Le Printemps Théâtral publié le 27/01/2009

Quelles sont les bonnes raisons de participer au printemps du théâtre ?

Le Printemps du Théâtre1, fidèle à l’esprit de sa Charte répond à plusieurs besoins pédagogiques essentiels.

1. Avant tout, le Printemps du Théâtre est un outil de désenclavement des ateliers artistiques et des classes à PAC qui, sans cela, pourraient être voués à une relative solitude.

2. Le Printemps du Théâtre réaffirme la nécessité inaliénable du rayonnement d’un professionnel du théâtre dans la pratique artistique en milieu scolaire. La rencontre est fédérée, dans sa thématique ou dans sa dynamique, par un spectacle en cours d’exploitation que les élèves voient ou auront vu (selon les moyens dont dispose le « Printemps » concerné).

3. Simultanément, le Printemps du Théâtre est un outil de formation mutuelle, pour le professeur et pour l’élève, aux effets d’autant plus profonds qu’il passe par un regard bienveillant et même confraternel, par un échange d’expériences et de travaux, parfois en cours d’élaboration. Parfois il s’agit de présentation de travaux menés dans l’année avec un artiste intervenant, parfois il peut s’agir de mener sur une journée une aventure nouvelle, avec un nouveau partenaire.

4. Le Printemps du Théâtre est un moyen de communication et de valorisation des pratiques, sans pour autant se résumer à une opération d’affichage. Il est l’occasion de mieux faire connaître, à l’intérieur et à l’extérieur des établissements, le travail réalisé dans les ateliers artistiques et toutes les formes de l’éducation au théâtre ; de mobiliser toute la communauté scolaire autour du l’apport du théâtre aux enseignements disciplinaires (lettres, histoire, langues vivantes et anciennes, arts plastiques et musicaux, etc.) et au socle commun de compétences et de connaissances du collège.

5. Une formule souple : le Printemps du Théâtre est précis dans ses objectifs et dans l’esprit qui l’anime, mais il est très souple dans son application et sa mise en œuvre, c’est pourquoi il peut être le reflet d’un territoire. A ce titre, sous l’égide des Inspections Pédagogiques Régionales et des Délégations Académiques à la Culture, en partenariat avec les DRAC, il relève aussi de la compétence des collectivités territoriales et locales qui, en fonction de l’échelle géographique et du niveau scolaire concernés, ont pleine légitimité à y intervenir. Les Scènes Nationales et les Compagnies Théâtrales représentent des forces de proposition qui permettent de donner à chaque printemps théâtral sa déclinaison locale. Autant de territoires et de « terroirs » artistiques, autant de printemps théâtraux.
Peuvent y être conviés, non seulement les ateliers artistiques, mais toutes les composantes du théâtre à l’école, depuis la classe à projet artistique et culturel jusqu’aux sections de théâtre de spécialité, en passant par l’enseignement du théâtre dans la classe de français. De même, les niveaux concernés vont du primaire au supérieur.

Un printemps théâtral réussi, c’est toujours une fête. Mais il reflète aussi la formation d’une année, tout lui donnant l’occasion d’un dépassement par l’exigence artistique. L’homo ludens c’est encore l’homo laborans, mais sous une autre forme, meilleure peut-être…

(1) Consulter l’article original sur Educnet