Accueil : Lettres

article Enrichir collectivement une production d’élève     -    publié le 28/08/2010

Travail de groupes et écriture au traitement de texte

- Activité :

Le travail de l’écriture (objet d’étude de seconde)

- Niveau :

3ème , Seconde

- Contexte didactique :

A partir d’un sujet d’invention de forme narrative rédigé par les élèves, il s’agit de se livrer l’amélioration d’une production lacunaire.

- Contraintes matérielles :

Les élèves doivent pouvoir travailler par groupes en salle informatique et enregistrer leur travail sur le réseau de l’établissement. Dans un second temps, la mise en commun s’effectue en classe entière à l’aide du vidéo projecteur.

- Préparation (avant de se trouver devant les élèves) :

Avoir corrigé le travail d’écriture initial à l’aide de critères précis. Puis, après le travail en salle informatique, avoir regroupé les séquences textuelles acceptables pour compléter le « puzzle ».

- Compétences nécessaires au professeur :

Le professeur doit savoir utiliser les fonctions les plus simples d’un logiciel de traitement de texte et récupérer des fichiers sur le réseau de l’établissement.

- Plus-value (par rapport aux pratiques traditionnelles) :

Cet exercice permet de travailler collectivement le texte et de montrer qu’un texte insuffisant ou médiocre peut devenir une composition riche et amusante.
L’utilisation du vidéoprojecteur permet d’isoler des séquences textuelles répondant exactement aux impératifs du sujet et de les faire « monter » par les élèves directement devant la classe par un « copier-coller ».
Les élèves pourront prolonger ce travail individuellement en effectuant de nouveaux « collages » grâce aux séquences rédigées par les groupes et non retenues pour la construction collective, laissées disponibles sur le réseau du lycée.
En recopiant les extraits rédigés par les élèves, le professeur pourra conserver les erreurs orthographiques de manière à mener un travail de correction directe.

- Récit bref :

Après avoir étudié un texte qui évoquait une soirée entre jeunes gens au XIXème siècle, les élèves sont invités à rédiger une transposition. Les consignes imposent de varier les formes de discours employées (éventuellement schématisées pour une classe faible). Ils disposent d’une phrase d’amorce du type :
"L’histoire commença sur une plage. Des jeunes en groupes étaient réunis. Ils buvaient, fumaient. Cela faisait déjà deux heures trente qu’ils étaient là…"

Après avoir corrigé les copies, le professeur recherche un récit (il peut aussi l’inventer) correct : présentant un schéma narratif ordinaire mais trop bref et sans variété (voire sans aucun intérêt).

un document Copie d’élève originale (PDF de 89.4 ko)

Le devoir tel qu’il a été rendu au professeur pour être corrigé


Les différentes étapes sont recopiées en gras et typographiquement isolées. Le professeur propose à la classe d’enrichir le texte en insérant différentes séquences numérotées dans le squelette narratif (il impose ou non l’ordre d’insertion).

un document Copie d’élève annotée (PDF de 78 ko)

La classe a annoté collectivement la copie lacunaire


Dans l’expérience, le texte devait obligatoirement se fermer sur une intrusion argumentative du narrateur en forme de morale.
Chaque groupe est chargé de bâtir une pièce du puzzle numérotée en salle informatique. De retour en classe entière, il suffit de les insérer où elles semblent le mieux placées.
Entre temps, le professeur a imaginé des possibilités de transitions pour aider les élèves à maintenir la cohésion du texte lors de la mise en commun.

un document Copie d’élève complétée (PDF de 96.8 ko)

La copie a été enrichie par l’insertion de différentes séquences textuelles écrites par la classe.
Un travail orthographique est aussi proposé

- Compétences B2i (qui peuvent être validées à l’issue de cette activité.) :

C.1,2,3 ; C.2,3,4,7 ; C.3,1 ; C.5.1,2 ; L.2.7 ; L.3.1,2,7 ; L.301 ; L.5.1,2,3 ; L.501

Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex