Cours avec un seul élève publié le 26/03/2015  - mis à jour le 20/04/2015

Un enseignant peut-il refuser de prendre en cours un seul élève présent ?

Sans doute parce qu’elle a un léger « parfum de souffre », et parfois aussi parce qu’elle est un prétexte commode, cette idée resurgit dans les établissements scolaires à chaque mouvement de grève et autre journée d’intempéries. Il n’existe aucun texte autorisant, pour des raisons de pédagogie ou de moralité, un enseignant à ne pas prendre un élève en cours parce qu’il est seul. On notera par ailleurs qu’il est fréquent qu’un chef d’établissement ou un CPE reçoivent un élève seul dans son bureau et que les « entretiens individuels » sont un dispositif prévu dans le cadre de l’accompagnement individualisé.
Si néanmoins, pour des raisons diverses, un enseignant est mal à l’aise dans cette situation de tête à tête, on peut lui conseiller de prendre en charge l’élève dans un lieu ouvert à d’autres élèves (salle d’étude, CDI…). Par ailleurs, si le « cours » proposé ne saurait en effet décemment être magistral, il peut être l’occasion bienvenue d’un approfondissement ou d’une aide pour l’élève.

Impression

  Imprimer

  L'article au format pdf

Auteur

 Michel Mateau

Partager

   

Dans la même rubrique

 Dans le cas d’un conseil de discipline concomitant d’un dépôt de plainte (p.e dans le cas d’une violence à l’encontre d’un enseignant), le premier est-il subordonné au second ?
 Peut-on exiger une assurance responsabilité civile au moment de l’inscription d’un élève ?
 Un assistant d’éducation en situation de handicap qui ne pourrait pas, pour cette raison, remplir sa mission peut-il être remercié ?
 La levée d’une sanction avec sursis doit-elle se traduire par l’application stricte de la sanction initiale ?
 Quelles sont les règles en matière de photos scolaires ?
 Un établissement peut-il accepter l’inscription d’un élève lorsque les deux parents sont en désaccord sur le choix de l’établissement scolaire ?
 Certains emblèmes régionaux présentant des signes religieux (ex. La Vendée) doivent-ils être proscrits des établissements scolaires ?
 Malgré les recommandations récentes du ministère en matière de bizutage, dans quelles conditions peut-on admettre dans un cadre scolaire des manifestations rituelles non dégradantes, ni physiquement ni matériellement ?
 Un collège peut-il être jugé responsable d’un incident (alcoolisation, mise en danger) ayant eu lieu lors d’une sortie libre prévue au programme d’un séjour signé par les parents ?
 Un collège peut-il être jugé responsable d’un défaut de surveillance à l’entrée de l’établissement, au delà des horaires de cours et après le passage des transports scolaires ?