d’ouverture et de partage de soi qu’est l’enseignement.
L’enseignement, on le sait, se résume dans la formule aristotélicienne qui en fait l’acte
commun de l’enseignant et de l’enseigné : autrement dit c’est un processus dans lequel
s’accomplit une réalisation, et dans lequel cette réalisation témoigne du fait que ce processus
n’est pas et n’a jamais été une transmission, que l’enseignant et l’enseigné ne se font pas face
à face, et que la distinction du savoir et de l’ignorance est nulle. Ainsi défini, l’enseignement
est ce partage du savoir qui réalise le savoir, en accomplissant le savoir, mais aussi en
accomplissant comme savoir en acte, compris et su, le processus de la transmission. Cette
dimension essentielle à tout savoir, et bien plus encore au savoir philosophique, se retrouve
pratiquement toujours, elle est même mise au cœur de l’entreprise philosophique par exemple
lorsque Spinoza, à la recherche d’une conduite de vie, après avoir écarté toutes sortes de biens
possibles, rappelle l’exigence de l’enseignement : « je résolus enfin de chercher s’il existait
quelque objet qui fût un bien véritable, capable de se communiquer, et par quoi l’âme,
renonçant à tout autre, pût être affectée uniquement, un bien dont la découverte et la
possession eussent pour fruit une éternité de joie continue et souveraine »1. Un bien qui ne
peut être communiqué ne peut être un bien véritable. C’est bien pourquoi, fondamentalement,
il n’est pas de philosophie qui ne s’enseigne.

Je voudrais maintenant rappeler, en second lieu, que l’enseignement de la philosophie est un
enseignement institué, et de surcroît, si cela ne va pas de soi, institué dans la liberté.

Cela veut dire, d’abord, qu’il n’y a pas de philosophie « officielle » : la pensée philosophique
se développe et s’enseigne selon ses lois propres, sans avoir à retenir quelque détermination
étrangère, provenant de quelque autorité politique que ce soit. Personne ne peut, sérieusement,
imaginer la moindre menace de ce côté.

Mais cela veut dire aussi que, lorsque nous enseignons la philosophie, nous l’enseignons sous
le régime de la « liberté pédagogique ». Notre liberté pédagogique — je voudrais le rappeler
clairement — s’exerce dans la conjonction étroite des deux objectifs fixés par les programmes
à notre enseignement : « L’enseignement de la philosophie en classes terminales a pour
objectif de favoriser l’accès de chaque élève à l’exercice réfléchi du jugement, et de lui offrir
une culture philosophique initiale. Ces deux finalités sont substantiellement unies ». Cette
union substantielle, qui en fait un seul être, se cherche, s’accomplit et se retrouve dans la
pratique pédagogique qui ne sépare jamais l’étude des notions de celle des œuvres, et la
lecture des œuvres de l’approfondissement des problèmes.

Il ne faut donc jamais oublier que notre liberté pédagogique s’inscrit nécessairement dans une
démarche qui passe toujours par l’acquisition d’une culture philosophique. Il faut récuser les
discours ignorantistes qui voudraient donner à croire que l’exercice du jugement suppose de
renoncer à la possession d’une culture. Cela va contre notre liberté pédagogique. Simplement,
il est vrai cette culture, donc l’acquisition est indispensable, n’est à aucun moment une culture
historique, si l’on entend par là la simple possession de savoirs séparés et extérieurs, sus pour
eux-mêmes ou indépendamment de ce qui fait leur contenu. Acquérir une culture
philosophique n’est pas apprendre quelques éléments positifs d’intelligence humaine
disjoints, mais entrer dans cette culture et la faire entrer, la recueillir dans notre vie. Ne pas
séparer l’acquisition d’une culture philosophique de l’exercice du jugement, cela veut donc
dire la comprendre, mais la comprendre radicalement, la traverser et la mettre en œuvre pour
comprendre, directement, ce qu’on appelle, non sans commodité, mais pas si mal, le réel.

C’est cela qui est à la fois savoir et juger, enseigner et faire de la philosophie. Quant à ce réel,
je veux en dire deux mots. Il ne s’agit pas de nier, ou de contourner, ce qu’a d’indéfiniment
problématique, ou difficilement dominable cette notion, qu’il convient de débarrasser de toute
approche simplificatrice. Mais précisément, dans la classe où l’on enseigne la philosophie,
l’enseignement de la philosophie fait bel et bien surgir ce réel, en sa complexité propre et
selon le mode d’apparition qui est le sien : car l’effet de ce regard, ou de cette vue, qui résulte
d’un enseignement fait de l’unité substantielle de l’étude des notions et de la lecture des
textes, c’est bien de faire apparaître, en quelque sorte directement, cela même que les textes
donnent à voir à qui sait les lire. Et cela, on peut bien l’appeler réel, peut-être par convention,
en tout cas par rencontre, car s’il est donné directement, il est aussi donné —signe irrécusable
de cette présence — selon sa temporalité propre, sur le mode du fugitif, un peu comme cette
vision, dont parle Plotin, offerte — l’espace d’un instant — à qui contemple la beauté.
Chacun se souvient, professeur ou élève, de ces moments exceptionnels d’un enseignement,
ces grands moments, où, totalement solidaires, élèves et professeurs éprouvent la joie
indicible de comprendre quelque chose.

***

Cela, c’est-à-dire l’exercice bien normé de notre liberté pédagogique, fixe sa tâche au
professeur de philosophie et fait la force de notre enseignement.

Cette force, banalement, c’est d’abord d’instruire. Redisons-le, il n’y a pas de réflexion sans
culture philosophique, et il n’y a pas de culture philosophique sans une appropriation de cette
culture, appropriation qui passe par un patient travail de lecture et la mise en œuvre de
méthodes rigoureuses. Car la culture philosophique, c’est aussi la maîtrise des outils qui
permettent de faire de la philosophie et de l’apprendre. La connaissance des notions et des
problèmes est d’abord leur compréhension, par quoi elle est indissociable de la maîtrise des
concepts fondamentaux de la philosophie, sans lesquels aucun accès à la philosophie n’est
possible. C’est là un enseignement, celui de ce que le programme appelle des repères, dont
nous n’avons pas le droit de priver nos élèves et qui est la clé de tout, à condition, bien sûr, de
ne pas en faire un enseignement séparé.

Nous ne devons pas craindre d’instruire : donc d’apprendre à des élèves des choses qu’ils ne
savent pas, éventuellement qu’ils ne veulent pas savoir. J’entendais ce matin, dans un atelier,
un collègue rappeler qu’il ne choisissait pas ses élèves, qu’il avait donc à faire tout un travail
de rapprochement entre ce qu’il devait enseigner et ce que ses élèves attendaient de son
enseignement : certes ! Eh bien oui, nous devons enseigner, nous devons oser instruire et
enseigner ! Je voudrais vous le dire simplement : osez être des professeurs !

Mais cette force, c’est aussi — non moins banalement, au fond — la force de critiquer.
Permettez-moi d’essayer de dire les choses radicalement. Par l’enseignement de la
philosophie un nouveau rapport au réel, ou au monde, est suscité, qui caractérise la
philosophie. Nous connaissons bien cela que Hegel, empruntant le mot à Hölderlin, appelait
la scission. La philosophie interroge les valeurs de la société et de la vie à partir de principes
qui ne sont pas les leurs, le philosophe n’est pas sa place dans ce monde où il se sent
d’ailleurs. Dès avant Socrate, cette scission est constitutive de la philosophie, et
l’enseignement de la philosophie s’accompagne toujours d’un décalage plus ou moins
sensible, sans lequel il ne serait pas lui-même. Mais, le philosophe le sait bien aussi — ou
alors son destin n’aurait pas de sens — : au bout du compte, cette scission traduit l’insertion
dans une société, plus encore que son refus. Une insertion d’intelligence, que rien n’enferme,
ni conditionnement ni conformisme. Peut-être faut-il voir là le sens de la célèbre phrase de
Descartes, si vraie en ce sens, de provocation à l’intelligence : « c’est le plus grand bien qui
puisse être dans un État que d’avoir de vrais philosophes »2. Le philosophe en effet est celui
qui voit la lumière de ses propres yeux. S’il n’y a pas nécessairement un écart entre qu’il voit
et ce que voient les autres par les yeux d’autrui, il y a toujours un décalage, celui du préjugé
manquant.

J’en arrive donc à ma conclusion, à la seule chose au fond que je voulais vous dire : soyez des
professeurs de philosophie ! Soyez ceux par qui, dans l’enseignement scolaire, on sait qu’il y a
quelque chose au delà de l’horizon économique du besoin et de sa satisfaction !

(1) Spinoza, Traité de la Réforme de l’entendement (§ I)

(2) Principes de la philosophie, Lettre-préface.

Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex