Un AED peut-il utiliser son « droit de retrait » et demander un changement de poste après qu’une altercation a eu lieu à la sortie de l’établissement entre des AEDs et des éléments extérieurs ? publié le 07/11/2017

Un AED peut-il utiliser son « droit de retrait » et demander un changement de poste après qu’une altercation a eu lieu à la sortie de l’établissement entre des AEDs et des éléments extérieurs ?

Le droit de retrait, prévu pour les salariés de droit privé à l’article L4131-1 du code du travail, a été introduit dans le droit de la fonction publique par le décret n° 95-680 du 9 mai 1995. Celui-ci dispose que chaque salarié confronté à un danger grave sur son lieu de travail peut quitter celui-ci sans avoir à demander l’autorisation de son employeur. Tant que le danger persiste, l’employeur ne peut demander à son salarié de reprendre le travail.

Encore convient-il que le danger soit manifeste. Dans le cas présent, si on comprend que le danger invoqué par l’AED soit lié à une présence à l’entrée de l’établissement, on comprend moins qu’il ne concerne que lui-même. Dès lors, soit il s’agit d’un contentieux personnel entre lui-même et ses agresseurs auquel cas il lui revient d’envisager d’autres modalités de réponse juridique (dépôt de plainte…etc), soit il s’agit d’un abus manifeste de sa part et il convient alors de lui rappeler qu’il s’expose dans ce cas à la fois à un rappel de traitement et à une sanction disciplinaire.

Impression

  Imprimer

  L'article au format pdf

Auteur

 Michel Mateau

Partager

   

Dans la même rubrique

 Un assistant d’éducation en situation de handicap qui ne pourrait pas, pour cette raison, remplir sa mission peut-il être remercié ?
 La levée d’une sanction avec sursis doit-elle se traduire par l’application stricte de la sanction initiale ?
 Quelles sont les règles en matière de photos scolaires ?
 Un établissement peut-il accepter l’inscription d’un élève lorsque les deux parents sont en désaccord sur le choix de l’établissement scolaire ?
 Certains emblèmes régionaux présentant des signes religieux (ex. La Vendée) doivent-ils être proscrits des établissements scolaires ?
 Malgré les recommandations récentes du ministère en matière de bizutage, dans quelles conditions peut-on admettre dans un cadre scolaire des manifestations rituelles non dégradantes, ni physiquement ni matériellement ?
 Un collège peut-il être jugé responsable d’un incident (alcoolisation, mise en danger) ayant eu lieu lors d’une sortie libre prévue au programme d’un séjour signé par les parents ?
 Un collège peut-il être jugé responsable d’un défaut de surveillance à l’entrée de l’établissement, au delà des horaires de cours et après le passage des transports scolaires ?
 Une candidate extérieure à l’établissement peut-elle venir passer son examen en arborant des signes religieux ?
 Un AED peut-il utiliser son « droit de retrait » et demander un changement de poste après qu’une altercation a eu lieu à la sortie de l’établissement entre des AEDs et des éléments extérieurs ?