Accueil : Mathématiques

article Présentation des TraAM 2016-2017     -    publié le 16/06/2017    mis à jour le 19/06/2017

• Introduction


Cet article a pour objectif de rendre compte de la réflexion conduite dans notre académie au cours de l’année scolaire 2016­-2017 dans le cadre des TraAM (Travaux Académiques Mutualisés).
En effet, suite à l’appel à candidature lancé par la DNE (Direction du Numérique pour l’Éducation), notre projet a été retenu ainsi que ceux de cinq autres académies (La Réunion, Nice, Orléans-Tours, Toulouse et Strasbourg) avec qui nous avons eu le privilège de collaborer.

L’ensemble des projets nationaux est consultable en cliquant sur le lien suivant :

• Thématiques

Pour cette année scolaire, cinq des thèmes proposés étaient transversaux et ont permis la production de ressources pluridisciplinaires et inter-cycles. Notre travail s’est donc inscrit autour de deux axes principaux :

-  La mise en œuvre d’enseignements interdisciplinaires avec le numérique : comment pratiquer l’algorithmique et la programmation dans le cadre d’un enseignement à pratique interdisciplinaire ?

-  La mise en activité des élèves avec le numérique en cycles 3 et 4 .

• Enjeux et objectifs


L’un des objectifs de ce groupe de travail, constitué d’enseignants de mathématiques et de technologie, de collèges et de lycées, tous formateurs, a été d’exploiter au mieux la multiplicité des approches pour construire des scénarii pédagogiques donnant du sens à l’activité algorithmique dans le cadre de problématiques issues de la vie réelle.


Un autre enjeu a été de rendre la plus pertinente possible l’articulation de la formation dispensée aux élèves à travers un enseignement à pratique interdisciplinaire, associant plus spécifiquement les mathématiques et la technologie.
Notre projet visait ainsi pour partie, la création de séquences pédagogiques invitant à l’étude, la compréhension, et la mise en œuvre de programmes permettant à un système physique (robot) d’exécuter une action prédéterminée par un opérateur.


Par ailleurs, nous avons également veillé à ce que nos productions favorisent une continuité des apprentissages avec le numérique tout au long d’un cycle, et notamment au cycle 3.
A cet égard, la grande variété des regards croisés portés par les collègues investis localement dans les différentes expérimentations, qu’ils soient professeurs des écoles, professeurs de mathématiques ou de technologie en collège, a été très bénéfique.


L’ensemble des productions a bien évidemment évolué en cours d’année, mais nous avons tenu à garder une charte graphique commune pour l’ensemble des projets afin d’en faciliter l’appropriation par les collègues.

A cet égard, pour chacun d’eux, nous nous sommes donc attachés à détailler le plus précisément possible :

  • les problématiques envisagées ;
  • le matériel nécessaire et les logiciels utilisés ;
  • l’ensemble des compétences et capacités travaillées dans chacun des programmes de mathématiques et de technologie ainsi que les domaines du socle investis ;
  • une proposition d’organisation pédagogique et didactique dans chaque discipline, étoffée par des exemples de traces écrites de synthèses, de productions d’élèves et de l’ensemble des documents à destination du professeur et des élèves.

• Les projets

Une application Androïd pour les Soldes
Un projet d’initiation à la domotique
Un projet autour du jeu de NIM
Un premier Défi-Code pour les plus petits
Un second Défi-Code pour les plus petits

• Conclusion

- En premier lieu, ce qui nous est apparu le plus prégnant lors de la mise en place de l’ensemble de ces projets, c’est que l’interdisciplinarité a de toute évidence permis aux élèves de se confronter à une grande variété de situations visant à l’appropriation d’une problématique commune en lien avec la programmation de systèmes et a ainsi favorisé la construction de sens autour des notions mathématiques et technologiques abordées.
A ce titre, le développement de compétences et la consolidation, le réinvestissement et l’approfondissement de connaissances liées aux différentes matières ont pu être grandement facilités.

- Les défis-code ont largement favorisé le rapprochement des enseignants du premier et second degré en ouvrant des perspectives à une liaison école-collège aux dimensions souvent limitées.
En effet, d’une part les enseignants du premier degré impliqués ont eu l’opportunité d’appréhender les différents robots utilisés (Ozobot, Thymio) et leurs modes de programmation de façon relativement aisée et ceux dont la formation initiale n’était pas scientifique ou technique ont pu profiter d’un accompagnement rassurant et apprécié de la part des professeurs de technologie et de mathématiques.
D’autre part, les élèves ont pu se familiariser avec le collège, les salles de cours ou encore le matériel de technologie favorisant ainsi leur intégration en début de sixième.
En outre, ils ont pu commencer à acquérir quelques concepts liés à l’algorithmique et la programmation (programmer des déplacements, notion de boucles, notion d’instruction conditionnelle…) de façon ludique.

- Au niveau des EPI, il nous est apparu intéressant de pouvoir utiliser la programmation pour résoudre un même problème en variant les cadres (création d’application, pilotage de maquettes, création d’animations, contrôle d’un robot…).
La diversité des logiciels et des modes de programmation utilisés (blocs, algorigramme…) a permis de développer la capacité d’adaptation des élèves qui se montrent de moins en moins déstabilisés face à la découverte et la prise en main d’un nouvel outil de programmation.
Par ailleurs, que ce soit pour l’EPI domotique, celui sur le jeu de NIM ou encore celui sur la création de l’application « Soldes », les contraintes liées à la coordination entre les deux matières principales se sont révélées minimes et une véritable complémentarité s’est construite. Cette dernière a d’ailleurs semblé faciliter la mise en place d’une différenciation et de prolongements éventuels. Par exemple, pour le jeu de NIM, l’apport des mathématiques a permis le contrôle fin du comportement du robot mais avoir des capteurs ne suffit pas et il faut traiter correctement les informations recueillies.

- Tous ces projets ont indéniablement fait entrer les élèves dans une véritable démarche scientifique d’investigation au travers de projets porteurs de sens et dont la mise en œuvre ne nécessite ni un gros investissement matériel, mais des organisations de travail différentes, ni de grandes compétences techniques et informatiques puisque lorsque l’installation d’un logiciel est requise, les tutoriels sont nombreux et simples d’accès.
Les élèves se sont volontiers investis dans des travaux de groupes favorisant la prise d’initiative et le développement de leur créativité.
Enfin, il est à noter que les productions liées aux différents EPI pourront constituer d’excellents supports de communication, par exemple lors de journées portes ouvertes d’établissements.

un document Synthèse des TraAM de l’académie de Poitiers (PDF de 210.5 ko)

Synthèse des TraAM 2016-2017

Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex