Accueil : Usages du numérique éducatif
Accueil >> Ressources pédagogiques >> Aides aux...

article Aides aux devoirs numériques     -    publié le 02/02/2018    mis à jour le 06/02/2018

Aperçu d'un mur virtuel

Offres et demandes d’aide
collège de Lezay

L’école voudrait éviter d’aggraver le fossé entre les jeunes qui sont soutenus au quotidien dans leurs apprentissages et les autres.

Par exemple faciliter l’engagement dans le travail personnel pour les élèves "vite découragés". Fournir des aides adaptées aux besoins, et que ces aides soient accessibles à tous.


Avec le dispositif "devoirs faits" mis en place au collège cette année la question de l’accès fait l’objet d’un effort particulier : des personnes et des ressources sont mises à disposition des jeunes qui le demandent quelques heures dans la semaine.
Ici on met en place le BAR (bureau d’aide rapide), là une plateforme de soutien à distance.

Au-delà de l’organisation du temps quels outils peuvent être utiles aux enseignants, aux personnes qui accompagnent les jeunes pendant les devoirs, et aux jeunes eux-mêmes quand ils doivent réviser ou s’entrainer ?
Les informations de cet article sont reprises en format présentation, en document joint.

• Quelle aide peuvent apporter les ressources numériques ?

- Une meilleure compréhension des attendus

Le cahier de textes électronique permet au professeur de décrire ce qui a été vu, et le travail personnel attendu.
Les explications ainsi partagées sont utiles pour les personnes qui vont accompagner le jeune dans ses devoirs. La vision globale du travail personnel qui a été demandé peut aussi éviter de surcharger l’élève.

- Des outils pour réaliser ses propres fiches de révision

Certain.e.s professeur.e.s demandent aux élèves de préparer des synthèses de cours, en fonction de leurs besoins personnels.
Ces fiches peuvent être réalisées par exemple avec un logiciel de carte mentale, et stockées dans un espace personnel d’apprentissage.

- Des cours accessibles à tous

L’élève comprend mieux ce que le professeur lui explique quand il s’est habitué à son langage et que les explications sont bien organisées.
Quand il est écrit et partagé en ligne, le cours du professeur est lui-même plus facile à comprendre si les critères de l’accessibilité sont respectés (couleurs contrastées, possibilité de voir le plan dans son ensemble, etc.).
C’est l’un des avantages des plateformes telles que Canoprof1. Le modèle fourni évite aussi à l’enseignant de perdre du temps dans les mises en forme de document.

- Des aides méthodologiques

- Le dispositif D’Col, mis à disposition des élèves de l’éducation prioritaire2, comporte des exercices, des cours, mais aussi différentes formes d’aide méthodologique : par un compagnon virtuel, par un adulte dans l’établissement, par un adulte à distance.
- Hors éducation prioritaire les enseignants peuvent utiliser différents supports (par exemple cahier de textes électronique, Padlet...) pour offrir des aides, de manière plus ou moins ciblée.
- Les élèves peuvent aussi interroger les enseignants qui animent les "forums SOS" (mathématiques et sciences physiques, celui de français est accessible pour consulter les réponses apportées).

- Des tests avec rétroactions

Moodle

Moodle s’adapte
à tous les appareils.

Quand ils sont composés sur une plateforme d’apprentissage telle que Moodle, les exercices peuvent apporter à l’élève un retour détaillé sur ses erreurs.
Le fait d’avoir l’explication au moment où l’erreur est commise est un atout pour le progrès. Les retours personnalisés peuvent aussi être facilités par l’usage d’un outil de distribution et de ramassage de devoirs, tels que EOP présent dans l’ENT i-Cart (voir un tutoriel).

- Des traces et donc la possibilité de mieux analyser les difficultés

Par exemple quand l’élève fait des exercices sur une plateforme telle que Labomep3, les traces de son parcours sur l’outil fournissent aux accompagnateurs des informations sur les points à revoir.
L’enseignant.e peut alors reprendre certaines explications, ou diriger vers l’élève des exercices adaptés à son cas. Ici ce n’est pas lui qui crée les exercices mais seulement le "menu" de l’élève.

- Des animations permettant de revoir les phénomènes décrits en classe

Des vidéographies et des exercices interactifs sont par exemple proposés dans les Banques de Ressources
Numériques pour l’éducation (BRNE)
, fabriquées par des éditeurs privés mais mises à disposition gratuitement pour aider à l’appropriation des nouveaux programmes de cycle 3 et cycle 44.
Ces ressources sont utilisables notamment sur des supports légers tels que tablettes et smartphones.

- Une aide à l’entrainement et à la mémorisation

Les outils de questionnement tels que la Quizinière (questionnaires multimédia)5 et LearningApps (applications)6 permettent à l’enseignant.e de créer des activités d’entrainement intéressantes, susceptibles d’être réellement utilisées par les élèves, parfois même pour créer des tests pour leurs camarades.

Les applications de flashcards comme Anki, Quizlet, etc. peuvent aider à la mémorisation en s’adaptant au besoin de l’élève : des questions lui sont répétées de manière plus ou moins espacée, en fonction de ce qu’il ou elle a déjà réussi à retenir. Ces outils sont privés, en freemium7.

- Un support pour l’entraide

L’usage d’outils de mutualisation tels que les murs virtuels permettent à l’enseignant.e de partager des ressources et des fiches méthodes, mais aussi d’organiser de l’échange de savoirs entre élèves. Les jeunes capables d’apporter une aide sur un sujet et les jeunes ayant besoin d’aide sur un sujet peuvent y placer un billet, et les animateurs ou animatrices peuvent organiser la mise en relation. Des outils de ce type sont disponibles dans les ENT. On peut aussi choisir Padlet, qui est fourni par un éditeur privé en freemium (une partie des fonctionnalités est gratuite).

Voir un exemple d’usage d’un mur virtuel pour organiser le travail au collège de Lezay :

un document Utiliser un mur virtuel pour faciliter l’entraide (durée 00:59) (MPEG4 de 17.2 Mo)

Travaux personnels filmés par Jérôme Andrade au collège Jean Monnet de Lezay (79).

Utiliser un mur virtuel pour faciliter l’entraide (durée 00:59) (MPEG4 de 17.2 Mo)

Travaux personnels filmés par Jérôme Andrade au collège Jean Monnet de Lezay (79).

 

• Dans quelles limites ?

Les études montrent que l’outil n’est pas le principal acteur : un apprentissage ne s’opère que si le scénario est adéquat, et c’est bien au pédagogue de penser les étapes de l’appropriation, en fonction non seulement de l’objet à connaître, mais aussi des caractéristiques de la personne qui apprend.

Petit à petit l’apprenant.e doit aussi apprendre à identifier et gérer son propre fonctionnement et ce qui le met en réussite.

André Tricot et Franck Amadieu ont évoqué par ailleurs quelques points de vigilance dans leur ouvrage "Apprendre avec le numérique mythes et réalités" :

  • les élèves savent utiliser certains outils pour leur usage personnel, mais apprendre à l’école repose sur des tâches spécifiques qu’ils et elles maîtrisent souvent mal ;
  • les vidéos et informations dynamiques favorisent la mémorisation quand elles aident à comprendre un processus lui-même dynamique (tel que le circuit de l’eau) et quand elles respectent certains principes de conception ;
  • les retours faits aux élèves par les outils eux-mêmes (réponse attendue, pourquoi telle réponse est fausse) sont utiles pour des tâches bien définies mais sont souvent insuffisants ;
  • un outil et un programme numérique demandent eux-mêmes un temps d’appropriation qui ne doit pas être négligé. Par exemple de nombreux outils numériques sont utiles pour les élèves à besoins particuliers, à condition que leur maîtrise soit assurée.

(1) Outil gratuit, éditeur Canopé

(2) Ce dispositif conçu et géré par le CNED (financement public) sera à disposition des élèves volontaires de tous les collèges, en anglais, français, et mathématiques dès la rentrée prochaine.

(3) Fournie par l’association Sésamath sans but lucratif

(4) Financement public

(5) Outil actuellement gratuit, éditeur Canopé

(6) Fourni par une université sans but lucratif

(7) Le freemium (mot-valise des mots anglais free : gratuit, et premium : prime) est une stratégie commerciale associant une offre gratuite, en libre accès, et une offre « premium », plus haut de gamme, en accès payant. (Source Wikipedia).

- Document joint

Présentation utilisée lors des réunions de chefs d’établissement - Janvier 2018.

Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex