Accueil : Lettres
Accueil >> Lettre de rentrée >> Lettre de...

article Lettre de rentrée 2013-2014 des IA-IPR     -    publié le 08/11/2013    mis à jour le 15/11/2013

• Les inspecteurs d’académie, Inspecteurs pédagogiques régionaux Lettres

à
Mesdames, messieurs les professeurs de lettres
S/c de mesdames, messieurs les chefs d’établissement
Poitiers, le 16 septembre 2013

Cher(e)s collègues,

Permettez-nous tout d’abord de souhaiter chaleureusement la bienvenue à ceux qui, parmi vous, découvrent aujourd’hui notre académie ou effectuent leur première rentrée comme professeurs de lettres : que ces derniers soient félicités et que tous reçoivent nos vœux de réussite et d’épanouissement professionnel. Nous tenons à remercier les professeurs, formateurs et tuteurs, particulièrement engagés dans l’accueil et l’accompagnement des stagiaires : la qualité de leur écoute et de leurs conseils est précieuse lors de ces premiers pas professionnels et contribue largement à la réussite globale que nous avons une fois encore constatée avec plaisir en fin d’année scolaire.
De façon générale, nous remercions tous ceux qui, par le sérieux de leur investissement, contribuent à la qualité de l’enseignement des Lettres dans notre académie, qu’il s’agisse de l’engagement dans la formation initiale ou continue, de la richesse de l’enseignement prodigué dans et hors la classe, de la rigueur employée au bon déroulement de tous nos examens.

Cette rentrée se place, vous le savez, sous le signe de la Loi d’orientation et de
programmation pour la refondation de l’école de la République, publiée au Journal Officiel le
9 juillet 2013
.

Parmi d’autres priorités, la loi accentue le développement du numérique comme outil privilégié de la transmission des savoirs, et annonce la création de conseils école-collège chargés de mettre en œuvre “des actions de coopération, des enseignements et des projets communs”, visant l’acquisition par les élèves du socle commun de connaissances, de compétences et de culture. Le lien entre le premier et le second degré demeure donc un enjeu qui doit animer la vie pédagogique des établissements. Il en est de même de la continuité entre le collège et le lycée, entre le lycée et l’enseignement supérieur. Cette continuité entre les différents degrés s’articule naturellement sur les compétences validées des élèves.

Ces différents infléchissements guident assurément les pratiques pédagogiques et nous amènent à cette synthèse concise, issue de nos observations en classe et de la réflexion que nous menons conjointement :

