Accueil : Lettres, Histoire et Géographie en lycée professionnel

article "Les vivants et les morts" de Gérard Mordillat     -    publié le 19/06/2008    mis à jour le 27/08/2010

Les Vivants et les morts de Gérard Mordillat

Éditeur : Le livre de poche
Date de parution : 01/02/06
8,50 euros

• Résumé

Les Vivants et les morts relate le combat d’ouvriers de l’Est de la France pour sauver leur usine.
Une première manche est remportée par les ouvriers de la Kos (surnom de l’usine "la Plastikos") qui réussissent, au péril de leur vie, à sauver le matériel, les machines d’une terrible inondation qui touche la ville. Et la production reprend ...

Deux ans plus tard, la fermeture de l’usine est annoncée et Mordillat nous livre le combat désespéré des ouvriers et des habitants de cette petite ville pour sauvegarder leur usine, leur existence.
Ce roman met en scène, sans manichéisme, sans excès, malgré la violence de la réalité du combat acharné que tous ces hommes et femmes vont livrer, des personnages inoubliables, vivants.
Mais ce combat est sans merci puisque cette fois-ci l’ennemi n’est plus une rivière en crue mais la mondialisation et son cortège d’aberrations.
Nous suivons dans ce roman deux personnages principaux (Rudi et sa femme Dallas) dont le destin personnel est étroitement lié à celui de leur usine.

• Axes d’études possibles

  • Etude de passages montrant la condition ouvrière au 21ème siècle ;
  • Roman à mettre en relation , dans le cadre d’un travail sur la condition ouvrière française depuis le 19ème siècle, avec des extraits de Germinal, d’Elise et la vraie vie d’Etcherlli ;
  • Certains passages de ce roman pourraient très bien illustrer le thème de la révolte.

• Commentaires

  • Ce roman est vraiment passionnant et émouvant. Le lecteur partage la révolte de ces personnages dont le destin personnel et individuel est lié aux décisions de repreneurs américains ou allemands dont personne ne connaîtra jamais l’identité.
    La lecture de ce roman nous permet d’humaniser ces problèmes de fermeture, de délocalisation. On ne prête plus, alors, la même oreille à la litanie quotidienne des annonces de catastrophes économiques.
  • Les 650 pages de ce roman peuvent constituer un obstacle pour la plupart des élèves.
    La lecture est néanmoins facile car les chapitres sont très courts (1 ou 2 pages en moyenne) et essentiellement basés sur des dialogues.
Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex