Accueil : Pédagogie - Direction des services départementaux de l'éducation nationale du 86
Accueil >> Enseigner >> E.P.S. >> Rythmes éducatifs >> Différencie...

article Différencier le traitement des activités selon les temps de l’enfant     -    publié le 20/01/2015

1 2 

Dans le département de la Vienne, le pilotage de la réforme des rythmes scolaires1, en liaison étroite avec l’autre service de l’Etat, à savoir la DDCS, le CDOS 86, la CAF, les Francas, la Ligue de l’enseignement, le Conseil Général, l’ADM et la DRAC ...s’attache à accompagner les partenaires (collectivités territoriales, écoles, associations) dans l’élaboration et la mise en œuvre des Projets éducatifs territoriaux de territoire (PEDT). Une « Charte d’engagements réciproques entre tous les professionnels intervenants dans le cadre de la mise en œuvre du Projet éducatif territorial » est ainsi proposée à tous les maires de la Vienne, pour aider à une formalisation partagée des enjeux et modalités d’action. Dans le domaine sportif, les collaborations ont conduit à mieux identifier les objectifs et conditions d’intervention. Le recueil et l’analyse de projets et les échanges avec différents professionnels viennent enrichir cette réflexion collective.

J. Brouleau, CPD-EPS, Référent sur la réforme des rythmes scolaires, 86

• Comment aborder l’activité dans des contextes d’intervention différents ?

La pratique d’une activité sportive, comme le handball, s’envisage de différentes manières selon le cadre de pratique. Peut-on « entrer dans l’activité » de la même manière si l’on intervient sur un temps scolaire et périscolaire, un temps d’accompagnement éducatif ou un entraînement club ? Le public et les objectifs sont les deux facteurs qui vont orienter les modalités d’intervention d’éducateurs sportifs qui peuvent évoluer dans les différentes temporalités.

• Des lieux et contextes spécifiques

- La pratique fédérale

Aujourd’hui, la pratique en club vise souvent des objectifs à court terme en raison du rythme de compétitions où l’enjeu de gagner reste prioritaire. Ainsi, les séances d’entrainements cherchent à solliciter des ressources permettant d’aboutir à un résultat rapide. Il s’agit d’améliorer, en priorité, les qualités techniques, tactiques et physiques des joueurs pour atteindre l’objectif principal de performance sportive. Bien évidemment, ce constat doit être relativisé en fonction des objectifs de chaque club et la volonté de plus en plus affirmée de concevoir l’entraînement des jeunes dans la perspective de « former le handballeur de demain dans toutes ses dimensions ».

- Le temps périscolaire

Qu’il s’agisse d’ateliers du temps périscolaire (TAP) ou d’accompagnement éducatif, les participants volontaires, sans pré-requis d’éligibilité, attendent de la découverte, du divertissement, parfois d’un besoin d’activités dans un souci de santé et de bien-être, ou encore la recherche de nouvelles sensations, d’expériences nouvelles ou tout simplement pour le plaisir. L’activité sportive sert alors de « prétexte » à une quête éducative et pédagogique qui vise l’enrichissement culturel et sportif des publics auxquels les activités sont proposées. L’éducateur sportif doit chercher à séduire avec des conditions de pratiques (gymnase, matériel ludique) et des modalités adaptées : s’amuser en jouant est prioritaire. Les objectifs résideront dans la découverte et la connaissance de son corps ainsi qu’un travail autour des valeurs sportives (jouer ensemble, respecter ses partenaires de jeu, fair-play…), mais resteront le plus souvent cachés aux yeux des participants.

- Les interventions en milieu scolaire

Les éducateurs sportifs peuvent être appelés à collaborer avec les professeurs des écoles. Le public est bien particulier, car souvent plus nombreux et non volontaire. Les jeux de cours sont familiers aux enfants (épervier, loups, défis…) et, pour capter et canaliser leur attention, le recours au jeu reste un allié indiscutable. Les règles sont adaptées pour se rapprocher le plus possible de l’activité, non pas pour des acquisitions technico-tactiques, mais plutôt pour enrichir et développer des compétences générales chez les enfants : progresser vers une cible, en coopération ou avec une opposition… Le handball n’est alors qu’un prétexte à une éducation physique plus globale (découvrir et connaître son corps, développer des capacités physiques et motrices, agir et interagir avec son environnement et dans son environnement, être confronté à des règles…). Une des caractéristiques de ce domaine d’intervention est liée à la présence de l’enseignant, responsable de la classe et investi dans la séance, avec lequel des éléments de formation sont partagés (élaboration de projet d’intervention). Le recours à des ateliers diversifiés, et l’organisation en petits groupes est souvent une modalité d’intervention retenue.

• Quels leviers utiliser pour pratiquer dans ces différents contextes ?

Aujourd’hui, la Fédération française de handball met à notre disposition les kits « Premiers pas » pour la découverte du handball chez le jeunes de 8 à 12 ans. Deux mallettes sont opérationnelles et regroupent un matériel et des propositions d’activités adaptées (fiches de jeu présentant les enjeux, les moyens que peut utiliser l’éducateur pour améliorer et adapté le jeu, etc.). Les situations sont issues de jeux usuels (jeux de cours et jeux traditionnels) qui favorisent une mise en activité rapide des enfants.
Le jeu, envisagé comme pratique de référence, reste un moyen sûr car nombre de paramètres peuvent constituer des obstacles à la mise en œuvre de séances motivantes : hétérogénéité, place des garçons et des filles, nombre de joueurs par équipes, lieu de pratique… Il demeure en outre un levier élémentaire de motivation.
D’autres aspects peuvent être également explorés, en particulier pour susciter et entretenir la motivation des participants : les « défis » développent l’idée d’opposition caractéristique de l’activité, une ambiance (entrée dans la séance en musique), des conditions de pratiques (environnement ludique, qualité d’accueil, etc.). Si le gymnase est sans doute un lieu accueillant et favorable (mais pas toujours), mais les interventions peuvent aussi se dérouler en extérieur, dans la cours de récréation, sur un city-stade, sur une pelouse… autant d’environnements dont il faut il faut se servir pour tirer le maximum d’avantages.

« Précédente  1 2  Suivante » Sur une seule page
Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Direction des services départementaux de l'éducation nationale du 86