  • Les apprentissages langagiers , oraux et écrits, sont loin d’être achevés à l’issue de l’école primaire : le collège doit s’inscrire dans la continuité de l’école et le lycée ne doit pas omettre de parachever ces apprentissages. L’oral mérite souvent une place plus large que celle qui lui est traditionnellement réservée. Afin d’enrichir la pratique spontanée de la langue par les élèves, il est intéressant de leur donner l’occasion, régulière, notamment lors du partage des lectures cursives, d’explorer des formes variées d’oral : mises en voix (faisant toute leur place à l’essai, à l’imitation et à la variation), récitation, jeu théâtral ou encore improvisations, mais également présentation d’un personnage, récit oral d’un épisode fort (qui les a marqués, qui les a touchés, etc.), commentaires d’images permettant de situer une œuvre dans son contexte… De manière générale, la maîtrise de la langue gagnera à être intimement liée aux activités de production écrite ou orale de l’élève. Les enjeux de l’apprentissage et la construction d’une posture métalinguistique seront d’autant plus clairs pour l’élève qu’ils seront légitimés et motivés par diverses activités écrites ou orales.
    Ainsi, nous vous demandons d’être particulièrement vigilants à l’égard des séquences pédagogiques, liminaires ou non, qui prendraient comme seul objet des “révisions grammaticales” sans que ces dernières soient motivées par un projet d’ensemble (écriture longue, écriture de textes destinés à être mis en voix, écriture liée à une lecture…). Les professeurs qui construisent leurs séquences autour de l’écriture, au collège comme au lycée, savent combien cette entrée est fructueuse et stimulante.
  • La lecture a comme première fonction la compréhension littérale ; en sixième, en cinquième, il n’est pas rare de devoir accompagner l’élève dans cette tâche, qui convoque, notamment, des connaissances lexicales mais aussi textuelles (parmi lesquelles les mécanismes d’anaphore et d’inférence). Parallèlement, la lecture développe la sensibilité et forge bien naturellement la culture humaniste. L’outil d’analyse n’est donc pas premier, mais mode d’accès au sens, dont la quête doit animer la lecture : nous vous invitons à vous garder d’interposer systématiquement entre vos jeunes lecteurs et les textes que vous leur proposez ces questionnaires qui, quelle que soit leur qualité, enferment le texte dans une activité définitivement scolaire et font croire à trop d’élèves que lire consiste à… savoir répondre à des questions. Beaucoup d’entre vous, forts des apports de stages sur la lecture proposés ces dernières années, ont osé s’affranchir des grilles de lecture préconçues et écoutent leurs élèves échafauder leurs hypothèses de sens : ils construisent sur ces bases leur lecture commune.
    Enfin, toutes les lectures sont permises : analytiques, plus ou moins détaillées, jamais exhaustives même en classe de première ou de terminale littéraire, partielles, réparties entre les élèves, cursives et exploitées comme vous l’entendez (attention aux fiches de lecture traditionnelles facilement pillables sur internet !), orales, silencieuses… à partir du moment où vos attentes sont explicites. Les professeurs de classe de Première veilleront à bien dissocier, sur leurs descriptifs en vue de l’EAF, les lectures analytiques, sur lesquelles les élèves peuvent être interrogés durant la première partie de l’épreuve, des lectures cursives, qui ne peuvent être évoquées que durant la deuxième partie. Il conviendra aussi de bien dissocier ce qui a donné lieu à un travail en classe, quelle qu’en soit la forme, et ce qui a simplement été distribué aux élèves, sans formalisation d’une activité précise.
  • Les langues et cultures de l’antiquité s’inscrivent dans une démarche d’ouverture culturelle : la langue ancienne y est abordée à l’écoute des échos constants que fait résonner la culture antique dans notre société. Ainsi, l’objectif n’est pas de former des grammairiens distingués, au risque de détourner trop d’élèves de cet enseignement, mais de forger là encore la culture humaniste en lui assurant un socle qui, quoi qu’on dise, n’est pas dévalorisé. Ainsi, les professeurs de lettres modernes qui acceptent - et nous leur en sommes particulièrement reconnaissants - d’assurer des heures de latin ou de grec, peuvent-ils sans hésiter s’appuyer sur la civilisation, l’histoire et les arts. L’approche de la langue n’a pas vocation à placer la traduction au premier plan : le texte latin, les traductions que l’on peut donner aux élèves et comparer alors avec la traduction littérale, les éléments de langue, sont autant d’éléments que l’on utilise avec pertinence pour construire une compétence linguistique, qu’on n’omet jamais de mettre en relation avec le français.

Cette année, l’enseignement en terminale littéraire et en classes de techniciens supérieurs propose l’exploration des programmes suivants :

  • œuvres obligatoires inscrites au programme de terminale L disponible sur le site du ministère, pour l’année 2013-2014 (B.O. n°11 du 14 mars 2013) :
    • A. Domaine d’étude « Littérature et langages de l’image »
      - Les Mains libres , Paul Éluard-Man Ray, Poésie Gallimard.
    • B. Domaine d’étude « Lire-écrire-publier » :
      - Lorenzaccio , Musset. Les Mains libres (la pièce de Musset ayant fait l’objet en 2012-13 d’une intervention de Pierre Loubier) sera l’objet d’un stage de formation à public désigné.
  • œuvres obligatoires inscrites au programme de langues et cultures de l’Antiquité de la classe terminale (lien vers le bulletin officiel) des séries générales et de la série techniques de la musique et de la danse, pour les années scolaires 2013-2014 et 2014-2015 (B.O. n°15 du 11 avril 2013) :
    - Latin : Vie des douze Césars, vie de Néron , Suétone.
    - Grec : Histoires vraies , livre I, Lucien de Samosate.

Les nouveaux programmes du collège (lien vers éduscol) sont maintenant pleinement en œuvre, aussi bien en français qu’en langues et cultures de l’antiquité ; nous attirons votre attention sur l’intérêt qu’il y a à investir pleinement le champ de l’histoire des arts, aussi bien en classe de troisième, avec l’épreuve du brevet, que dans les autres niveaux, afin de construire, pour les élèves, un parcours riche d’éducation artistique et culturelle tout au long de leur scolarité. Vous trouverez enfin ci-dessous l’offre de formation continue : nous ne saurions trop vous inciter à la consulter en ligne sur le site de l’académie et à vous y inscrire (rubrique “Concours, carrières et emplois” ou directement à l’adresse suivante : https://id.ac-poitiers.fr/paf/ - en particulier les entrées “lettres” et “maîtrise de la langue” regroupées ici) avant le 24 septembre.

L’an dernier, un stage sur le lexique - thème pourtant plébiscité - a dû fermer faute de participants : votre collaboration est indispensable au maintien d’une formation continue.

- Stages en offre (suivis du nom des formateurs) :

• Pratiquer le théâtre pour mieux lire - collège / lycée - Marie-Laure Condé et Christian Bel
• Lecture et intelligences multiples - collège / lycée – Céline Teillet, Nathalie Niel, Claire Gony- Pain, Marie-Laure Condé, Hélène Legrand
• Latin et éducation artistique et culturelle - collège – Laurent Amauger, Dominique Artaud, Armelle Roche
• Écrire pour maîtriser la langue - collège - Aurore Roux
• Continuité des apprentissages en bac pro et BTS – Lidwine Ripoche, Céline Teillet
• Construire des compétences lexicales transdisciplinaires - cycle 3 / 6ème / 5ème - Annie Camenisch, maître de conférences en sciences du langage à l’université de Strasbourg
• Remédier à la grande difficulté du lire-écrire - collège – Hélène Paoletti
• Apprentissage tardif de la lecture - école / collège – Hélène Paoletti
• Préparer la certification complémentaire FLS - école / collège / lycée - Karine Audinet, Laurie Peyhorgue
• Accueillir des élèves allophones (hors dispositif) - école / collège / lycée - Héléna Berndt, Vanda Houbre

- Stage en désigné :

• Nouveaux programmes de TL (Les Mains libres ) - IA-IPR de Lettres, Olivier Barbarant, Inspecteur Général de Lettres (un professeur au moins désigné par établissement, si certaines équipes préfèrent désigner elles-mêmes leur représentant, qu’elles n’hésitent pas à envoyer un mail à Catherine Mottet, en précisant bien le nom du lycée)

- Formations de formateurs :

• Didactique de l’orthographe et du lexique - Muriel Coret, Maître de conférences Université de Poitiers
• Sciences cognitives et production d’écrit - Laboratoire du centre d’études et de recherches sur la cognition et les apprentissages, université de Poitiers.
Évaluateurs, nous sommes aussi accompagnateurs et, à ce titre, nous avons le souci d’être en relation directe avec vous. Pour vous aider à cibler vos courriers, nous vous indiquons nos répartitions de dossiers dans le tableau ci-dessous. Nous sommes disponibles, par l’intermédiaire de nos messageries électroniques, pour toute question, difficulté éventuelle, demande d’intervention. Pour vos demandes d’inspection, adressez votre courrier aux trois inspecteurs ainsi qu’à notre chargée de mission, Madame Valérie Proust, professeur agrégé de Lettres classiques (valerie.proust1@ac-poitiers.fr ) : nous les répartirons ensuite entre nous.

un document Répartition des dossiers des IA-IPR (PDF de 2.9 ko)

Lettres - année scolaire 2013-2014.

Répartition des dossiers des IA-IPR
Éric BarjolleOlivier HimyCatherine Mottet
Mission de CARDIE
(Conseiller Académique
Recherche
Développement, Innovation
et Expérimentation)
Mission du CASNAV
(Centre Académique pour la
Scolarisation des enfants
allophones Nouvellement
Arrivés et des enfants issus
de familles itinérantes et de
Voyageurs)
TICE Formation initiale Formation continue
Théâtre et cirque Cinéma Audio-Visuel
Langues et Cultures de l’Antiquité
Sections de Techniciens
Supérieurs
Réseau ECLAIR de Bouillé-
Loretz
ECLAIR de Soyaux ECLAIR d’Angoulême
eric.barjolle@ac-poitiers.fr olivier.himy@ac-poitiers.fr catherine.mottet@ac-poitiers.fr

Il nous reste à vous souhaiter bonheur et réussite auprès de vos élèves.

Bien à vous tous,

Les IA-IPR de Lettres :

Éric Barjolle - Olivier Himy - Catherine Mottet

- Document joint

Version pdf - Année scolaire 2013-2014.

Agrandir
• Dans la même rubrique
un article Lettre de rentrée 2013-2014 des IA-IPR
Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex